Changer d'édition

Claude Marx: «Une partie de la vérité est révélée»
Luxembourg 1 20.02.2015 Cet article est archivé
Suite à la publication du rapport Artuso

Claude Marx: «Une partie de la vérité est révélée»

Claude Marx, président du Consistoire israélite de Luxembourg.
Suite à la publication du rapport Artuso

Claude Marx: «Une partie de la vérité est révélée»

Claude Marx, président du Consistoire israélite de Luxembourg.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 1 20.02.2015 Cet article est archivé
Suite à la publication du rapport Artuso

Claude Marx: «Une partie de la vérité est révélée»

«Nous sommes satisfaits de ce rapport», explique Claude Marx, président du Consistoire israélite de Luxembourg. Plus de 70 ans après la déportation de juifs durant la Seconde Guerre mondiale, il voit le rapport Artuso comme «une étape importante dans la recherche» et non un aboutissement.

(MF avec DS) - «Nous sommes satisfaits de ce rapport», explique Claude Marx, président du Consistoire israélite de Luxembourg. Plus de 70 ans après la déportation de juifs durant la Seconde Guerre mondiale, il voit le rapport Artuso comme «une étape importante dans la recherche» et non un aboutissement.

Le mardi 10 février 2015, l'historien Vincent Artuso a présenté son rapport -en présence du Premier ministre Xavier Bettel- dévoilant de quelle manière la Commission administrative (le gouvernement de fait)  avait aidé à l'expulsion des Juifs du Luxembourg durant la Seconde Guerre mondiale et comment la collaboration s'est manifestée dès les années 1930.

Ce travail minutieux qui pèse tout de même 261 pages et qui arrive plus de soixante-dix ans après les faits «ne représente pas un aboutissement mais une étape importante dans la recherche», estime Claude Marx. Même si, il est clair qu'à travers ce rapport «une partie de la vérité est révélée».

Le président du Consistoire israélite de Luxembourg est d'avis qu'«il est essentiel que la recherche continue. Nous savons aujourd'hui qu'il y a encore beaucoup de choses à découvrir, des archives qui dorment et qui doivent être révélées au public».

Nombre de questions restent à éclaircir comme celle des «comptes dormants» par exemple. Des épargnes de juifs qui ont disparu. Il pense qu'il est aujourd'hui grand temps de créer un "Institut de l'histoire des temps présents".

Les autres souhaits exprimés par le président du Consistoire israélite de Luxembourg sont de créer enfin au Luxembourg, un monument et une fondation en souvenir de la Shoah.


Sur le même sujet

Ce dimanche matin, un mémorial en l'honneur des 323 juifs de Luxembourg déportés le 16 octobre 1941 vers le ghetto de Lodz, en Pologne a été célébré. C'est le 16 octobre 1941, que le premier train de déportation partait de la gare de Luxembourg.
Commemoration, des 75 ans du premier train de deportation de Juifs lors de la seconde guerre Mondial, a la Gare de Luxembourg, le 16 Octobre 2016. Photo: Chris Kaaba
C'est nouveau au Luxembourg. Depuis janvier 2015, six cultes ont officiellement paraphé une convention avec l'Etat. Dans la foulée, wort.lu/fr est allé à la rencontre des juifs, des musulmans, des catholiques, des protestants, des orthodoxes et des anglicans pour comprendre comment ils vivent et pratiquent leur religion au Grand-Duché. Découvrez tous les jours de cette semaine, l'une de ces communautés de l'intérieur. Notre dossier spécial commence au sein de la communauté israélite.
L'enveloppe annuelle de 315.000 euros attribuée au culte israélite par l'Etat «représente environ 25% de moins que ce que nous avions avant», explique le président du Consistoire israélite, Claude Marx.
Déportation des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale
L'historien Vincent Artuso, en présentant son rapport, a expliqué comment la collaboration avec l'ennemi a pris racine au Luxembourg, dans les années 30, et de quelle façon la Commission administrative avait aidé à l'expulsion des Juifs du Grand Duché.
Les historiens Michel Pauly (à g.) et Vincent Artuso (à dr.) autour du premier ministre Xavier Bettel, au ministère d'Etat lors de la présentation du rapport.
Seconde Guerre mondiale
C'est ce mardi 10 février à 16h que l'historien Vincent Artuso présentera son rapport à la presse. Une mission qui lui avait été confiée par le Gouvernement en 2012 afin d'éclairer le rôle des autorités luxembourgeoises pendant la Seconde Guerre mondiale.