Changer d'édition

Cinq détails sur la rentrée qui ont pu vous échapper

  • Toujours plus de tablettes
  • Communiquer sur les cas covid
  • Du renfort côté enseignants
  • De l'argent dans l'air
  • Toujours pas de garde gratuite
  • Toujours plus de tablettes 1/5
  • Communiquer sur les cas covid 2/5
  • Du renfort côté enseignants 3/5
  • De l'argent dans l'air 4/5
  • Toujours pas de garde gratuite 5/5

Cinq détails sur la rentrée qui ont pu vous échapper

Cinq détails sur la rentrée qui ont pu vous échapper

Cinq détails sur la rentrée qui ont pu vous échapper


14.09.2020

Enseignement public et privé confondus, 58.317 jeunes sont attendus dans le fondamental et 48.836 dans le secondaire.Photo : Anouk Antony

La reprise des cours, le 15 septembre, ne sera pas seulement exceptionnelle du fait des aménagements liés au covid, elle le sera aussi par le nombre record d'élèves accueillis: 91.048 jeunes attendus. Mais ce n'est pas tout...

C'est évidemment dans des conditions sanitaires inédites que cette rentrée 2020-21 va s'effectuer. Outre l'invitation lancée à chaque élève et personnel scolaire à subir un test covid, plusieurs autres changements marqueront l'année scolaire en plus de l'introduction du coding dans le fondamental ou de l'attention toute particulière que souhaite apporter le ministère de l'Education nationale au moral des lycéens.

ipad
1

Toujours plus de tablettes
Copier le lien

ipad

C'est un paradoxe: oui, l'Education nationale insistera encore cette année sur les dangers liés à l'abus de temps passé sur les écrans, mais oui aussi le ministère entend intensifier la distribution de tablettes aux élèves. Le programme one2one consistant à équiper tous les élèves du secondaire en iPad a «démontré toute son utilité avec l'usage intensif de l'enseignement à distance», justifie le ministre Claude Meisch (DP). Mais les services ont aussi constaté que certains jeunes ne disposaient pas du matériel attendu

«Ainsi au moment du confinement, 20.000 lycéens étaient équipés de la tablette offerte», assure l'administration. Mais il y a plus de 47.000 inscrits dans le secondaire... D'où l'achat accru de produits Apple pour cette rentrée : 15.500 iPads ont été commandés pour être distribués, le tout payé sur le budget du ministère qui, en 2020, s'approche des 2,7 milliards d'euros.

2

Communiquer sur les cas covid
Copier le lien

La précédente reprise des cours avait été marquée par la défiance de nombreuses familles face au discours rassurant du ministre de l'Education. Alors que le covid-19 circulait encore fortement, les parents se montraient particulièrement inquiets. Cela alors que Claude Meisch et ses services peinaient à jouer la carte de la transparence sur l'évolution de l'épidémie en milieu scolaire. Il faut croire que les critiques ont porté leurs fruits puisque la communication sur les cas d'infection va changer radicalement.

Outre les trois scénarios envisagés en cas de découverte d'un ou plusieurs cas covid dans les écoles, le Ministère assure que «tous les parents d'enfants qui sont directement touchés seront tenus informés. C'est-à-dire les jeunes qui ont été en contact avec la personne infectée (élève ou enseignant) et qui sont à placer à l'isolement ou en quarantaine». De plus, un bulletin régulier fera le point sur la situation sanitaire dans toutes les écoles et lycées du pays.

Précision : chaque parent d'enfant placé à l'isolement ou en quarantaine pourra bénéficier d'un congé pour raisons familiales qui ne sera pas déduit de son quota annuel.

3

Du renfort côté enseignants
Copier le lien

Au total, pour l'enseignement fondamental et secondaire publics, pas moins de 10.800 enseignants effectueront eux aussi leur rentrée, mardi. Si la plupart travaillent sous le statut de fonctionnaires, restent 19% des effectifs en CDD ou CDI

Pour ce retour en classe, et compte tenu de la situation sanitaire, le ministère de l'Education s'attend à un absentéisme plus fort que les années précédentes. Aussi, chaque région se voit dotée de 15 remplaçants permanents supplémentaires dès la reprise des cours. «Du personnel temporaire a été mobilisé pour remplacer les enseignants vulnérables», assure aussi Claude Meisch. 

De plus pour assurer, le tutorat extrascolaire et les cours de soutien souhaités pour conforter certains acquis, l'Education nationale fera appel à des enseignants mais aussi des étudiants. «Nous recruterons davantage d'assistants temporaires pour effectuer le stage de remplacement des enseignants au début de l'année scolaire. Cela devrait nous aider à passer les mois d'hiver», complète le ministre.  

4

De l'argent dans l'air
Copier le lien

Photo : Pierre Matgé

Qui va payer la note? Voilà l'interrogation lancée par le Syvicol à l'annonce du ministère de l'Education que, quotidiennement, les écoles feront l'objet d'une grande aération «toutes portes et fenêtres ouvertes» pour assainir l'atmosphère des salles de cours. Une opération que le ministre souhaitait voir effectuer en soirée ou avant la venue des enfants. Mais le Syndicat des communes du Luxembourg s'inquiète car cette opération pourrait s'avérer coûteuse.


De 2,7 milliards d'euros, le budget 2020 alloué à l'Éducation nationale connaît une hausse de 200 millions par rapport à celui de 2019
200 millions de plus pour l'Éducation nationale
Le budget 2020 du département du ministre DP, Claude Meisch s'élève à 2,7 milliards d'euros, soit une hausse de 200 millions par rapport à 2019. Par ailleurs, la somme allouée à l'enseignement supérieur connaît une forte progression.

Dans certains cas, il va falloir demander des reprogrammations des systèmes d'ouverture des fenêtres et volets. Tandis que dans d'autres établissements, il faudra avoir recours à des agents pour ouvrir (et refermer) des dizaines de fenêtres en dehors des horaires de service habituels. Sans oublier la facture de chauffage qui risque d'exploser pour remettre les salles de classe à la bonne température... Aussi, le président Emile Eicher a l'intention d'évoquer la prise en charge partagée de ces éventuels surcoût avec le gouvernement.

5

Toujours pas de garde gratuite
Copier le lien

La réforme devait entrer en vigueur au cours de cette année scolaire. Mais finalement, la gratuité des services de garde d'enfants ne pourra voir le jour en 2021. Claude Meisch l'assume, même si la mesure faisait partie des promesses de l'accord de coalition 2018-2023: «Cela ne sera pas possible, en partie parce que nous n'avons pas eu le temps de nous occuper de cette réforme très complexe».

La formule du CSA (chèque-service accueil) a donc encore de beaux jours devant elle. Ouverte depuis 2016 aux résidents comme aux frontaliers, elle a bénéficié à plus de 53.000 enfants en 2019. Des jeunes aussi bien pris en charge en crèche, maisons relais qu'auprès des quelque 530 assistantes parentales agréées.

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le «grand jour» pour plus de 90.000 écoliers
Cette fois, les vacances sont bel et bien finies. Dans des conditions inédites imposées par la crise sanitaire, des dizaines de milliers d'élèves de l'enseignement public âgés de 4 à 18 ans ont retrouvé ce mardi matin le chemin de l'école.
Lokales, Rentrée Scolaire, Erster Schultag, Schule, Schüler Grundschule Sassenheim, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Plus de 6.000 inscrits aux cours de rattrapage
L'initiative du ministère de l'Education nationale de proposer aux élèves une révision générale à quelques jours de la rentrée a trouvé son public. Reste à savoir qui fera face aux classes et sous quelles modalités sanitaires.
Lokales, Schoulrentrée Ribeschpont Besuch Claude Meisch, Maske, Maskenpflicht, Schule, Covid-19, Corona, Grundschule, Fondamental, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Moins d'un tiers des lycéens suivent une «classe iPad»
Quelque 649 classes travaillent avec des tablettes tactiles à travers le pays, à en croire les chiffres du ministère de l'Education nationale publiés mardi. Encore loin des objectifs gouvernementaux. Si la pratique se répand, aucune évaluation du dispositif n'est à l'ordre du jour.
Les outils informatiques équipent des classes dans tous les lycées du pays, assure le ministère de l'Education nationale.