Changer d'édition

Christian Kmiotek cède sa place à la tête de Déi Gréng
Luxembourg 2 min. 06.02.2020 Cet article est archivé

Christian Kmiotek cède sa place à la tête de Déi Gréng

Christian Kmiotek cède sa place à la tête de Déi Gréng

Luxembourg 2 min. 06.02.2020 Cet article est archivé

Christian Kmiotek cède sa place à la tête de Déi Gréng

Olivier TASCH
Olivier TASCH
Le coprésident du parti écologiste a annoncé ce jeudi qu'il quittera ses fonctions. Et ce, lors du prochain congrès prévu le 14 mars. Meris Sehovic, le porte-parole de Déi Jonk Gréng est intéressé pour reprendre le flambeau.

«Je cède ma place afin de pousser plus loin encore le renouveau au sein de notre parti», a déclaré celui qui coprésidait Déi Gréng depuis 2013. Il parle d'une «success-story» pour le parti qui en sept ans a vu augmenter son nombre de membres de 600 à 1.000 personnes.  

Mais aussi et avant tout une première participation au gouvernement en 2013, renouvelée en 2018. Les membres ont été informés ce jeudi alors qu'un appel à candidatures est lancé pour sa succession. Une chose est sûre, c'est un homme qui le remplacera.  Meris Sehovic, porte-parole des Jeunes verts, a déjà confirmé son intérêt pour ce poste. «J'y pense très sérieusement mais c'est évidemment au congrès de décider», confie-t-il. 

Djuna Bernard aura bientôt un nouveau partenaire à la présidence des Verts
Djuna Bernard aura bientôt un nouveau partenaire à la présidence des Verts
Photo: Gerry huberty

Les statuts du parti prévoient en effet une coprésidence paritaire. Le futur coprésident se retrouvera aux côtés de Djuna Bernard, la plus jeune députée du Parlement qui préside aux destinées du parti depuis mars 2019.

Homme de théâtre, pédagogue social de formation, Christian Kmiotek qui fêtait ses 60 ans ce 3 février veut «céder la place à la jeunesse». Une suite logique puisqu'en 2018, il ne briguait déjà pas la tête de liste verte pour les élections européennes. A l'époque, c'était déjà Meris Sehovic, porte-parole des Jeunes verts, qui avait assumé ce rôle.  


Déi Gréng, dei greng, Kongress, 19.03.2016 Foto: Luc Deflorenne
«Une crise chez Déi Gréng? Où ça?»
Affaire Traversini, remaniement gouvernemental délicat, problème de santé d'un de ses piliers: le parti écologiste vit des heures sombres. Mais ses deux coprésidents veulent croire en des jours meilleurs. Rapidement si possible.

Kmiotek a également quitté son poste au sein du conseil communal de Junglinster en juin 2019. C'est un retrait par étape donc, même s'il reste actif politiquement. Il fait un pas de côté mais conserve son rôle dans la délégation verte qui négocie la réforme fiscale au sein de la coalition. Idem pour son mandat au sein de l'organe de contrôle interne du Parti vert européen.

Visiblement ému lors de son annonce, Chritian Kmiotek a également concédé que les soucis traversés par le parti l'ont éreinté. «Chez nous les crises surviennent en double», explique-t-il. En 2018 dans la foulée du décès de Camille Gira, alors secrétaire d'Etat au Développement durable,  la coprésidente, Françoise Folmer rendait son tablier. Et lorsque le ministre de la Justice, Félix Braz, a eu son pépin de santé, l'affaire du Gardenhaischen a éclaté.


Sur le même sujet

Forts d'un millier d'adhérents, les Verts se sont félicités de surfer sur la vague à l'occasion de la cérémonie des vœux du parti, jeudi soir aux Rotondes de Luxembourg-Bonnevoie. Les écologistes ont aussi rappelé la prochaine gratuité des transports publics et la tarification carbone qui entrera en vigueur en 2021.
Die grünen Mandatsträger strahlen - es sind so einige neue Gesichter dabei.
A travers la crise dans laquelle se trouve Déi Gréng, François Bausch est redevenu l'homme fort au sein de son parti. Il fédère les Verts et leur donne le courage nécessaire par ces temps difficiles. Il n'épargne ni sa collègue Carole Dieschbourg, ni l'ancien député-maire de Differdange.
Politik, Interview Francois Bausch, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Affaire Traversini, remaniement gouvernemental délicat, problème de santé d'un de ses piliers: le parti écologiste vit des heures sombres. Mais ses deux coprésidents veulent croire en des jours meilleurs. Rapidement si possible.
Déi Gréng, dei greng, Kongress, 19.03.2016 Foto: Luc Deflorenne
L'absence prolongée du ministre de la Justice et vice-Premier ministre, Félix Braz a conduit Déi Gréng à proposer un remaniement gouvernemental. Ses adhérents en seront informés au cours d'un congrès extraordinaire, le 3 octobre prochain.
François Bausch devient vice-Premier ministre