Changer d'édition

Chômage «accidentel ou involontaire» à cause du virus
Luxembourg 26.02.2020

Chômage «accidentel ou involontaire» à cause du virus

Chômage «accidentel ou involontaire» à cause du virus

Photo: Shutterstock
Luxembourg 26.02.2020

Chômage «accidentel ou involontaire» à cause du virus

Maurice FICK
Maurice FICK
Comme le syndicat des banquiers et assureurs mardi, l'OGBL salue les initiatives patronales préventives pour protéger la santé des salariés. Le premier syndicat s'aligne sur la position de l'Aleba mais fait un pas de plus.

Alors que la ministre de la Santé, a fait ce mercredi matin des recommandations à suivre en cas de suspicion de coronavirus et que la direction de la Santé fera un point dans l'après-midi sur la situation à Tenerife et au Luxembourg, les syndicats s'en mêlent. L'Aleba a dégainé le premier, mardi soir, en criant au scandale face à l'attitude d'une banque de la place ayant imposé des congés à ses salariés de retour de zones sensibles.


«Une quarantaine ne peut être prise sur le congé légal»
Une banque de la Place impose à ses salariés, qui ont voyagé dans une région touchée par le coronavirus, de rester à la maison en prenant des congés, sait l'Aleba qui crie au scandale. Le syndicat appelle les délégués du personnel à «mettre les employeurs face à leurs responsabilités».

Un peu moins de 24 heures plus tard, l'OGBL condamne tout aussi «fermement» les employeurs qui imposent à leurs salariés ayant voyagé récemment dans certaines régions du monde jugées à risque de rester chez eux, en prenant des jours de congés pendant leur quarantaine.  

«En aucun cas, un salarié ne peut être contraint d'utiliser son congé légal, qui sert à la récréation et au repos, dans le cadre d’une mesure préventive ordonnée par son employeur», pose le puissant syndicat. Avant de commander aux  employeurs qui décident d'imposer une "mise en quarantaine" à leurs salariés de leur «octroyer impérativement un congé extraordinaire ou une dispense de travail sans perte de salaire».


«Les personnes qui ne présentent aucun des symptômes du coronavirus ne sont pas considérées comme suspectes», explique la ministre de la Santé, Paulette Lenert
Ne pas se rendre à l'hôpital en cas de suspicion
Paulette Lenert (LSAP), la ministre de la Santé détaille ce mercredi les recommandations à suivre dans le cas d'une personne suspectée d'avoir contracté le coronavirus. L'appel au numéro d'urgence 112 ou au 247-85650 (Inspection sanitaire) constitue la priorité.

Par contre et si cela s'avère nécessaire, l'OGBL estime également que le recours au «chômage accidentel ou technique involontaire», tel que le prévoit le Code du travail (articles L. 532-1 à L. 532-4), doit être envisagé pour les entreprises dont le fonctionnement serait amené à être partiellement ou totalement interrompu» suite à la mise en place de mesures préventives pour lutter contre l'expansion de la pandémie.

L'OGBL appelle le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP) à émettre une circulaire en direction des employeurs pour les responsabiliser, en leur rappelant leurs obligations relatives à la protection de la santé de leurs salariés. 


Sur le même sujet

Quatre cas positifs au Covid-19 à Tenerife
Le nombre de personnes affectées par l'épidémie de Covid-19 ayant fréquenté l'hôtel H10 Costa Adeje Palace est passé à quatre ce mercredi. Toutes sont de nationalité italienne. Pour rappel, quatre Luxembourgeois sont mis en quarantaine dans l'établissement depuis mardi.
Environ un millier de personnes sont confinées dans l'hôtel H10 Costa Adeje Palace
Ne pas se rendre à l'hôpital en cas de suspicion
Paulette Lenert (LSAP), la ministre de la Santé détaille ce mercredi les recommandations à suivre dans le cas d'une personne suspectée d'avoir contracté le coronavirus. L'appel au numéro d'urgence 112 ou au 247-85650 (Inspection sanitaire) constitue la priorité.
«Les personnes qui ne présentent aucun des symptômes du coronavirus ne sont pas considérées comme suspectes», explique la ministre de la Santé, Paulette Lenert
«Une quarantaine ne peut être prise sur le congé légal»
Une banque de la Place impose à ses salariés, qui ont voyagé dans une région touchée par le coronavirus, de rester à la maison en prenant des congés, sait l'Aleba qui crie au scandale. Le syndicat appelle les délégués du personnel à «mettre les employeurs face à leurs responsabilités».
Le droit à la déconnexion attend sa loi
Nombre d'employés ont un fil à la patte digital avec leur fonction en dehors de leur temps de travail. Pour la Chambre des Salariés, le droit à la déconnexion mérite une loi contraignante. Le ministre du Travail pense autrement.
Se déconnecter de son travail, durant ses congés ou ses loisirs devrait être un droit.