Changer d'édition

Chaque semaine de tests coûte 2,2 millions d'euros
Luxembourg 4 min. 24.02.2021

Chaque semaine de tests coûte 2,2 millions d'euros

Depuis mai dernier, le Large Scale Testing aura permis de signaler 195.000 cas positifs au Luxembourg.

Chaque semaine de tests coûte 2,2 millions d'euros

Depuis mai dernier, le Large Scale Testing aura permis de signaler 195.000 cas positifs au Luxembourg.
Photo Archives : Guy Wolff
Luxembourg 4 min. 24.02.2021

Chaque semaine de tests coûte 2,2 millions d'euros

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Alors que la troisième phase du Large Scale Testing débutera certainement à la mi-mars, le ministère de la Santé a fait ses comptes. Cette nouvelle étape de dépistage covid nécessite une enveloppe de 64 millions d'euros.

Et un, et deux, et trois... Large Scale testing (LST)! Ainsi, en a décidé le gouvernement luxembourgeois : pas question de baisser les bras dans le dépistage massif du virus. Aussi, voilà le troisième contrat du LST prêt à être reconduit (de mars à juillet). Ecolog et Laboratoires Réunis, qui ont déjà été retenus pour les deux premières parties, espèrent bien rester à la manœuvre. «Je crois que nous avons fait correctement nos preuves», sourit Andre Hansen qui supervise, depuis mai 2020, le dispositif. Une organisation qui, à ce jour, a permis de réaliser plus de 1,2 million de tests au Grand-Duché.


08.02.2021, Großbritannien, Leeds: Eine Person wird im Impfzentrum Elland Road mit dem Astrazeneca-Impfstoff gegen das Coronavirus geimpft. Foto: Danny Lawson/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La vaccination n'empêchera pas le testing
Les personnes qui auront reçu les injections anti-covid recevront encore des invitations à participer au dépistage massif. Une façon de s'assurer de la réussite de la campagne vaccinale.

Cette fois, la nouvelle phase va toutefois prendre un nouveau visage. Les équipes mobiles, amenées à intervenir en structures d'hébergement seniors ou dans les établissements scolaires, vont être renforcées. Au-delà des 8 sites en mode drive-in pour les tests PCR habituels, six centres de prélèvement sanguin vont aussi être établis. Leur rôle : vérifier la présence ou non d'anticorps développés face au covid chez les personnes invitées. Utile quand il s'agira de mesurer le taux d'immunisation de la population, une fois la campagne de vaccination plus avancée.

La feuille de route du LST3 est claire : «53.000 dépistages et 1.000 analyses sérologiques par semaine», indique André Hansen. Enfin ça, c'est ce qui est écrit sur le projet de loi 7757. La réalité de l'épidémie pourra venir bouleverser ce bel ordonnancement.

«On l'a vu dans les phases 1 et 2, il a fallu s'adapter. Fermer le centre de Schieren pour le déplacer à Roost puis à Mersch. Ouvrir une station de contrôle à l'aéroport pour répondre aux exigences internationales. Et puis aussi s'adapter aux conditions météo...»

Car si la phase 1, au printemps dernier, avait bénéficié de belles journées ensoleillées, l'hiver a été rude pour les équipes. Il a fallu aménager les campements pour que le travail des 160 personnels mobilisés pour faire face à l'afflux des visiteurs puisse être maintenu même quand les températures devenaient négatives. «Nous avons octroyé une prime pour s'assurer que chaque agent sur place puisse disposer de tenues chaudes et adaptées, indique au passage le représentant d'Ecolog. Et tout le monde a tenu sa place malgré ce contexte défavorable.» 

Sans parler des récentes inquiétudes, du côté de Grevenmacher, en voyant monter les eaux de la Moselle en direction du site de dépistage; il s'en est fallu de peu pour que personnels et équipement déménagent en urgence.


Lokales, Politik,  Corona Virus Covid-19, Large Scale  Testing, Corona Test, Teststation Hollerich ( Einverständnis der abgebildeten Person) Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Le dépistage massif prolongé jusqu'à mi-juillet
Le gouvernement luxembourgeois remet 42,8 millions d'euros sur la table pour organiser la troisième phase du Large scale testing. Quatre mois durant, les tests PCR seront complétés par des prises de sang pour, notamment, évaluer l'efficacité de la vaccination.

Pour cette phase 3, le ministère de la Santé compte sur un budget de 64 millions d'euros maximum. Approximativement du même ordre que pour la phase 2. De quoi voir venir puisque pour les 18 semaines de campagne initiale un budget de 40 millions devrait suffire. 

«Mais il a été décidé que si la situation l'exigeait, le dispositif pourrait être prolongé tout l'été et jusqu'à la rentrée afin de  pouvoir maintenir la vigilance auprès de toutes les strates de populations, et notamment les ''plus jeunes générations'' qui à ce stade devraient avoir reçu leur vaccin», fait remarquer André Hansen.

Faites les comptes, cela fait bien la semaine de tests à près de 2,2 millions d'euros en moyenne. Cette somme prenant en compte le travail des équipes, les frais de communication, les invitations, la gestion de projet, l'audit qualité, le coût de la hotline, les interventions sur l'ensemble du territoire des équipes mobiles mais aussi l'indispensable soutien informatique pour la bonne gestion de ce Large Scale testing, de la prise de rendez-vous à l'envoi individualisé des résultats.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Déjà annoncés pour être utilisés dans le milieu sportif, les maisons de soins ou les écoles, Paulette Lenert indique jeudi que ces dispositifs, qui pourront être utilisés sans formation spécifique, seront également disponibles dans le milieu professionnel et à domicile.
Pris au dépourvu à l'automne par la seconde vague, le pays a cette fois pris les devants: avec 3 millions de tests par semaine, dont la moitié dans les écoles, le petit Etat s'érige désormais en champion de l'exercice.
(FILES) In this file photo taken on February 4, 2021 a health worker takes a coronavirus antigen rapid test swab at the new coronavirus test center in the Orangery of the Schoenbrunn Palace as Vienna expands its capacities for the rapid antigen test, amid the ongoing Covid-19 pandemic. - While Austria has struggled to contain the second wave of the coronavirus pandemic, it is fast emerging as a world leader in testing as a way of opening schools and businesses. (Photo by ALEX HALADA / AFP)
Sept stations (sur les 16 installées dans le pays) vont être mises en veille jusqu'à la fin des vacances. A partir de septembre, la Direction de la Santé luxembourgeoise redéfinira ses choix de testing. Il est vrai que les tentes ne seront plus forcément adaptées aux conditions automnales par exemple.
La phase I du dépistage massif au Luxembourg prendra fin ce week-end après deux mois de fonctionnement. Retour sur un dispositif inédit à l'échelle du pays et qui s'apprête à être prolongé jusqu'à... mars 2021.
Lokales, Illustration, Parking Bouillon, Corona, Covid19, Test für Anwohner, Covid-Station  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort