Changer d'édition

Chaque commune reste libre de distribuer des masques
Luxembourg 2 min. 14.04.2020 Cet article est archivé

Chaque commune reste libre de distribuer des masques

Attention, rappellent les ministres de la Santé et de l'Intérieur, «le masque ne doit pas créer un faux sentiment de sécurité».

Chaque commune reste libre de distribuer des masques

Attention, rappellent les ministres de la Santé et de l'Intérieur, «le masque ne doit pas créer un faux sentiment de sécurité».
Photo : AFP
Luxembourg 2 min. 14.04.2020 Cet article est archivé

Chaque commune reste libre de distribuer des masques

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Si le ministère de la Santé organise des distributions de masques auprès des professionnels de santé pour éviter la propagation du covid-19, les bourgmestres peuvent prendre pareille initiative pour leurs habitants.

«Ni en concertation avec le ministère de la Santé, ni avec le ministère de l'Intérieur.» C'est de leur propre chef que certains bourgmestres, comme à Weiswampach, ont choisi de distribuer des masques de protection à leurs seniors depuis quelques jours. Une action à laquelle  la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP) n'entend pas s'opposer. Une tolérance qui s'applique alors que le direction de la Santé, elle, concentre ses efforts pour assurer la mise à disposition de ces protections des voies aériennes aux personnels de santé.

Lors de son point presse de vendredi, la ministre avait notamment rappelé que ses services avaient procédé dans la semaine à une large répartition sur tout le pays. 192.000 masques ont ainsi été remis «en priorité au secteur de la santé et aux hôpitaux mais aussi pour le secteur des soins à la personne et aux pharmacies.» Au passage, la responsable politique avait d'ailleurs précisé que l'administration d'Etat s'apprêtait à rendre leurs protections aux entreprises et communes qui les avaient généreusement mises à disposition au début de l'épidémie alors que les stocks étaient au plus bas. C'est notamment le cas de la Ville de Luxembourg.

Toutefois, Paulette Lenert et sa collègue de l'Intérieur Taina Bofferding (LSAP) entendent rappeler aux communes comme aux citoyens que la vigilance s'impose. Elle l'ont signalé, ce mardi, dans une réponse parlementaire commune adressée au député Marc Hansen (Déi Gréng). Aux collectivités, les ministres rappellent que «l'envoi d'un masque chirurgical se relève être difficilement exécutable sans courir le risque potentiel de contaminer» l'objet.


Lokales, Corona-Virus, Stéphanie Damm-Krauss näht Stoffmasken mit ihrer Tochter Charlie, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Tout savoir sur les masques «faits maison»
Le port du masque est un «geste de barrière additionnel» pour combattre la propagation du coronavirus. Y compris pour les gens en bonne santé. Comment en fabriquer un soi-même ? Quand le porter ? Faut-il le laver ? Réponses.

Aux particuliers, et plus particulièrement les seniors de 65 ans et plus, qui bénéficieraient de cet envoi de masques, Mmes Bofferding et Lenert réaffirment que le port du masque constitue «un moyen complémentaire aux gestes barrière, qui permet de réduire la dissémination des gouttelettes porteuses du virus. Toutefois il peut aussi constituer un risque supplémentaire d'infection lorsqu'il n'est pas correctement manipulé».

Alors que, lundi, le président Emmanuel Macron a assuré à ses 67 millions de concitoyens que chacun se verrait distribuer des masques de la part de l'Etat français (à compter du 11 mai), le gouvernement luxembourgeois ne s'engage pas à pareille promesse. Seul engagement : tant que l'approvisionnement en masques médicaux reste difficile ceux-ci seront réservés aux médecins et soignants. Le Luxembourg ayant passé commande, aucune pénurie n'est à redouter.

Les ministres de la Santé et de l'Intérieur exigent une seule chose des communes du Grand-Duché qui s'engageraient à distribuer des masques non médicaux (tissu ou autres) : veiller à bien communiquer sur l'usage correct de ces dispositifs et «ne pas créer de faux sentiment de sécurité». A ce titre, une documentation officielle est disponible en ligne.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Du fil et une aiguille pour parer au virus
Des bénévoles ont répondu à l’appel d’une ancienne malade du covid-19 et confectionnent depuis des charlottes, des masques. Une protection destinée aux personnels soignants luxembourgeois.
Stephanie Cave sews the mask seems and straps together to finish creating masks at Stitch House on March 22, 2020 in Dorchester, Massachusetts. - From amateur seamstresses and sewing clubs to Hollywood costume-makers, a patchwork army of volunteers across the United States is churning out gowns and masks for emergency workers battling coronavirus.
The pandemic that has killed 2,500 nationwide has left medics dangerously exposed to the virus, with doctors forced to reuse scarce masks through the day as hospital supplies of personal protective equipment (PPE) rapidly dwindle. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
De la haute couture aux tenues sanitaires
A Bascharage, l'atelier Eva Ferranti a décidé de mettre son savoir-faire au profit des personnels hospitaliers. Depuis mi-mars, ces couturières confectionnent blouses, pantalons ou tenues en Tykek qui manquent tant aux soignants.
L'efficacité des masques en débat
Le recours aux masques face au coronavirus a été spontané et massif dans certaines régions d'Asie, tandis que les pays occidentaux, d'abord réticents, commencent à recommander leur usage généralisé. Cependant l'efficacité de cette stratégie fait toujours débat.
Libyans wearing protective face masks queue in front of a bank in the centre of the capital Tripoli on April 1, 2020, amidst the novel coronavirus pandemic crisis, on April 1, 2020. (Photo by Mahmud TURKIA / AFP)
Ne brûlez pas vos billets de banque !
S'il est recommandé de régler ses achats en carte bancaire, la Banque centrale de Luxembourg veut tordre le coup à une «fake news : non, la monnaie papier n'est pas significativement porteuse du covid-19.