Changer d'édition

Chambre des députés: 8 nouveaux, 15 mandats en suspens
Paul Galles, ancien prêtre devenu coordinateur social a prêté serment pour la première fois. Au balcon, le jeune député avait de nombreux soutiens.

Chambre des députés: 8 nouveaux, 15 mandats en suspens

Lex Kleren
Paul Galles, ancien prêtre devenu coordinateur social a prêté serment pour la première fois. Au balcon, le jeune député avait de nombreux soutiens.
Luxembourg 20 1 3 min. 30.10.2018

Chambre des députés: 8 nouveaux, 15 mandats en suspens

Maurice FICK
Maurice FICK
C'était la grande rentrée ce mardi au parlement luxembourgeois. Des 60 députés nouvellement élus, seuls 45 ont prêté serment. Les 15 autres sont toujours ministres en fonction jusqu'à la formation du futur gouvernement. Les 8 députés qui siègent pour la première fois à la Chambre, expliquent la mission qu'ils se sont fixée.

Premier ministre sortant et formateur du futur gouvernement, Xavier Bettel, a solennellement déclaré ouverte la session parlementaire 2018-2019 ce mardi vers 14h35 devant une Chambre des députés agitée où régnait une ambiance de franches retrouvailles. «Retrouvailles» est le terme qui sied au sein d'une assemblée seulement renouvelée à 13% suite aux élections législatives du 14 octobre 2018. Tout du moins pour l'heure.

Comme le veut la nouvelle loi électorale dépoussiérée en cette année 2018, le parlement luxembourgeois a bien repris du service en ce troisième mardi après les élections législatives mais pas dans sa configuration définitive. Des 60 députés élus et présents ce mardi, seuls 45 ont prêté serment en groupe, c'est-à-dire par circonscription électorale.

Parmi les députés assermentés se trouvent 8 nouveaux qui entrent pour la première fois au parlement. Wort.lu a tendu le micro (dans l'ordre) à Paul Galles (CSV) , Georges Mischo (CSV), Dan Biancalana (LSAP), Charles Margue (Les Verts), Sven Clement (Pirates), Marc Goergen (Pirates), François Benoy (Les Verts)  et Jeff Engelen (ADR) et leur a demandé quelle mission ils se sont fixée au moment de devenir effectivement député?

Quinze députés ne pouvaient prêter serment devant la Chambre en cette rentrée «provisoire» du 30 octobre pour la bonne raison qu'ils sont toujours ministres tant que le nouveau gouvernement n'est pas constitué. La règle est simple: la fonction de ministre ou de secrétaire d'Etat n'est pas cumulable avec celle de député.

Leur destinée politique sera soit de prolonger l'aventure ministérielle au sein de la nouvelle coalition gouvernementale -ce qui ne sera assurément pas le cas pour les 15 personnes- toujours en cours de négociation, soit de devenir effectivement député lorsque la composition du nouveau gouvernement sera fixée. Ce qui ne devrait pas être le cas avant début décembre si l'on se fie au nouveau calendrier des négociations gouvernementales qui prévoit encore une réunion plénière le mercredi 28 novembre.

Trois nouvelles têtes au perchoir

Le seul changement notoire de cette première session était du côté du perchoir. En lieu et place de Mars di Bartolomeo confiant en coulisses qu'il «a aimé et aime ce boulot» - celui de président de la Chambre - les députés ont découvert une présidence tricéphale.

Au côté de Gast Gibéryen devenu président provisoire en sa qualité de doyen des députés, de nouveaux visages: celui de Sven Clement (Pirates) affublé d'une cravate décidément très orange et celui de François Benoy (Les Verts) portant comme tous ses camarades écolos, un joli tournesol à la boutonnière. Ce sont les deux plus jeunes élus. Gast Gibéryen conservera ce poste jusqu'à l'entrée en fonction du nouveau gouvernement.

Lorsque l'entente sera scellée entre les futurs partenaires de coalition, la Chambre connaîtra sa composition définitive. S'ensuivra d'abord un jeu de chaises musicales dans lequel les sièges de député laissés finalement vacants par les ministres nommés seront redistribués aux prochains mieux élus sur les listes.

Ces 15 députés prêteront serment au cours de la première séance publique qui suivra l'officialisation du nouveau gouvernement.

Les deux plus jeunes élus ont tiré au sort 7 candidats pour former la «Commission des vérifications des pouvoirs». Réunissant la présidente Diane Adehm (CSV), Aly Kaes (CSV), Sam Tanson (Les Verts), Roy Reding (ADR), Viviane Reding (CSV), Roberto Traversini (Les Verts), Michel Wolter (CSV), la commission siégeant pour la première fois publiquement, a procédé à une vérification des pouvoirs des élus bien plus longue que prévu avant de conclure que les opérations électorales s'étaient bien déroulées de façon régulière au Luxembourg et que la demande d'annulation des élections déposée par le candidat Robert Mehlen (ADR) n'était pas recevable.