Changer d'édition

Cette start-up qui veut brancher la Lune au solaire
Luxembourg 3 min. 07.04.2021

Cette start-up qui veut brancher la Lune au solaire

Joost van Oorschot, fondateur de Maana Electric, est à la recherche de nouveaux investisseurs pour continuer à développer son projet.

Cette start-up qui veut brancher la Lune au solaire

Joost van Oorschot, fondateur de Maana Electric, est à la recherche de nouveaux investisseurs pour continuer à développer son projet.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 07.04.2021

Cette start-up qui veut brancher la Lune au solaire

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Maana Electric, basée à Bettembourg, réfléchit à la façon de produire des panneaux photovoltaïques directement depuis le sol lunaire.

(pj avec Thomas KLEIN) - L'humanité veut retourner sur la Lune. Ainsi, dès 2024, la NASA enverra une autre mission habitée sur le satellite terrestre. Déjà les techniciens d'ISpace, à Luxembourg, réfléchissent à un robot chargé d'étudier la surface de l'astre. Mais pour la première fois, il est aussi prévu d'établir une base permanente. «Mais pour tout ce que vous voudrez faire sur la Lune, vous aurez besoin d'énergie (pour générer de l'oxygène, de l'hydrogène, faire fonctionner des systèmes robotiques ou des ordinateurs)», rappelle Joost van Oorschot.


Staff members examine the return module of China's Chang'e-5 lunar probe in Siziwang Banner, in northern China's Inner Mongolia Autonomous Region on December 17, 2020. (Photo by STR / AFP) / China OUT
La Chine rapporte des morceaux de Lune
C'est une prouesse technologique dans l'espace: la Chine a rapporté jeudi, sans encombre, des échantillons de Lune, première mission de ce type en plus de 40 ans.

Et c'est là qu'intervient le fondateur et dirigeant de la start-up Maana Electric. Avec son équipe, dans leurs locaux de Bettembourg, il travaille sur une nouvelle technologie permettant d'obtenir les matériaux nécessaires à la construction de panneaux solaires directement à partir de la surface du sol lunaire (le régolithe). 

«Grâce à ce procédé, nous pouvons séparer les différents minéraux contenus dans cette partie supérieure du sol et, par exemple, produire le silicone dont nous avons besoin pour la production de panneaux solaires avec un degré de pureté élevé», explique le jeune homme. L'opération a déjà réussi en laboratoire, reste à l'approuver dans les conditions lunaires. 

Mais avant l'espace, c'est dans le désert que les scientifiques vont tester leur innovation. Le sable contenant lui aussi les matières premières pour la fabrication de cellules solaires. L'opération aura lieu en 2022, le temps de peaufiner les conteneurs d'expédition qui contiendraient l'équipement à destination de la Lune. À cette fin, l'entreprise a construit un prototype d'une telle mini-usine de cellules solaires, qui sera utilisée dans le désert à partir de l'année prochaine. «Le système testé dans le désert peut produire des cellules solaires assurant une puissance d'environ un mégawatt/an», confie Joost van Oorschot. 

Dans des conditions de laboratoire, il est déjà possible de produire les panneaux solaires avec la technologie Maana.
Dans des conditions de laboratoire, il est déjà possible de produire les panneaux solaires avec la technologie Maana.
Photo : Guy Jallay

La prochaine génération de ce système devrait alors avoir une capacité de dix mégawatts, estiment ses développeurs. L'avantage de ces systèmes de production compacts est qu'ils peuvent être transportés directement là où les panneaux solaires sont nécessaires. Sur un astre lointain comme dans les parties les plus reculées de la planète où les populations ont difficilement accès à l'électricité. 

Atout de cette production : elle utilise moins de produits chimiques que les procédés actuels de fabrication de panneaux photovoltaïques, et s'avère moins coûteuse. «90% du coût d'un panneau solaire traditionnel part dans les matériaux, produits chimiques et dans l'énergie nécessaires à la fabrication. En générant soi-même les matières premières à partir de la roche, il y a de grandes économies réalisées», explique le dirigeant de la start-up.


This screengrab made from SpaceX's live webcast shows the Starship SN10 prototype during the second attmpted test flight of the day at SpaceX's South Texas test facility near Boca Chica Village in Brownsville, Texas, March 3, 2021. - An unmanned SpaceX rocket exploded on the ground on March 3 after carrying out what had seemed to be a successful flight and landing. (Photo by Jose ROMERO / SPACEX / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /SPACEX " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
SpaceX connaît un nouveau problème à l'atterrissage
Un prototype de la future fusée géante Starship de la société SpaceX, dont deux précédents exemplaires s'étaient écrasés à leur retour au sol, a cette fois réussi à se poser en un morceau mercredi... avant d'exploser quelques minutes plus tard.

Maana Electric compte déjà une trentaine d'employés, dont la plupart sont des ingénieurs. Et la société prévoit de recruter du personnel supplémentaire dans les mois à venir, déménageant du coup de Bettembourg à Foetz pour héberger ses effectifs. 

Cela constituera une nouvelle étape dans la vie de cette start-up arrivée au Grand-Duché après avoir remporté un concours de l'Agence spatiale luxembourgeoise. Et c'est grâce à des financements venant également de l'ESA (Agence spatiale européenne) que l'entreprise fonctionne. Mais d'autres investisseurs privés sont attendus dans l'orbite de la société. Pas simple en cette période de crise covid. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un atterrissage sur Mars comme si vous y étiez
La Nasa a rendu publics lundi deux documents exceptionnels capturés par son rover Perseverance sur la planète rouge. Une spectaculaire vidéo de son atterrissage enregistré sous tous les angles, et le son d'une bourrasque de vent martien.
This NASA video frame grab photo released on February 22, 2021 shows what NASA's Mars 2020 Perseverance mission captured in footage of its rover landing in Mars' Jezero Crater on February 18, 2021, the real footage in this video was captured by several cameras that are part of the rover's entry, descent, and landing suite. The views include a camera looking down from the spacecraft's descent stage (a kind of rocket-powered jet pack that helps fly the rover to its landing site), a camera on the rover looking up at the descent stage, a camera on the top of the aeroshell (a capsule protecting the rover) looking up at that parachute, and a camera on the bottom of the rover looking down at the Martian surface. - The US space agency NASA on February 22, 2021 released the first video of the landing of the Perseverance rover on Mars. The video clip, lasting three minutes and 25 seconds, showed the deployment of the parachute and the rover's touchdown on the surface of the Red Planet. "These are really amazing videos," said Michael Watkins, director of NASA's Jet Propulsion Laboratory. "This is the first time we've ever been able to capture an event like the landing on Mars." (Photo by Lizabeth MENZIES / NASA / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /NASA/JPL-Caltech/HANDOUT " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Space Cargo Unlimited grandit en orbite
La start-up luxembourgeoise Space Cargo Unlimited compte déjà trois lancements de matériaux vivants dans l'espace à son actif. Y compris des bouteilles de vin dont elle étudie l'évolution loin de la gravité terrestre.
(FILES) This NASA handout image received on March 25, 2008 shows the International Space Station (ISS) on March 24, 2008 as seen from the US space shuttle Endeavour. The Johnson Space Center in Houston, Texas, reported March 12, 2009 that the crew of the ISS was evacuated to the Soyuz escape vehicle as a precautionaery measure after it was discovered that space debris presented a danger to the station. The center later announced an all-clear once the ISS had passed the debris field. On the ISS are NASA’s Expedition 18 Commander Mike Fincke, Russian Flight Engineer Yury Lonchakov, and NASA’s Sandra Magnus.     FILES/AFP PHOTO/NASA PHOTO/HO =GETTY OUT=
Un peu de Luxembourg partira sur la Lune
La firme iSpace Europe, basée à Luxembourg, a été choisie par la NASA. En 2023, ses équipements décolleront pour aller récolter des échantillons de sol à la surface du satellite naturel situé à 384.402 km de la Terre.