Changer d'édition

Ces pétroliers qui «vivent sur une autre planète»
Luxembourg 2 min. 13.02.2020

Ces pétroliers qui «vivent sur une autre planète»

Claude Turmes a clairement répondu aux grands pétroliers installés au Luxembourg que la vente de carburants ne colle plus avec la nouvelle politique énergétique du gouvernement.

Ces pétroliers qui «vivent sur une autre planète»

Claude Turmes a clairement répondu aux grands pétroliers installés au Luxembourg que la vente de carburants ne colle plus avec la nouvelle politique énergétique du gouvernement.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 13.02.2020

Ces pétroliers qui «vivent sur une autre planète»

Maurice FICK
Maurice FICK
Le torchon brûle entre le Groupement pétrolier luxembourgeois et le gouvernement Bettel à cause de sa nouvelle politique climatique, officiellement sur papier. Le ministre de l'Energie, Claude Turmes répond sans mâcher ses mots.

Les temps se durcissent pour l'automobile, comme pour les pétroliers dans ce qui était jusqu'ici un eldorado. Avec la publication officielle du Plan national intégré en matière d'énergie et de climat (uniquement en allemand pour l'heure) et la consultation publique qui durera jusqu'au 29 mars 2020, le vent a définitivement tourné pour ces deux secteurs au Luxembourg.


«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la HOA, François Bausch parle de «cadeau ministériel»
Le «cadeau ministériel» de Bausch au secteur automobile
«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la House of Automobile sur la mise en œuvre des nouvelles normes de pollution, le ministre de la Mobilité contre-attaque et justifie sa décision qui entrera en vigueur le 1er mars.

Non sans friction avec les représentants verts de la coalition gouvernementale DP-LSAP-Déi Gréng. Après la charge de la House of Automobile et l'ACL qui avait vertement critiqué en décembre François Bausch (Déi Gréng), le ministre de la Mobilité, pour «faire payer au consommateur une taxe automobile plus élevée», c'est le Groupement pétrolier luxembourgeois (GPL) qui est monté au créneau

En cause: les taxes étatiques qui font grimper les prix au point de ne plus permettre aux pompistes luxembourgeois d'être concurrentiels. C'est déjà le cas pour les camions qui pompent le litre moins cher côté belge. «Ces mesures politiques ont pour conséquence la délocalisation de nos ventes», a déploré en début de semaine Paul Kaiser, vice-président du GPL. Avant de dénoncer «une politique climatique qui n'est pas intelligente mais idéologique».    

«Je ne veux pas raconter d'histoires» 

La réponse du ministre de l'Energie (Déi Gréng), Claude Turmes, au GPL, est tombée sur le plateau télévisé de RTL mercredi soir, sans la moindre équivoque: «Si ces gens pensent que nous pouvons mener une politique climatique tout en continuant, malgré tout, de vendre autant de diesel et d'essence, alors je crois qu'ils vivent sur une autre planète !»


Tanktourismus,Tanken,Tankstelle,Aire de Berchem. Foto:Gerry Huberty
Le diesel au Grand-Duché augmente de 20 cents en 20 mois
Augmentations de l'accise, taxe carbone et directive européenne... concrètement c'est un bond de 19,52 cents par litre de diesel pour les automobilistes en quelques mois, a calculé le Groupement des pétroliers luxembourgeois. Il dénonce une «volte-face» subite de la politique gouvernementale.

Ce type de politique «appartient définitivement au passé», «nous devons agir» car la planète va mal, a posé Claude Turmes. Avant d'ajouter: «Je ne veux pas raconter d'histoires aux gens. Faire de la politique climatique signifie que nous devons sortir des énergies fossiles, c'est-à-dire du charbon, du pétrole et du gaz».


Sur le même sujet

Le diesel au Grand-Duché augmente de 20 cents en 20 mois
Augmentations de l'accise, taxe carbone et directive européenne... concrètement c'est un bond de 19,52 cents par litre de diesel pour les automobilistes en quelques mois, a calculé le Groupement des pétroliers luxembourgeois. Il dénonce une «volte-face» subite de la politique gouvernementale.
Tanktourismus,Tanken,Tankstelle,Aire de Berchem. Foto:Gerry Huberty
Ne tirez plus sur les pompistes!
Même si les prix des carburants ont enregistré une petite baisse ce mardi, le président du Groupement pétrolier luxembourgeois, est las des différentes taxes affectant essence et diesel. Pas question pour Romain Hoffmann que les 234 stations-service du pays servent de vaches à lait pour la politique environnementale.
16.10.2018 Luxembourg, ville, Tanken, Tanktourismus, Benzin, Diesel, pollution, Umwelt, Neue Aufkleber, Bezeichnung B7 et E5, Auto, Autos, Schmutz, Verbot   photo Anouk Antony
Le «cadeau ministériel» de Bausch au secteur automobile
«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la House of Automobile sur la mise en œuvre des nouvelles normes de pollution, le ministre de la Mobilité contre-attaque et justifie sa décision qui entrera en vigueur le 1er mars.
«Consterné» et «choqué» par les critiques émises par la HOA, François Bausch parle de «cadeau ministériel»
L'engagement climatique passe au degré supérieur
Face à l'urgence, le Luxembourg a décidé de rehausser ses objectifs environnementaux. Ainsi, d'ici 2030, le pays n'entend plus réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% mais de 55%. Une loi va bientôt fixer la voie pour y arriver.
Lokales, Dritter Klimamarsch in Luxemburg - Youth for Climate Luxembourg, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les taxes freineraient le tourisme à la pompe
Les ventes de gazole au Luxembourg ont baissé pour la première fois, comme l'a annoncé le Groupement pétrolier luxembourgeois (GPL), jeudi. Un manque à gagner de 35,5 millions d'euros pour l'État depuis le 1er mai et la hausse des accises voulue par le gouvernement.
Les droits d'accise tirent les ventes du gazole vers le bas, faisant régir le patron du GPL