Changer d'édition

Ces liquides d'e-cigarette qui inquiètent
Luxembourg 2 min. 23.12.2019 Cet article est archivé

Ces liquides d'e-cigarette qui inquiètent

Certains additifs d'e-cigarettes peuvent s'avérer mortels, à en croire les statistiques américaines.

Ces liquides d'e-cigarette qui inquiètent

Certains additifs d'e-cigarettes peuvent s'avérer mortels, à en croire les statistiques américaines.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 23.12.2019 Cet article est archivé

Ces liquides d'e-cigarette qui inquiètent

Alexander ABDELILAH
Alexander ABDELILAH
Le ministère de la Santé soupçonne certains additifs d'être nocifs, se basant notamment sur des données américaines. Le gouvernement assure, lundi, que ces produits ne disposent pas d'autorisation de mise sur le marché dans le pays.

Alors qu'ils se plaignaient du manque de données «assez complètes» à la rentrée, les services d'Etienne Schneider (LSAP), ministre de la Santé, ont changé de ton. Dans une réponse parlementaire, lundi, ils confirment «de fortes suspicions». Celles-ci concernent la dangerosité des e-liquides contenant «du CBD, THC ou acétate de vitamine E ». Des composants interdits de cité au Luxembourg, assure le ministère, en admettant qu'une présence illégale n'est pas à exclure.


La cigarette au chanvre CBD prête à faire un tabac
De nouveaux paquets vont faire leur apparition chez les buralistes et dans les stations-service du Luxembourg. Les amateurs de cannabinol devraient en apprécier les bouffées vertes.

Le nouvelles données sur les risques que peuvent représenter les cigarettes électroniques proviennent des Etats-Unis. C'est le Center for Disease Control and Prévention (CDC) qui a de nouveau sonné l'alerte, début décembre. En effet, sur les plus de 2.000 cas d'intoxications qui ont nécessité une hospitalisation à travers les USA, les substances soupçonnées étaient consommées par les victimes dans «la majorité des cas».

Alors que l'Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) soulignait déjà les risques liés à l'e-cigarette dans un rapport publié l'été dernier, c'est un décès en Belgique qui a ravivé l'inquiétude du gouvernement. Dans ce cas survenu dans un pays voisin du Grand-Duché en novembre dernier, le consommateur avait utilisé un additif contenant du CBD. 


(FILES) In this file photo taken on October 02, 2018 a man exhales smoke from an electronic cigarette in Washington, DC. - British American Tobacco on September 12, 2019 said it planned to cut 2,300 jobs globally by January as its new boss seeks to drive revenues in controversial e-cigarettes. (Photo by EVA HAMBACH / AFP)
L'e-cigarette garde un arrière-goût nocif
Le gouvernement américain veut interdire l’utilisation d’arômes dans les cigarettes électroniques. Au Grand-Duché, pareille mesure ne figure pas à l'ordre du jour. Mais le Luxembourg reste vigilant sur la toxicité de la «vapoteuse».

«La Direction de la santé a rapidement contacté l'autorité sanitaire belge», explique le ministère grand-ducal. Précisant que des échanges au niveau de la Commission européenne sont également en cours «pour être tenu au courant de toute évolution».

Une vigilance qui devrait s'accroître alors que l'introduction de cigarettes au CBD a été annoncée en novembre et que la légalisation du cannabis récréatif est coincé dans les tuyaux du ministère de la Santé. 

Conscient malgré tout des limites de son action, Etienne Schneider rappelle que les additifs nocifs sur la sellette en Europe «n'avaient pas été déclarés aux autorités, et qu'il s'agissait de produits de fabrication artisanale et non réglementés». 


Sur le même sujet

Avec des cas dépassant la barre des 1.000 cas pour un million d'habitants selon les données de l'OMS, le Grand-Duché se classe au troisième rang en termes de contaminations. Un classement qui reste toutefois à prendre avec des pincettes.
Annoncée à plusieurs reprises par le gouvernement, la mesure devrait «prochainement» aboutir à un projet de loi, a annoncé Etienne Schneider (LSAP), ministre de la Santé, mardi. La future disposition pourrait entrer en conflit avec des conventions internationales ratifiées par le pays.
Le seul producteur de cannabis actuel du pays pourra se frotter les mains lorsque la légalisation entrera en vigueur.