Changer d'édition

«Certains jours, je préférerais faire du vélo»
Luxembourg 4 min. 13.09.2019

«Certains jours, je préférerais faire du vélo»

A 70 ans, Jean Asselborn ne se sent «ni fatigué, ni dégoûté» de la scène politique internationale

«Certains jours, je préférerais faire du vélo»

A 70 ans, Jean Asselborn ne se sent «ni fatigué, ni dégoûté» de la scène politique internationale
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 4 min. 13.09.2019

«Certains jours, je préférerais faire du vélo»

Ministre des Affaires étrangères depuis 2004, Jean Asselborn (LSAP) assure n'être «ni fatigué, ni dégoûté» par son métier. Au contraire, il relève au quotidien les défis de la montée du populisme de droite en Europe, du Brexit et de la nouvelle Commission européenne.

(JFC, avec Bep). - Voix du Luxembourg sur la scène internationale depuis 15 ans, le ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn a toujours eu son franc-parler fleuri. Dans une interview d'été accordée à nos confrères du Luxemburger Wort publiée jeudi, le vieux briscard (70 ans) de la politique européenne livre sa vision de l'état actuel de l'UE.

Pour lui, la flambée du populisme de droite en Europe, illustrée par «les résultats à deux chiffres» obtenus par l'AfD lors des dernières élections début septembre en ex-Allemagne de l'Est, représente un danger majeur. A ce sujet, Jean Asselborn déclare qu'«on a franchi une frontière qui ne doit pas être franchie, surtout dans un pays comme l'Allemagne.»


Andreas Kalbitz (C), top candidate of the far-right AfD (Alternative for Germany) party for state elections in Brandenburg, waves on stage after the first exit polls during the AfD's election party on September 1, 2019 in Werder an der Havel near Potsdam, eastern Germany. - Voters went to the polls for state elections in Brandenburg and Saxony, two states in the ex-communist east. The election results could reverberate across German politics. For Chancellor Angela Merkel, an election debacle for either her conservative Christian Democratic Union (CDU) or junior coalition partner the social democratic SPD would spell another threat to their uneasy coalition. (Photo by Odd ANDERSEN / AFP)
Forte poussée de l'extrême droite en ex-RDA
L'Afd a enregistré des scores inédits, dimanche, à l'occasion de deux élections régionales en ex-RDA. Une progression en forme d'avertissement pour la fragile coalition d'Angela Merkel.

Même si ce résultat électoral s'inscrit dans la lignée d'une vague populiste sur le Vieux Continent, symbolisée par l'Italien Matteo Salvini («il s'est lui-même mis échec et mat en Italie»), le Britannique Nigel Farage ou la Française Marine Le Pen, l'institution européenne doit rester «une scène sur laquelle toute personne responsable de son propre pays peut se produire», clame le citoyen de Steinfort.   

Sur ce thème, le routinier de la diplomatie européenne tient à rappeler les règles du jeu, dans lequel «l'idée communautaire reste primordiale, et chaque pays doit pouvoir compter sur cette solidarité mutuelle.» La crainte réside dans le fait que «le retour de certains États à l'unilatéralisme pourrait mettre l'avenir de l'Union en question.»

Je ne suis ni fatigué, ni dégoûté  

S'il avoue qu'«il n'existe pas de panacée pour lutter contre ces dérives populistes», Jean Asselborn analyse qu'«à côté de l'effondrement social, d'autres facteurs, tels que l'individualisme, le changement climatique et les effets néfastes de la politique migratoire» expliquent leur succès grandissant.

Pour l'amateur de la Petite Reine, «l'absence d'une répartition uniforme et équitable des réfugiés en Europe a fourni un terreau fertile aux populistes de droite.» Face à ce constat amer, il reconnaît qu'il «préférerait certains jours faire du vélo du matin au soir», en affirmant néanmoins n'être «ni fatigué, ni dégoûté.»

Avec le Brexit, «personne ne sait ce qui se passera en octobre» assène Jean Asselborn
Avec le Brexit, «personne ne sait ce qui se passera en octobre» assène Jean Asselborn
Photo: Guy Wolff


Pro-européen farouche, le ministre socialiste affirme que «l'Europe est notre avenir et nous devons la défendre» et ne reste bien entendu pas indifférent face au Brexit, qui, selon lui, «nuit à l'UE.» Jean Asselborn voit ce divorce d'un mauvais œil, car «l'Europe sans la Grande-Bretagne est stratégiquement affaiblie et aucune des parties n'en tirerait de bénéfice.»

Même s'il avoue que «personne ne sait ce qui se passera en octobre», celui qui a vaincu le mont Ventoux à bicyclette se demande si «des tensions augmenteront entre les États membres» une fois le Brexit devenu effectif, «car après tout, chaque pays a des intérêts différents dans ses futures relations avec le Royaume-Uni.»

Un accord commercial ne se limite pas à la dimension économique  

Pour Jean Asselborn, cinq dossiers majeurs se trouvent sur la table de la Commission européenne fraîchement formée sous la houlette d'Ursula von der Leyen: «le changement climatique, les questions sociales, les migrations, l'État de droit et le multilatéralisme.»

Au rang des attentes concrètes du ministre luxembourgeois des Affaires étrangères figurent «un salaire minimum européen adapté à chaque pays, la mise en place d'une vraie politique migratoire, inexistante aujourd'hui, et une plus grande attention au respect des traités européens.»


La nouvelle Commission européenne révélée
La présidente Ursula von der Leyen a présenté son équipe ce mardi midi. Les 26 membres de son équipe ont chacun hérité d'un portefeuille précis, au terme de négociations difficiles.

Quand il aborde le multilatéralisme, Asselborn précise qu'«un accord commercial ne se limite pas à la dimension économique, mais nous essayons de nous rapprocher idéologiquement».

Toutefois, il tempère ses propos s'agissant du Mercosur, où «un accord ne peut être conclu que si tous les partenaires respectent les orientations de Paris en matière de climat, ce qui n'est pas le cas au Brésil pour l'instant», conclut le fougueux ministre qui glisse que «même si je réagis parfois un peu trop spontanément, mon expérience m'aide énormément.» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les réfugiés de la Méditerranée sur le sol luxembourgeois
En l'absence d'entente à l'échelle européenne, le Luxembourg fait partie de la poignée de pays qui participent régulièrement à la répartition des migrants arrivés sur les côtes méditerranéennes. Jean Asselborn révèle combien sont effectivement arrivés.
Asselborn tacle Netanyahu sur ses visées en Cisjordanie
Le ministre des Affaires étrangères, en visite à Ramallah, a critiqué l’annonce faite hier par le Premier ministre israélien sur son intention d’appliquer la souveraineté d’Israël sur un pan stratégique des territoires occupés, notamment la vallée du Jourdain.
Israeli forces evict Palestinians from mobile homes built by EU funding and undergoing Israeli demolition in the village of Mufagara south of Yatta near Hebron in the occupied West Bank on September 11, 2019, as they were reportedly built without Israeli authorisation in the "Area C". - "Area C" is a stretch of land accounting for 60 percent of the West Bank over which Israel has control under the terms of the Oslo Accords signed between Israel and the Palestinians in the 1990s. It is extremely difficult for Palestinians to receive building permits from Israeli authorities for that area. (Photo by HAZEM BADER / AFP)
La nouvelle Commission européenne révélée
La présidente Ursula von der Leyen a présenté son équipe ce mardi midi. Les 26 membres de son équipe ont chacun hérité d'un portefeuille précis, au terme de négociations difficiles.
Quand le Luxembourg se mue en port humanitaire
Alors que le navire Open Arms ne trouve pas d'endroit où débarquer les migrants sauvés en Méditerranée, Jean Asselborn plaide pour une solidarité européenne même basée sur des quotas. Le Luxembourg a, lui, déjà accueilli 56 passagers ces douze derniers mois.
La crise migratoire au cœur des préoccupations des citoyens
Comment voyez-vous l'Europe de demain, quel avenir pour l'Union? La dernière rencontre citoyenne du Luxembourg s'est déroulée lundi avec Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères et européennes, et Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne.
Jean Asselborn (à g.), ministre des Affaires étrangères et européennes et Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne.