Changer d'édition

«Ce qui manque reste le contact avec les collègues»
Luxembourg 3 min. 09.02.2021

«Ce qui manque reste le contact avec les collègues»

Pour déconnecter plus facilement une fois la journée de travail terminée, Pascal Recchia conseille notamment d'utiliser deux téléphones et de limiter l'utilisation des notifications.

«Ce qui manque reste le contact avec les collègues»

Pour déconnecter plus facilement une fois la journée de travail terminée, Pascal Recchia conseille notamment d'utiliser deux téléphones et de limiter l'utilisation des notifications.
Photo: dpa
Luxembourg 3 min. 09.02.2021

«Ce qui manque reste le contact avec les collègues»

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
S'il possède un certain nombre d’avantages, le télétravail a aussi son revers de la médaille. Pascal Recchia, psychologue du travail, revient sur ces nouveaux obstacles que rencontrent depuis près d'un an celles et ceux qui travaillent à distance.

La disparition de la vie de bureau peut-elle avoir un impact sur le bien-être des salariés ? 

Pascal Recchia, psychologue du travail chez POST Luxembourg - «Si les conséquences semblent être limitées à court terme, force est de constater que l'impact est plus important sur le moyen et long terme. L'être humain est avant tout un être social. Depuis le confinement en mars, nous avons notamment observé une augmentation des symptômes d’anxiété et de dépression chez certains salariés qui n’avaient auparavant jamais été confrontés à ce type de symptômes. Ceci dit, c'est une tendance qui se retrouve également au niveau de la société civile en général. 

Pascal Recchia
Pascal Recchia
Photo: POST Luxembourg

Dans le monde du travail aussi, les liens sociaux revêtent donc une importance particulière ? 

«En effet. Pour une grande majorité des travailleurs, ce qui manque le plus, c’est ce contact avec les collègues. Même si des rencontres virtuelles ont lieu, celles-ci ne peuvent malheureusement pas remplacer les moments passés sur le lieu de travail

La distance peut également entraîner des difficultés pour les managers...

«C'est certain. Ne plus voir ses équipes de manière physique a inévitablement des conséquences. A distance, les managers ont moins de visibilité sur l'état d’esprit dans lequel se trouvent ses collaborateurs. Certains ont également peut-être le sentiment d’avoir moins de ‘vue’ sur ce que font concrètement les membres de son équipe, bien que je croie que cela dépend de la personnalité de chaque manager.  

Pour les salariés, le travail à la maison a également apporté son lot de changements, à commencer par une frontière floue entre la vie professionnelle et la vie privée. Quelles difficultés cela entraîne-t-il ?

«Le télétravail a certes un certain nombre d’avantages, mais il peut, lorsqu’il est prolongé, aussi créer un sentiment d’isolement chez certains collaborateurs. Il peut parfois également être difficile de déconnecter. Auparavant, le trajet travail-domicile permettait de créer une coupure avec la journée de travail. Mais celle-ci n'existe pas - ou moins - en télétravail, ce qui peut engendrer un impact au niveau de l’équilibre vie privée/vie professionnelle.  


dr
La vie de bureau version digitale «ne va pas de soi»
A l'heure où le travail à domicile se généralise, les entreprises tentent de ne pas tomber dans le piège du tandem «boulot, dodo». Et redoublent d'efforts pour mettre en place une nouvelle forme de vie d'entreprise.

En tant que psychologue du travail, quels seraient donc vos conseils pour marquer une véritable coupure une fois la journée de travail achevée ? 

«Il est important de structurer le déroulement de la journée de travail avec des temps spécifiques dédiés au travail ou encore définir et aménager à domicile un lieu réservé exclusivement au travail. Il est également primordial d'adopter une bonne hygiène de vie permettant de se protéger du «FOMO» (fear of missing out, ndlr), ce sentiment de devoir être joignable à toute heure et partout. 

Concrètement, quelles sont les méthodes pour y parvenir efficacement ? 

«Les stratégies personnelles pour arriver à marquer une véritable coupure sont multiples et dépendent fortement de la personnalité du collaborateur concerné et du type de fonction qu’il occupe. Il peut s'agir de l'utilisation de deux téléphones portables, dont l'un est strictement réservé à l'usage professionnel. La plupart des mobiles permettent également de paramétrer des plages horaires durant lesquelles on ne souhaite pas être dérangé. Enfin, il est conseillé de limiter au maximum les notifications sur son téléphone. Lorsqu'elles sont appliquées, ces différentes techniques permettent de limiter une interpénétration de la vie professionnelle dans la vie privée et inversement.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le home office favoriserait le bien-être au travail
Imposé par le confinement et maintenu dans une partie des secteurs d'activité, le recours au télétravail fournirait aux salariés qui le pratiquent un «avantage», selon le «Quality of work index 2020», publié mercredi par la Chambre des salariés. Notamment en termes de satisfaction au travail.
Group of businessmen and businesswomen smart working from home. View from side of woman talking to her colleagues about business plan over a video conference.
«La troisième vague de la pandémie sera mentale»
Traditionnel indicateur de la situation dans les entreprises, le «Quality of work index» de la Chambre des salariés, publié mercredi, fait état d'une «dégradation considérable» de la situation au Luxembourg en 2020. Conséquence directe de la pandémie et de ses effets collatéraux.
WI,Vorstellung Pressekonferenz Quality of Work Index.Nora Back, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le covid-19 accélère l'ancrage du télétravail
Beaucoup d'employés le souhaitaient, beaucoup d'employeurs le craignaient, mais voilà la pratique devenue réalité avec la pandémie. Accélérant de fait les discussions et la mise en place d'un cadre légal, à plus long terme, dans plusieurs entreprises.