Changer d'édition

Carsharing à Luxembourg: Dix «Carloh» à dispo dès 5 euros par mois
Luxembourg 4 min. 07.10.2015

Carsharing à Luxembourg: Dix «Carloh» à dispo dès 5 euros par mois

Dans chacune des 5 stations Carloh (ici celle du «klenge Knuedler», rue Notre-Dame), l'abonné a accès à une Volkswagen Polo ou à une Opel Meriva.

Carsharing à Luxembourg: Dix «Carloh» à dispo dès 5 euros par mois

Dans chacune des 5 stations Carloh (ici celle du «klenge Knuedler», rue Notre-Dame), l'abonné a accès à une Volkswagen Polo ou à une Opel Meriva.
Photo:Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 07.10.2015

Carsharing à Luxembourg: Dix «Carloh» à dispo dès 5 euros par mois

Carloh, c'est le nouveau service de carsharing proposé à partir du 8 octobre dans la capitale luxembourgeoise. Pour commencer 10 voitures (Polo et Meriva) sont disponibles dans 5 stations. Il existe 3 formules d'abonnement mensuel variant de 5 à 30 euros. A quoi il faut rajouter le prix de l'heure et du kilomètre parcouru.

Par Maurice Fick

Carloh, c'est le nouveau service de carsharing proposé à partir du 8 octobre à Luxembourg-Ville. Pour commencer 10 voitures (Polo et Meriva) sont disponibles dans 5 stations. Il existe 3 formules d'abonnement mensuel de 5 euros, 15 euros ou 30 euros. A quoi il faut rajouter le prix de l'heure et du kilomètre parcouru.

Concrètement, «si vous prenez une Volkswagen Polo pour 2 heures et 20 km pour aller au supermarché faire vos courses, ça va vous coûter entre 9,20 euros et 13 euros selon votre plan tarifaire», explique Patrick Hein. Et au directeur de Carsharing Luxembourg s.a. de lancer: «Je vous défie d'aller louer une voiture de location à ce prix-là!»

Patrick Hein: «13 euros pour prendre une Polo pendant 2 heures et pour faire 20km: je vous défie de d'aller louer une voiture de location à ce prix-là!» »
Patrick Hein: «13 euros pour prendre une Polo pendant 2 heures et pour faire 20km: je vous défie de d'aller louer une voiture de location à ce prix-là!» »
Photo: Maurice Fick

Si, dans une autre gamme, «vous prenez une Opel Meriva pour faire un aller-retour de 60 km en gardant la voiture durant 4 heures, cela vous coûtera entre 26,60 euros et 42,20 euros toujours selon la formule choisie», résume Patrick Hein.

Lancé mercredi après-midi au pied de l'hôtel de ville de Luxembourg où se trouve la station «klenge knuedler» (juste sous la passerelle) le tout nouveau service de partage de voitures, Carloh est accessible à tout le monde à trois conditions: avoir au moins 18 ans, un permis B valide et posséder le sésame: une carte d'abonnement.

Une heure de formation avant de s'en servir

Pour l'obtenir, il est possible de se préinscrire sur le site internet www.carloh.lu ou de se rendre directement à l'Info-box, située pour le moment dans un container rue de la Poste («Um Piquet») et ouverte de 8 à 18 heures.

Les abonnés récupèrent et remettent ensuite la voiture à une et même station. En passant la carte d'abonnement sur le pare-brise, la voiture s'ouvre.
Les abonnés récupèrent et remettent ensuite la voiture à une et même station. En passant la carte d'abonnement sur le pare-brise, la voiture s'ouvre.
Photo:Gerry Huberty

Là, un conseiller vous expliquera durant une heure de formation obligatoire comment réserver la voiture sur internet, l'ouvrir, accéder aux clefs à l'intérieur, trouver le code Pin pour payer le carburant (la carte-essence est dans la voiture) et prendre les précautions pour que votre place de parking soit libre à votre retour. C'est aussi à ce moment-là qu'«on choisit la formule d'abonnement qui vous convient le mieux. On a un outil de simulation pour cela», explique Marco Wagner, conseiller.

Dès ce jeudi 8 octobre, 10 Carloh seront accessibles dans cinq stations:

  • Station klenge knuedler (rue Notre-Dame) au centre-ville
  • Station Gare (rue Bender)
  • Station Belair (rue Astrid)
  • Station Limpertsberg (Avenue Victor Hugo)
  • Station Bonnevoie (rue Jean-François Gangler)
Les cinq premières stations du nouveau service de partage de voitures à Luxembourg.
Les cinq premières stations du nouveau service de partage de voitures à Luxembourg.
Photo: Carloh.lu

Les voitures à partager sont «positionnées de manière fixe sur une station. C'est une solution de mobilité douce de proximité qui permet d'avoir les prix les plus intéressants.

Le free-floating (système permettant de déposer la voiture dans n'importe quelle station, ndlr) est plus flexible mais, en moyenne, deux à quatre fois plus cher que les tarifs que nous proposons», se défend le directeur de Carsharing Luxembourg s.a. La société -détenue à 97% par le Ville de Luxembourg- s'est alliée à l'ACL pour l'assistance technique et l'entretien des voitures et à Cambio pour la gestion informatique.

Au diesel aujourd'hui, électriques demain

«On démarre avec 10 voitures. Mais notre objectif est de voir la réaction du grand public et bien sûr d'augmenter le nombre de véhicules et de stations», explique Patrick Hein. Sam Tanson, échevine en charge de la mobilité à Luxembourg fixe à 400 abonnés le seuil pour créer de nouvelles stations.

Fait est que les 10 premières Carloh marchent au diesel. A l'avenir toutefois, et «c'est prévu dans le business plan», il y aura aussi des voitures électriques mais à un horizon fixé «entre 12 et 24 mois», assure Patrick Hein.

Sam Tanson, échevine en charge de la mobilité coupe le ruban inaugural: «Si on fait entre 10.000 et 12.000 km par an, le carsharing est plus économique qu'une voiture privée.»
Sam Tanson, échevine en charge de la mobilité coupe le ruban inaugural: «Si on fait entre 10.000 et 12.000 km par an, le carsharing est plus économique qu'une voiture privée.»
Photo:Gerry Huberty

«Nous avons fait beaucoup de choses pour le bus, le vélo et les piétons... et ce n'est pas fini. Ceci est un complément de notre concept de mobilité dans la ville», explique Sam Tanson. Avant de préciser que le carsharing est en premier lieu un «concept de partage» mais aussi d'amélioration de notre environnement et de l'espace urbain, vu que «chaque Carloh peut remplacer 6 à 10 voitures personnelles» et libérer autant de places de parking. «Une voiture reste 23 heures par jour sur une place», glisse Sam Tanson.

«Espérons que des familles renonceront à l'une ou l'autre de leur voiture», rajoute Lydie Polfer, bourgmestre de Luxembourg.

«Après Veloh, le Carloh... vite un Tramloh!» a lancé avec humour Lydie Polfer, avant de glisser «mais ça durera encore un peu».


Sur le même sujet

Le carsharing à Luxembourg, ça roule: Déjà 128 utilisateurs de Carloh dans la capitale
Alors que l'Autofestival bat son plein, de plus en plus d'habitants de Luxembourg se tournent vers l'autopartage. Lancé en octobre, Carloh compte déjà «128 utilisateurs actifs en trois mois» alors que «l'objectif était de 250 clients en un an», se réjouit Patrick Hein. Le directeur de Carsharing Luxembourg s.a. prévoit d'implanter de nouvelles stations à Gasperich et au Kirchberg en 2016.
Innovation: Hesperange se met à l'électrique
18 vélos et 4 voitures électriques seront désormais mis à disposition dans la commune de Hesperange. Une innovation mise en place afin de faciliter la mobilité douce dans une ville où le trafic se fait de plus en plus dense.
18 vélos et 4 voitures électriques seront désormais mis à disposition dans la commune de Hesperange
 En plein boom en Allemagne: CiteeCar, le "Aldi du carsharing"
Ils ont 30 ans, habitent en ville et utilisent les transports en commun. La voiture est de moins en moins un signe extérieur de richesse ou de réussite sociale. Parfois, une voiture est quand même utile... La solution de Citeecar, pensée pour eux, est en train de conquérir l'Allemagne. En septembre, la société luxembourgeoise se lancera dans la «Ruhrgebiet».
Après des débuts réussis à Berlin, Munich ou Francfort, CiteeCar démarrera son activité dans la "Ruhrgebiet" à l'automne
Deux voitures à se partager à Arlon
A deux pas de la frontière grand-ducale, la ville d'Arlon en Belgique, en partenariat avec la société d'autopartage Cambio, a lancé son concept de carsharing en 2009. Deux stations, situées à la gare et rue du 25 août, attirent une quarantaine de clients depuis le début.
La gare d'Arlon accueille une des deux stations de carsharing