Changer d'édition

Carole Dieschbourg mêlée à «l'affaire Traversini»?
Luxembourg 2 min. 30.09.2019 Cet article est archivé

Carole Dieschbourg mêlée à «l'affaire Traversini»?

La ministre Carole Dieschbourg (Déi Gréng) commentera en début d'après-midi différents points troublants la concernant

Carole Dieschbourg mêlée à «l'affaire Traversini»?

La ministre Carole Dieschbourg (Déi Gréng) commentera en début d'après-midi différents points troublants la concernant
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 2 min. 30.09.2019 Cet article est archivé

Carole Dieschbourg mêlée à «l'affaire Traversini»?

Après l'affaire de la maison de jardin ayant coûté son poste au bourgmestre de Differdange, voilà sa collègue ministre de l'Environnement (Déi Gréng) pointée du doigt par des élus du CSV à propos d'autorisations distribuées à la légère.

(PJ avec Marc Schlammes) Ce lundi en tout début d'après-midi, Carole Deischbourg (déi Gréng) a donné rendez-vous à la presse. Et la ministre de l'Environnement a bien l'intention de s'expliquer sur la procédure d'approbation du dossier «Gaardenhaischen», comme a été surnommée l'affaire Traversini. En effet le CSV a remis en question de façon critique les actions de la ministre dans une analyse juridique.

Les chrétiens-sociaux affirment qu'une demande d'approbation signée de sa main le 12 août 2019, suite à des travaux qu'avaient déjà entrepris celui qui, alors, dirigeait Differdange est admissible.


Démission Roberto Traversini - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le parquet enquête sur Roberto Traversini
La Justice s'est officiellement saisie de l'«Affaire Traversini» ce vendredi. Des perquisitions ont déjà été menées à l’administration communale de Differdange ainsi que dans les bureaux du Centre d’initiative et de gestion locale que présidait le bourgmestre Déi Gréng.

En effet, la zone où le chantier a été mené appartient à la réserve naturelle de Prenzebierg. Sur cet espace, le règlement grand-ducal de 1991 interdit toute «construction au sol ou non», de sorte que le ministère de l'Environnement n'aurait pas dû accorder d'autorisation - ultérieure - pour les modifications entreprises par celui qui a depuis démissionné.

Selon l'argumentation juridique du CSV, la ministre verte aurait dû interdire les travaux sur ce local dont avait hérité M. Traversini. Cela en se référant à l'article 73 de la loi de 2018 sur la protection de la nature. Surtout, la responsable gouvernementale se devait, selon l'opposition, d'informer le ministère public du caractère délictueux des travaux.

Documents manquants

Par ailleurs, le CSV renvoie à l'article 7 de la loi sur la protection de la nature, selon lequel les travaux de rénovation des «constructions légalement existantes» ne peuvent être autorisés que par le ministère. Les services et Carole Dieschbourg auraient donc dû s'assurer que le dossier était complet avant d'autoriser - éventuellement - une modification du bâtiment. Ce qui n'a pas été le cas dans cette histoire.

Aussi, le parti d'opposition se plaint qu'il n'existe aucun document fournissant des informations sur l'âge du cabanon et les travaux effectués dans les années suivantes. Deux actes pourtant indispensables à la procédure. Sans ces documents, le ministère de l'Environnement aurait dû retourner la demande au demandeur, comme étant incomplète.

Devant une commission

Par conséquent, selon les juristes du CSV, les conditions de l'approbation des travaux reprochés à l'élu diferdangeois, comme ce fut le cas en août 2019, n'étaient pas remplies.

Au niveau parlementaire, les chrétiens-sociaux ont d'ores et déjà fait savoir qu'ils se réservaient le droit d'inviter la ministre devant la commission compétente, afin que Carole Dieschbourg réponde aux questions des députés.

Voilà le chalet qui a déclenché «l'affaire Traversini». Petit lieu, grandes conséquences. Après la démission du bourgmestre de Differdange, voilà la ministre de l'Environnement mise en cause.
Voilà le chalet qui a déclenché «l'affaire Traversini». Petit lieu, grandes conséquences. Après la démission du bourgmestre de Differdange, voilà la ministre de l'Environnement mise en cause.
Photo: Chris Karaba



Sur le même sujet

La Justice s'est officiellement saisie de l'«Affaire Traversini» ce vendredi. Des perquisitions ont déjà été menées à l’administration communale de Differdange ainsi que dans les bureaux du Centre d’initiative et de gestion locale que présidait le bourgmestre Déi Gréng.
Démission Roberto Traversini - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le président du parti vert, Christian Kmiotek approuve le choix du bourgmestre de Differdange de démissionner de son poste communal. Il lui renouvelle toutefois sa confiance pour siéger comme député.
Christian Kmiotek souligne que l'ex-bourgmestre de Differdange, Roberto Traversini, a «réagi en fonction des standards verts».
Après avoir reconnu des «erreurs» sur des travaux entrepris sur une de ses habitations, le bourgmestre de Differdange a annoncé quitter ses fonctions de bourgmestre ce vendredi matin.