Changer d'édition

Caritas dénonce la hausse des inégalités
Luxembourg 2 min. 09.10.2020 Cet article est archivé

Caritas dénonce la hausse des inégalités

«67% des candidatures reçues provenaient d'individus ou de familles qui n'avaient aucun problème avant la crise du covid».Marie-Josée Jacobs espère attirer l'attention du monde politique.

Caritas dénonce la hausse des inégalités

«67% des candidatures reçues provenaient d'individus ou de familles qui n'avaient aucun problème avant la crise du covid».Marie-Josée Jacobs espère attirer l'attention du monde politique.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 09.10.2020 Cet article est archivé

Caritas dénonce la hausse des inégalités

L'association a dressé le bilan de son opération helpline mise en place durant le confinement. Mais au-delà des chiffres, Marie-Josée Jacobs et son équipe lancent un appel au gouvernement pour qu'il redouble d'efforts pour lutter contre la pauvreté.

(ER avec M.K.) - «Du 7 avril au 31 août, la ligne téléphonique corona- helpline a reçu 445 demandes et nous avons pu dépanner ponctuellement 860 personnes dont 308 enfants. Cela représente un aide financière de 267.348 euros», a annoncé la présidente de Caritas Marie-Josée Jacobs.

Mais au-delà des chiffres de la helpline mise en place en cette période de crise sanitaire, la responsable de l'association a tiré la sonnette d'alarme et espère attirer l'attention du monde politique. Les jeunes notamment se retrouvent sous la menace de basculer rapidement dans la pauvreté. «Parmi les personnes qui ont reçu de l'aide, 26,6% avaient moins de 30 ans et 32% entre 31 et 40 ans», précise Marie-Josée Jacobs. A noter encore que 39% des demandeurs avec enfants étaient des parents monoparentaux. 


Caritas croule sous les appels à l'aide psychologique
Signe du mal-être croissant de la population en période de confinement, l'association caritative fait face à une explosion de demandes de soutien moral de la part de ses 140 bénéficiaires. Trois psychologues répondent à ces requêtes par téléphone et visioconférence.

Plus inquiétant pour Caritas, 67% des candidatures reçues provenaient d'individus ou de familles qui n'avaient aucun problème avant la crise du covid. Et les conséquences de la pandémie risquent encore de se faire ressentir au cours des prochains mois. Plus que jamais «nous demandons au gouvernement des efforts accrus dans la lutte contre la pauvreté et les inégalités». 

Et Carole Reckinger, responsable de la politique et des affaires sociales de l'association, d'évoquer plusieurs pistes et notamment la fiscalité. «Les salaires sont imposés à 100%, tandis que les revenus du capital sont imposés à 50%. Les revenus immobiliers sont parfois imposés à 25%. Dans certains fonds d'investissement immobilier, il n'y a aucun impôt. C'est injuste.»

La crise ne doit pas être un prétexte

Caritas souhaiterait à l'avenir la réintroduction de l'impôt sur la fortune mais aussi apporter des modifications dans les barèmes en réduisant notamment les prélèvements des salaires les plus bas ou encore adapter les allocations familiales à l'évolution des prix et des salaires. 

 Et la présidente de Caritas de rappeler que «le Luxembourg est un pays aux inégalités croissantes. Nous sommes à la deuxième place en Europe pour les travailleurs pauvres, derrière la Roumanie». Enfin Caritas demande également à ce que cette crise ne serve pas de prétexte à la diminution du montant de l'aide publique ou au retard dans la mise en oeuvre de mesures contre le changement climatique.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La pandémie a mis en lumière les écarts de richesse du Grand-Duché, analyse Caritas. Dans la 15e édition de son almanach social présentée ce mercredi, l'asbl recommande au gouvernement d'en tirer les leçons et d'asseoir sa relance économique sur la justice sociale.
La pandémie a chamboulé leur travail mais les ONG luxembourgeoises poursuivent la plupart de leurs projets à l'étranger. Contraintes de s'adapter pour pérenniser leurs activités, elles sont inquiètes face à la baisse des dons privés.
Suite au premier comité national de l'OGBL durant la crise sanitaire, Nora Back, sa présidente, a réalisé un état des lieux de la tripartite. Elle appelle notamment à davantage de mesures pour aider les ménages.
Politik, Pressekonferenz OGBL Nationalcomité, Nora Back, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La pandémie menace particulièrement les plus mal lotis. Alors que les restaurants sociaux de la Stëmm distribuent 400 repas par jour, le ministère de la Famille tente de protéger les plus démunis en un seul lieu, au Findel. Un défi loin d'être gagné.
Si la part des foyers débiteurs diminue au Luxembourg, le montant de leur dette s’est accrue. En une année, en 2018, le montant à rembourser a grimpé de 8% constate la Banque centrale du Luxembourg.
L'«Almanach Caritas» sur la situation sociale au Luxembourg
Juste avant le discours sur l'état de la Nation très attendu de Xavier Bettel le 26 avril, Caritas Luxembourg publie son «Almanach social 2016» qui en dit long sur les inégalités sociales au Luxembourg. Robert Urbé, porte-parole de Caritas, estime que les décisions politiques «vont dans la bonne direction mais elles ne vont pas au bout». Interview.
Caritas Luxembourg relève que les plus touchés par les questions de pauvreté et donc d'inégalités, ce sont les jeunes, les étrangers et les familles avec des enfants.