Changer d'édition

Cambriolages au Luxembourg: Les cambrioleurs pratiquent la langue des signes
Luxembourg 2 min. 25.09.2014 Cet article est archivé

Cambriolages au Luxembourg: Les cambrioleurs pratiquent la langue des signes

Les cambrioleurs utiliseraient ces signes pour discuter entre eux

Cambriolages au Luxembourg: Les cambrioleurs pratiquent la langue des signes

Les cambrioleurs utiliseraient ces signes pour discuter entre eux
Photo: Facebook
Luxembourg 2 min. 25.09.2014 Cet article est archivé

Cambriolages au Luxembourg: Les cambrioleurs pratiquent la langue des signes

Les cambrioleurs auraient-ils un code entre eux pour se comprendre et visiter une habitation? Il semblerait que oui selon une photo reprenant le "code international des cambrioleurs", qui circule en ce moment sur Facebook. Info ou intox, voici ce que dit la police.

(Ch.L) - Les cambrioleurs communiqueraient par code à en croire une photo qui circule sur Facebook en ce moment. Ils auraient recours à différents signes pour renseigner leurs complices sur le contenu de l'habitation à visiter. Une croix représenterait un projet de cambriolage, un losange une maison inoccupée et un cercle barré équivaudrait au message "rien à prendre" par exemple.

Ces signes seraient apposés sur les fenêtres, les boîtes aux lettres ou encore les façades des habitations. "Un tel signe a été découvert sur une fenêtre d'une maison à Steinfort pendant la semaine", confirme Guy Holcher, commissaire en chef du service de prévention du crime de la police grand-ducale.

D'après nos informations, la marque en question est un X et elle a été inscrite avec de la matière grasse sur la fenêtre, ce qui la rend à peine visible à l'œil nu.

"Un tel code existe, mais c'est très rare de voir des signes au Luxembourg", explique le commissaire, "en ce qui concerne la maison à Steinfort, ce n'est pas sûr que cette marque soit à associer à un éventuel cambriolage projeté".

Le repérage, une légende urbaine?

"Les cambrioleurs ont différentes manières de procéder à un vol, mais le repérage n'est pas souvent pratiqué", assure Guy Holcher, "si c'était le cas, quelqu'un finirait par les repérer".

"Un cambriolage dure entre trois et dix minutes", poursuit le commissaire, "généralement, les voleurs se déplacent en voiture, vérifient si la voie est libre et s'introduisent dans une habitation. Il leur arrive de tomber nez-à-nez avec le propriétaire des lieux, qui à ce moment-là, était à la cave ou dans son bain".

Si les voleurs aperçoivent une personne quitter un lieu et qu'ils sont là pour cambrioler, ils s'y introduiront tout simplement. "L'endroit est rarement choisi à l'avance", répète Guy Holcher.

Quoi qu'il en soit, le commissaire estime qu'il convient de relativiser ces signes. "La marque qui précise qu'il y a quatre ou cinq pièces à visiter, comment peuvent-ils le savoir s'ils ne sont pas entrés dans la maison?", questionne le commissaire, "une fois qu'ils ont pris ce qu'il y avait à prendre, ils ne s'attardent pas sur les lieux".

Guy Holcher rappelle que cela ne sert à rien de céder à la panique."La prudence reste de mise et il convient de respecter les mesures de prévention lorsque l'on s'absente de chez soi. Si jamais, quelqu'un repère un tel signe sur sa fenêtre, boîte aux lettres ou façade, il faut nous prévenir", conclut-il.


Sur le même sujet