Changer d'édition

CAE Aviation vole au-dessus d'un scandale militaire
Luxembourg 3 min. 24.11.2021
Défense

CAE Aviation vole au-dessus d'un scandale militaire

Les images captées par l'appareil luxembourgeois n'ont pas uniquement servi à la localisation de groupes terroristes.
Défense

CAE Aviation vole au-dessus d'un scandale militaire

Les images captées par l'appareil luxembourgeois n'ont pas uniquement servi à la localisation de groupes terroristes.
Image : Shutterstock
Luxembourg 3 min. 24.11.2021
Défense

CAE Aviation vole au-dessus d'un scandale militaire

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La société basée au Luxembourg a fourni un appareil de surveillance à la Défense française. Les clichés pris lors de survols auraient été transmis aux autorités égyptiennes qui les auraient utilisés pour abattre des opposants.

OTAN, compagnies pétrolières, entreprises de prospection : le carnet de clients de CAE Aviation a de quoi impressionner. Même l'armée luxembourgeoise fait d'ailleurs appel aux services de cette société établie au Grand-Duché depuis 21 ans. C'est ainsi grâce à ses avions spécialisés que les forces militaires nationales participent à l'opération de surveillance des côtes libyennes (baptisée IRINI). Mais les appareils, stationnés au Findel, servent aussi d'autres Etats ou armées, à l'image de la Défense française.


U.S. Army soldiers from the 37th Engineer Company are seen at the Crossed Swords monument in the Green Zone in Baghdad, Iraq, Wednesday, June 24, 2009. The Iraqi government on Tuesday declared a public holiday to mark next week's withdrawal of U.S. combat troops from Baghdad and other cities. American forces already have begun pulling back from outposts inside the cities ahead of a June 30 deadline, the first phase of a full withdrawal by the end of 2011.(AP Photo/Karim Kadim)
Rendez-vous en terres inconnues pour l'armée
Trente ans après leur dernier engagement, des soldats luxembourgeois s'apprêtent à remettre les rangers en Irak. Mais des uniformes frappés du lion rouge vont également être déployés, d'ici trois semaines, au Mozambique. Une première.

C'est d'ailleurs un contrat passé entre Paris et l'opérateur luxembourgeois de reconnaissance aérienne qui pose problème aujourd'hui. Ainsi, le site d'information Disclose vient de révéler que les images captées depuis les airs n'auraient pas forcément servi qu'à la surveillance légitime de ses frontières par l'Etat égyptien dans les années 2015-16. 

Devant normalement être exploitées pour détecter les éventuels mouvements terroristes aux abords de la Libye voisine, les photos prises depuis le Merlin III mis à disposition auraient surtout permis à des officiers égyptiens d'ordonner des bombardements contre des civils (et non des troupes armées et représentant une menace). Et cela avec la bénédiction des autorités tricolores sous la présidence de François Hollande puis Emmanuel Macron.

Avion, pilotes et analystes

Rien qu'entre 2016 et 2018, ces attaques auraient occasionné plusieurs centaines de morts. Parfois parmi des contrebandiers (impliqués aussi bien dans le trafic d'armes que de cigarettes, drogue ou des armes, mais aussi du maquillage, de l’essence ou encore du riz et des céréales ; d'autres fois sur des colonnes de migrants et le plus souvent des innocents. CAE Aviation n'aurait fourni que l'avion chargé des prises de vue, des pilotes et des analystes. 

La société luxembourgeoise, retenue par la direction du renseignement militaire français, n'aurait pas été impliquée dans les attaques déclenchées à la suite de ses prises de vue.

C'est à partir de ce type d'avion que les prises de vues aériennes auraient été faites par CAE. Leur exploitation étant détournée du but originel.
C'est à partir de ce type d'avion que les prises de vues aériennes auraient été faites par CAE. Leur exploitation étant détournée du but originel.
Source : CAE Aviation

Reste que voilà l'opération SIRLI maintenant passée de l'obscurité du ''secret Défense'' aux lumières de l'actualité. Le sujet a même fait l'objet d'un échange entre la députée Nathalie Oberweis (déi Lénk) et le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois ce mardi. Jean Asselborn (LSAP) assurant à la parlementaire que «non» il n'était pas au courant de cette affaire. Pas plus que le Grand-Duché n'entendait demander des informations ou adresser des reproches à la France ou à l'Egypte.

Le Luxembourg n'ayant pas participé à l'organisation ou à l'exécution du contrat passé, le ministre des Affaires étrangères estime le gouvernement de Xavier Bettel dédouané de toute responsabilité, pénale ou morale. En l'état, la révélation des faits n'entraînera pas non plus la remise en cause de l'emploi de CAE Aviation pour le compte du Luxembourg. Il n'y a d'ailleurs «pas de relation contractuelle» directe entre la direction de la Défense nationale et l'entreprise civile. Celle-ci intervenant dans le ciel méditerranéen pour le compte de l'Union européenne.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le gouvernement s'apprête à investir 598 millions d'euros au lieu des 172 millions initialement prévus pour l'achat de huit avions ravitailleurs et de transport polyvalents. Une hausse importante du budget qui s'explique par l'augmentation de la quote-part luxembourgeoise au bon fonctionnement de l'OTAN.
Le ravitailleur commandé par le Luxembourg pourrait alimenter l'A400 attendu en juin dans ses missions au long cours.