Changer d'édition

Ça roule super pour CarPay-Diem
Luxembourg 1 2 min. 05.01.2021 Cet article est archivé

Ça roule super pour CarPay-Diem

L'appli CarPay-Diem n'est en service au Grand-Duché que depuis décembre 2019.

Ça roule super pour CarPay-Diem

L'appli CarPay-Diem n'est en service au Grand-Duché que depuis décembre 2019.
Photo : Pierre Matgé
Luxembourg 1 2 min. 05.01.2021 Cet article est archivé

Ça roule super pour CarPay-Diem

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La start-up luxembourgeoise a franchi la barre du million de transactions réalisées en station-service via l'appli de paiement qu'elle a développée.

Discrètement mais sûrement, CarPay-Diem poursuit son bonhomme de chemin. Après s'être fait remarquer en 2018 en figurant parmi les start-up sélectionnées pour représenter le Luxembourg au Consumer Electronic Show de Las Vegas, puis avoir reçu le Prix de la Mobilité par Volkswagen, l'entreprise continue de marquer des points grâce à son appli destinée aux conducteurs souhaitant payer leur plein de carburant en ne sortant que leur téléphone (voire même depuis le tableau de bord de leur véhicule).


Frédéric Stiernon (3e à partir de la gauche) a remporté le prix de la mobilité du futur du concours de Volkswagen.
Volkswagen récompense une start-up luxembourgeoise
CarPay Diem a remporté mercredi après-midi le concours organisé par Volkswagen sur la mobilité du futur. La solution de paiement de son essence sans quitter sa voiture n'en finit pas de séduire l'Europe.

Et Sam Tayenne, son responsable marketing, de se satisfaire en ce début d'année : «Nous sommes devenus la plus grande plateforme générique de carburant mobile en Europe, avec de loin le plus grand nombre de transactions de paiement générées à partir de smartphones». Plus d'un million d'achats précisément. 

Et ce chiffre devrait grimper de façon exponentielle en 2021, car la firme basée à Windhof peut s'appuyer depuis quelques jours sur 400 nouvelles stations-service équipées de son système en France. «Sachant que CarPay-Diem est déjà présent à Luxembourg avec l'application de la Banque Internationale (depuis décembre 2019) et dans toutes les stations Gulf, Esso et Texaco du pays». Sans oublier la possibilité d'accéder à ce service, via l'application Belfius (pour le paiement sans espèces dans toutes les stations Lukoil en Belgique, et celles de Rodange et Martelange au Luxembourg) ou dans l'application Colruyt Xtra (pour les pompes Dats24).  

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Cette année encore, CarPay-Diem entend s'attaquer à de nouveaux marchés. A l'exemple de l'Allemagne, les Pays-Bas ou l'Italie où sont présents plusieurs des nouveaux partenaires de l'entreprise. Avec ce coup de pouce inattendu du coronavirus, la start-up voit en effet s'ouvrir de nouvelles opportunités. Quoi de mieux en effet que le paiement sans contact pour éviter la transmission du virus?

«Les distributeurs qui ne trouvaient guère d'intérêt aux solutions digitales de paiement revoient donc leur position. Ils sentent bien que les consommateurs sont moins enclins à entrer dans une station ou à taper leur code sur une borne ouverte à tous. Mais déjà, avant la crise covid, nous enregistrions près de 60.000 transactions par mois», explique Saml Tayenne. Sachant toutefois que durant les mois de confinement strict ou en raison du telétravail, moins de déplacements auraient dû entraîner plus de baisse du volume de transactions, CarPay-Diem a su tirer son épingle du jeu.  

Intégration dans deux véhicules

Du côté de la start-up forte d'une quinzaine de salariés aujourd'hui, on s'apprête à fêter les cinq ans d'existence, avec l'intégration de l'appli dans «deux modèles du deuxième plus grand constructeur automobile mondial» souffle Sam Tayenne. Gardant un voile de mystère sur cette opération qui devrait se finaliser au deuxième trimestre 2021. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La start-up développe un système de lunettes capables de détecter toute personne fiévreuse, et donc potentiellement infectée. Une recherche encouragée par le ministère de l'Economie.
Agé de 50 ans, Jérôme Grandidier luttait depuis plusieurs semaines contre le virus qui a fait douze victimes ce week-end. Il était notamment connu pour avoir envoyé de nombreuses start-up luxembourgeoises au CES de Las Vegas.
Jérôme Grandidier (Fédération luxembourgeoise des Startups), souhaite une loi qui encadre mieux les faillites au Luxembourg.
La start-up Virtual Rangers s'est spécialisée dans la formation professionnelle assurée via des casques de réalité virtuelle. Le ministère de l'Economie a choisi de soutenir son projet destiné à initier les soignants à la prise en charge des patients covid.
Le groupe Daimler, qui a décidé de mettre fin à ses activités au Luxembourg, et l'ALEBA, qui a accompagné la délégation du personnel de la fintech, ont trouvé un accord. Les personnes impactées bénéficieront de mesures d'accompagnement et d'indemnités.