Changer d'édition

Ça baigne pour le solaire à ArcelorMittal
Luxembourg 2 4 min. 27.10.2021
Energies renouvelables

Ça baigne pour le solaire à ArcelorMittal

Thierry Georges, CEO d'Arcelor Differdange, a volontiers joué le guide pour l'inauguration du parc flottant.
Energies renouvelables

Ça baigne pour le solaire à ArcelorMittal

Thierry Georges, CEO d'Arcelor Differdange, a volontiers joué le guide pour l'inauguration du parc flottant.
Photo : Patrick Jacquemot
Luxembourg 2 4 min. 27.10.2021
Energies renouvelables

Ça baigne pour le solaire à ArcelorMittal

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le site sidérurgique de Differdange dispose du premier parc solaire flottant du Luxembourg. Soit 6.777 panneaux assurant l'équivalent électrique des besoins de 3.200 habitants.

A elles seules, les activités d'ArcelorMittal engloutissent plus du tiers de l'énergie consommée chaque année dans tout le pays (37%). Mais depuis le 21 octobre dernier, le groupe sidérurgique est aussi devenu producteur d'électricité. Et pas n'importe lequel puisqu'il produit ses kilowatts à partir d'une installation photovoltaïque posée sur un ancien bassin de refroidissement de son usine differdangeoise. Et pour Enovos, propriétaire de cette centrale flottante, c'est bien la preuve que «l'industrie peut participer positivement à la transition énergétique du pays. Sans nuire à sa productivité, ni à l'environnement.»


L'électricité verte, ce n'est pas que du vent
Le Luxembourg a produit 15,9% de l'électricité consommée l'an dernier. Et si la plus grande part provient des énergies renouvelables, les productions liées à la biomasse et à l'éolien ont le plus progressé en 2019.

Des mots du directeur général du groupe, Claude Seywert, qui ont eu le don de faire sourire le Grand-Duc, invité mardi à l'inauguration du site pionnier. Mais surtout ces paroles -et cet acte- ont aussi mis en joie le ministre de l'Energie. «Nous faisons en sorte que l'usage des énergies renouvelables soit l'affaire de tous au Luxembourg. 

Cela passe, par exemple, par le soutien aux particuliers qui équipent leur toit en panneaux solaires mais aussi des encouragements sur le long terme aux entreprises se lançant dans l'aventure pour produire de plus grandes puissances sur de plus grandes surfaces», saluait donc Claude Turmes (Déi Gréng).

Ici à Differdange, on parle de 6.777 panneaux orientés plein Sud, répartis sur 25.000 m2 et capables de fournir l'équivalent électrique des attentes de 800 ménages. En quatre jours, le parc a fourni en kilowatts de quoi éviter 5 tonnes de rejets de CO2 s'il avait fallu employer une centrale à charbon pour produire la même quantité d'électricité. «C'est donc déjà conséquent», constate Eric Golinelli qui a suivi l’initiative de A à Z.

Flotteurs français, panneaux chinois

Pour le chargé de projet d'Enovos, le parc flottant d'Arcelor est d'autant plus à saluer qu'au milieu des installations industrielles, «il est invisible et sans aucune nuisance pour l'environnement». D'ailleurs, avant de laisser faire les techniciens, le ministère de l'Environnement a été consulté. Pas d'implantation envisageable si le parc était venu troubler le quotidien des batraciens du coin ou des oiseaux qui viennent se reposer à cet endroit. 

Au final, l'administration a donné son feu vert. Du coup, à compter d'avril, les flotteurs (made in France) et les panneaux (chinois) ont pris place petit à petit en surface du bassin hors service. Et depuis, la cohabitation avec la faune locale se passe bien. D'ailleurs une quarantaine d'oies du Canada ont fait du parc solaire leur halte d'automne.


Record en vue pour le solaire luxembourgeois
En 2021, les installations photovoltaïques du pays fourniront plus de 200 mégawatts d'électricité verte. Une première! Sachant qu'un nouvel appel d'offres du ministère de l'Energie promet onze projets d'envergure supplémentaires pour les 18 mois à venir.

Reste qu'il n'est pas certain que d'autres étangs du pays verront ainsi pousser les capteurs solaires. Car, justement pour ne pas porter atteinte au biotope naturel, le Luxembourg a fait le choix de ne passer au «solaire offshore» seulement sur des plans d'eau artificialisés. Le choix est donc limité. 

«Mais ça n'empêche pas le photovoltaïque de gagner en surface et puissance au fil des mois», contrebalance Claude Turmes. A Colmar-Berg, Goodyear a ainsi fait le choix de couvrir son parking. A Contern, Kuehne&Nagel a recouvert son 3e entrepôt. Luxlait. Les Tice à Esch, Post à Bettembourg et bien d'autres franchissent le pas après avoir répondu aux appels d'offres du ministère de l'Energie.

Il est vrai que l'Etat garantit ainsi aux sociétés un prix de rachat du kilowatt réinjecté avantageux, et sur quinze ans. Pour le parc flottant de Differdange, c'est Enovos qui encaissera la monnaie après avoir introduit l'électricité issue des bassins sur le réseau public géré par Encevo

Reste que pour Claude Turmes, l'industrie luxembourgeoise doit encore se montrer plus active en matière ''climatique''. Non seulement pour apporter sa quote-part à la réduction d'émissions de gaz à effet de serre mais aussi imaginer des solutions pour réduire la consommation d'énergie au quotidien. «Arcelor a montré la voie à Belval en récupérant une partie de la chaleur résiduelle de son activité pour l'injecter dans le réseau de chauffage urbain du quartier. L'on va se remettre autour de la table pour voir s'il ne serait pas possible de faire pareil à Differdange.» Plouf, un nouveau plongeon.

Reportage vidéo - Sibila LIND.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour accélérer le déploiement de panneaux photovoltaïques sur les toits du Luxembourg, le ministère de l'Energie annonce lundi modifier les critères d'éligibilité aux subsides étatiques. Avec l'espoir de convaincre que ces installations constituent «un investissement rentable et lucratif».
Man installing alternative energy photovoltaic solar panels on roof
En parallèle des efforts réalisés pour électrifier les secteurs de l'industrie ou du transport, le gouvernement entend multiplier les approches pour tenter d'atteindre la neutralité carbone en 2050. D'où la présentation, ce lundi, d'une stratégie dédiée à l'essor du H2.
En passant de 13 anciennes turbines à seulement 6 nouvelles mais de dernière génération, le groupe Soler va augmenter la puissance de trois de ses parcs au nord du Luxembourg.
Présentation du projet « Repowering Wandpark Kehmen-Heischent S.A. Phase 1 » Soler - Kehmen - Bourscheid -  - 08/09/2021 - photo: claude piscitelli
Près d'un millier de ménages disposent actuellement d'un système de chauffage/refroidissement en lien avec des pompes à chaleur puisant leur énergie du sous-sol. Mais il existe un potentiel de développement notamment au sud du Luxembourg.
(FILES) This file photo taken on December 8, 2020 shows the deep geothermal well of the French high-temperature geothermal energy Fonroche Geothermie, on the site of the former oil refinery in Reichstett, eastern France. - The eastern French city of Strasbourg was shaken awake on June 26 by a 3.9-magnitude earthquake, the strongest yet in a string of shocks caused by a now-mothballed geothermal project. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Ayant mis le cap sur le « tout électrique », ou presque, le Luxembourg doit adopter ses infrastructures énergétiques en conséquence. Pour le gestionnaire des réseaux électriques, Creos, le défi est de taille.
CREOS, Chargy, Alex Michels, photo: Guy Wolff