Changer d'édition

C'est stupéfiant ce que le LNS trouve dans les cheveux
Luxembourg 2 min. 07.05.2021

C'est stupéfiant ce que le LNS trouve dans les cheveux

La division toxicologie peut dépister un toxicomane ou une personne ayant trop bu rien qu'en analysant une mèche de coiffure.

C'est stupéfiant ce que le LNS trouve dans les cheveux

La division toxicologie peut dépister un toxicomane ou une personne ayant trop bu rien qu'en analysant une mèche de coiffure.
Photo archives : Lex Kleren
Luxembourg 2 min. 07.05.2021

C'est stupéfiant ce que le LNS trouve dans les cheveux

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Laboratoire national de Santé met ses équipements au service de la police pour la détection des traces de consommation d'alcool ou de stupéfiants. Et tout juste cela en se penchant sur nos mèches.

Attention, vos cheveux sont des... traîtres. En tout cas, gare si vous avez tendance à boire (trop) ou à faire usage de drogues. Car si salive et urine ne conservent que quelques heures la trace de ce type de consommation, les cheveux, eux, constituent des marqueurs à long terme. Depuis 1995, le Laboratoire national de santé (LNS) a d'ailleurs développé un savoir-faire particulier dans l'analyse capillaire. Une science sur laquelle les services de police s'appuient aussi depuis plusieurs années.


19 polluants en moyenne dans votre chevelure
La conclusion est signée du Luxembourg Institute of Health qui vient de passer au peigne fin 497 têtes d'adultes y traquant toutes les traces de pesticides organiques possibles.

En effet, du résultat des tests pratiqués peut dépendre notamment l'obtention, le maintien ou la récupération du permis de conduire. Quand les agents ont besoin, par exemple, de vérifier si tel conducteur n'a pas pris le volant «sous influence de psychotropes», c'est aussi vers l'unité de toxicologie médico-légale du LNS qu'elle oriente les chauffeurs suspectés. 

Même cas de figure dans le cadre des accidents de travail où, un verre de trop ou l'usage de drogues, peut être un facteur aggravant. C'est ainsi que l'an dernier, le laboratoire a dû mener quelque 1.750 analyses de cheveux. Quantité qui a doublé en quatre ans seulement.

Et que les chauves et autres crânes rasés, pris en infraction, ne se réjouissent pas trop vite. «Suite à des demandes des autorités judiciaires, en cas de non présence de cheveux ou des cheveux trop courts, des poils du corps peuvent être prélevés», dit la loi. Des poils qui issus des bras, des jambes ou du torse sont de pires « indic' » que les cheveux. En effet, ils possèdent «des fenêtres de détection plus longues». Autrement dit : pour les scientifiques, 1 cm de poil analysé revient à remonter 3 mois de vie, quand ce même centimètre de cheveu trahit ''seulement'' un mois d'existence (et d'abus potentiels).

En ligne

Mais dans le cadre d'une demande officielle de recherche dans le cadre d’un dépistage d’une toxicomanie ou du profil de consommation éthylique, s'il n'est pas possible d'expertiser une mèche de cheveux (pour raison de calvitie génétique), les autorités peuvent alors décider de pratiquer l'analyse demandée sur un échantillon sanguin.

Depuis peu, les «clients» (selon la dénomination du LNS) qui ont reçu une demande de test toxicologique de la part de la police, de la justice, de médecins ou du département de la mobilité et des transports peuvent prendre rendez-vous en ligne. Fini donc de s'arracher les cheveux en attendant que le standard ne veuille bien répondre...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Surveillées comme le lait sur le feu de crainte qu'elles ne débordent, les nouvelles souches du coronavirus ne semblent pas connaître de changement dans leur répartition au Luxembourg.
PRODUKTION - 22.04.2021, Nordrhein-Westfalen, Münster: Prof. Alexander Mellmann, EHEC-Experte, Facharzt für Mikrobiologe und Hygiene am Universitätsklinikum Münster untersucht Proben verschiedener Keime, die auf Petrischalen kultiviert werden. Mellmann leitet das Nationale Konsiliarlabor für das HUS-Syndrom, der schwersten Erkrankungsform des Darmskeims, und pflegt eine der weltweit größten Sammlungen an EHEC-Erregerstämmen. Am 1. Mai 2011 war der erste Patient an blutigem Durchfall erkrankt. Die Suche nach der Herkunft des Keims dauerte Monate. Am Ende galten Bockshornkleesamen aus Ägypten für die Anzucht von Sprossen als Auslöser. Forscher aus Münster entschlüsselten das Erbgut des Erregers. Welche Schlüsse haben die Behörden seitdem gezogen? Gibt es Langzeitfolgen für die Betroffenen? (zu dpa «Schlimmster Ehec-Ausbruch: Was den Darmkeim 2011 so tückisch machte») Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Selon le syndicat, le ministère de tutelle envisagerait de geler les dotations budgétaires de l'Uni et des centres de recherche publics. Une décision qui pourrait mettre à mal certains départements, voire annihiler certaines études.
Wissen  , Luxembourg Institute of Health , LIH , Studie Katzenallergien , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'Université de Luxembourg va ajouter, dès septembre 2021, une nouvelle formation à la cinquantaine de masters déjà proposés. De quoi former les futurs spécialistes en intelligence artificielle, gestion de données et autre cloud computing.
Artificial intelligence
Le secteur des technologies de la santé emploie déjà près de 1.600 salariés et compte 136 entreprises. Mais l'espoir est que ces activités prennent plus d'ampleur encore. D'où un investissement de 850.000 euros en guise de vitamines.
A researcher at Aalborg University looks at samples from behind a safety screen during the screening and analysis of all positive Danish coronavirus samples for the virus variant cluster B117 from the United Kingdom, in Aalborg, Denmark on January 15, 2021, during the ongoing novel coronavirus (Covid-19) pandemic. - The B117 coronavirus strain, which emerged in Britain late last year, has been shown to be between 40 and 70 percent more contagious than variants which have spread previously. (Photo by Henning Bagger / Ritzau Scanpix / AFP) / Denmark OUT
Evoqué mi-octobre par le Premier ministre, lors de son discours sur l'état de la Nation, le concept de Luxembourg in transition a été dévoilé ce lundi. Objectif: répondre par des «concepts audacieux» à la crise climatique mais aussi à tous les problèmes d'aménagement et d'infrastructures.
Trop de grands projets d'aménagement de collectivité souffrent de la complexification des méthodes de validation.