Changer d'édition

«C'est important de participer à la vie du pays qui m'accueille»
Luxembourg 6 3 min. 08.10.2017 Cet article est archivé

«C'est important de participer à la vie du pays qui m'accueille»

«C'est important de participer à la vie du pays qui m'accueille»

Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 6 3 min. 08.10.2017 Cet article est archivé

«C'est important de participer à la vie du pays qui m'accueille»

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Le coup d'envoi des élections communales est donné ce dimanche 8 octobre. Des milliers d'électeurs se rendent aux urnes aujourd'hui pour élire leur prochain bourgmestre, pour les six années à venir. A Differdange, troisième plus grande ville du pays, il y avait déjà beaucoup de monde dès l'ouverture des bureaux de vote à l'hôtel de ville.

Ce sont plus de 11.147 personnes qui sont attendues dans toute la ville pour se prononcer. Soit plus de 1.800 inscrits supplémentaires par rapport aux précédentes élections de 2011.

Des élections qui ont un «air de revanche», comme le soulignait cette semaine Marc Schlammes, chef du service politique du Luxemburger Wort. 

Car depuis les dernières élections communales, voilà six ans, la coalition DP-Les Verts a éclaté «suite à des divergences au sein du parti libéral». L'occasion saisie par l'actuel bourgmestre vert, Roberto Traversini, pour s'imposer et former une coalition Déi Gréng-CSV-LSAP.

La question intéressante est donc de voir si, ce dimanche «les électeurs vont juger sur ce qui s'est passé en cours de route (changement de coalition suite au départ de Claude Meisch, ex-bourgmestre devenu ministre, ndlr) ou s'ils vont donner une bonne ou une mauvaise note à la coalition actuelle sur la base» du travail réalisé.

«Je veux ce qu'il y a de meilleur pour ma ville»

A l'entrée de l'hôtel de ville, une petite file s'est formée. Le va-et-vient des électeurs ne s'arrête pas depuis quelques heures. Parmi eux, une jeune maman, venue avec sa petite fille de 8 ans.

Cela fait 20 ans qu'elle habite au Grand-Duché et qu'elle vote à chaque élection. Cette année, elle juge le bilan du bourgmestre actuel plutôt bon et espère même «qu'il sera à nouveau élu».

«Il a fait du bon travail à Differdange. J'espère qu'il va rester. On espère toujours un peu mieux pour sa ville mais là, c'est déjà bien. Je veux juste ce qu'il y a de meilleur pour ma ville», glisse-t-elle dans un sourire, son papier de vote à la main.

«C'est un acte tout à fait normal»

Ce dimanche matin à Differdange, ce sont aussi beaucoup d'étrangers qui sont venus voter, parfois pour la première fois. Ils sont plus de 2.134 inscrits sur les listes. En 2011, ils n'étaient que 1.584. «Je ne savais pas que je pouvais voter avant», explique une femme d'origine portugaise, vivant au Luxembourg depuis 20 ans. 

«Cette année je suis venue, avec ma fille. Je pense que c'est important de participer à la vie du pays qui m'accueille. Pour ma part, je reçois beaucoup d'aide alors je trouve ça normal de rendre à mon tour».

Un sentiment partagé par un couple, également d'origine portugaise qui vient voter pour la première fois en 15 ans de vie au Luxembourg. «On ne sait pas trop comment ça marche, on verra bien une fois dedans. Ce sont des amis qui nous ont parlé des élections et c'était important et normal pour nous de venir aujourd'hui», expliquent-ils.

Pour bon nombre de votants ce dimanche matin, se rendre aux urnes est donc un «acte tout à fait normal», voir même important pour prendre part à la vie de leur commune. Et si la commune de Differdange accueille plus de monde que d'habitude, pour les assesseurs de l'hôtel de ville, cela s'explique par la campagne en ligne "jepeuxvoter.lu", qui «a beaucoup joué et a ramené beaucoup plus d'électeurs».

Un engagement positif ou négatif pour Roberto Traversini qui remet son titre en jeu face au frère du ministre de l'Education, François Meisch? Réponse dans l'après-midi, sur notre carte interactive.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si les élections législatives avaient lieu ce dimanche, quelle coalition les électeurs souhaiteraient-ils voir au gouvernement? Est-ce pour autant celle-ci qui aurait le plus de chances d'accéder au pouvoir? Nouveau volet de notre sondage politique en amont des élections du 14 octobre.
PolitMonitor / Elections législatives
Fini le ménage à trois. C'est un mariage inédit entre le CSV et Les Verts, auquel s'attendraient le plus les électeurs luxembourgeois s'ils devaient voter ce dimanche. A part les fidèles du DP, plus personne ne voit aujourd'hui le parti de Xavier Bettel avoir des chances de rester au gouvernement.
Un mariage entre le CSV qui sera emmené par Claude Wiseler (à gauche) et le parti des Verts qu'incarne le ministre du Développement durable, François Bausch, est de plus en plus attendu par les électeurs au vu de ce nouveau sondage.