Changer d'édition

C'est (enfin) parti pour le droit à la déconnexion
Luxembourg 5 min. 02.05.2021

C'est (enfin) parti pour le droit à la déconnexion

L'hyper-connectivité n'a rien de bon : ni pour le santé du salarié, ni pour sa vie personnelle. Et pas plus d'avantages pour l'entreprise qui risque de voir un collaborateur fléchir, voire définitivement flancher.

C'est (enfin) parti pour le droit à la déconnexion

L'hyper-connectivité n'a rien de bon : ni pour le santé du salarié, ni pour sa vie personnelle. Et pas plus d'avantages pour l'entreprise qui risque de voir un collaborateur fléchir, voire définitivement flancher.
Luxembourg 5 min. 02.05.2021

C'est (enfin) parti pour le droit à la déconnexion

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Non, en dehors des horaires de travail, un salarié n'a pas à suivre ses dossiers, répondre au téléphone ou lire ses mails. Le Conseil économique et social vient de soumettre une proposition qui devrait vite être intégrée au Code du travail luxembourgeois.

Que celui qui n'a jamais expédié un mail à un collègue durant un weekend lève le doigt. Et que le salarié qui, entendant la notification, ne s'est jamais précipité sur son mobile en fasse autant...  Ainsi, avec la multiplication des outils numériques transposables du bureau à la maison, la question du droit à la déconnexion est devenue plus qu'un détail dans l'organisation de l'entreprises à l'ère 2.0 : une question de santé et sécurité au travail. Aussi, que le Conseil économique et social (CES) rende un avis sur le sujet a de quoi faire pousser un ''ouf" de soulagement à de nombreux employés... et employeurs.


Les effets pervers de la communication digitale
L'usage des différents outils numériques au cours du confinement aura eu des effets néfastes sur les personnes en télétravail lors du confinement, relève mardi une étude du Liser. En cause notamment, une utilisation «trop intense» et trop «impersonnelle».

Car, au final, aucune des deux parties ne pouvait se satisfaire de la situation. Vigilance permanente, temps de repos amoindri, stress de manquer un courriel même tardif (et donc de décevoir sa hiérarchie ou son client), frontière disparaissant entre activité professionnelle et vie privée ayant leurs pendants de risque de burn out ou «d'infobésité», etc. «Le pire dans tout ça, c'est que nous étions tantôt victime, tantôt bourreau (volontairement ou pas)», note un membre du CES. 

A la veille du 1er Mai, l'inscription du principe de déconnexion dans le Droit du travail vient ainsi de faire un grand pas. «Dans l'avis que nous adressons au gouvernement, il ne s'agit pas de faire la traque aux mauvais comportements, mais plutôt d'obliger les entreprises à se doter des moyens d'éviter que la mise à disposition d'outils numériques à leur personnel se traduise par une quasi-obligation de joignabilité», relève Christophe Knebeler (LCGB), rapporteur des travaux.

Je dirais presque qu'il faut s'en désintoxiquer

Christophe Knebeler (LCGB), rapporteur des travaux

La proposition sur laquelle syndicats et patronat se sont entendus stipule donc qu' «un régime assurant le respect du droit à la déconnexion en dehors du temps de travail (...) doit être défini au niveau de l'entreprise ou du secteur en question». Autrement dit, à chacun de balayer devant sa porte en matière de bonnes pratiques. 

«Cela pourra passer par une convention collective, un accord subordonné ou une prise de décision avec la délégation du personnel», note Jean-Jacques Rommes qui a initié les travaux du Conseil économique avant d'en céder la présidence à Tom Dominique. «L'idée a été de forcer à la pédagogie. Il faut collectivement apprendre à se servir des outils numériques à disposition pour le travail, dans le seul cadre des horaires de travail. La non-déconnexion s'est tellement vite imposée dans nos vies, dans nos mœurs, que je dirais presque qu'il faut s'en désintoxiquer», analyse Christophe Knebeler qui compte sur le bon sens des managers, mais aussi la sagesse des employés pour trouver au cas par cas les meilleures façons d'aborder ce respect du droit à la déconnexion.


Le téléphone des salariés sonne aussi à la maison
Une majorité des travailleurs interrogés disent rester disponibles une fois rentrés chez eux, selon une étude de Randstad publiée mercredi. Une tendance que le télétravail ne parviendra pas à régler entièrement, en l'absence de mesures législatives.

Cela pourra aussi bien passer par une charte interne, des formations sur le bon usage des outils numériques ou la mise en place de logiciels permettant d'éviter tout dérapage horaire. Ainsi, voici quelques mois, la Chambre des salariés avait, par exemple, suggéré de «bloquer tout accès du salarié à sa messagerie professionnelle entre 20h et 7h30, ainsi que durant les jours de repos, congés et fériés non travaillés».    

D'ailleurs, si le CES propose des sanctions, ce n'est pas vers l'auteur d'un mail de milieu de soirée ou l'expéditeur d'un SMS tardif qu'elles seront adressées. Non, les partenaires sociaux sont plutôt d'avis que l'Inspection du Travail réprimande d'une amende administrative les entreprises qui n'auront pas fait l'effort de veiller à ce que ce droit soit respecté. Et «en fonction de la gravité du manquement», l'amende pourra aller de 251 à 25.000 euros de pénalité.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le droit à la déconnexion comme premier devoir
Le Conseil économique et social s'est choisi un nouveau président. Et d'ici quelques semaines, c'est à ce titre que Tom Dominique présentera le nouvel avis du CES sur la meilleure façon de gérer la disponibilité des salariés dans leur seul temps de travail.
online.fr, director IGSS, Tomas dit Tom Dominique, inspection générale de la sécurité sociale,  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
Le télétravail aura sa sous-commission
Le sujet étant trop vaste pour n'être confié qu'aux membres de la commission Travail de la Chambre, un groupe élargi rassemblant des députés d'autres commissions va être créé.
Young daughter plays and works beside her mother in their home office.
Le télétravail aura sa sous-commission
Le sujet étant trop vaste pour n'être confié qu'aux membres de la commission Travail de la Chambre, un groupe élargi rassemblant des députés d'autres commissions va être créé.
Young daughter plays and works beside her mother in their home office.
Qui doit payer la note du télétravail?
Travailler depuis la maison engendre des frais. Mais de l'employeur ou du salarié qui doit assumer les coûts engendrés par cette pratique que la crise covid a développée? Réponse avec Nathalie Moschetti, juriste à la Chambre des salariés.
Télétravailler ne deviendra pas un droit
...ni une obligation. Ainsi comptent en décider les députés après le débat public, lundi matin, autour de la pétition réclamant que le home-office soit clairement accessible à tous les salariés pouvant assurer certaines missions en dehors du bureau.
Apprenez à jouer avec la gestion du stress
Consultante en ressources humaines, Isabelle Wachenheim a créé un jeu pour que les salariés puissent s'exprimer sur les tensions liées à leur travail, à leur hiérarchie. Trouver des améliorations mérite bien de jeter les dés.
Isabelle Wachenheim - Un jeu destiné aux RH - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
En finir avec les collègues difficiles
Virginie Stevens, fondatrice de Pétillances, explique comment gérer et recadrer les personnalités trop rudes avec leur environnement de travail. Diplômée en gestion des ressources humaines, elle plaide pour l'établissement de limites comme dans l'éducation des enfants.
Selon Virginie Stevens, «la majorité des gens n'ont pas dans une intention de nuire à l'autre».