Changer d'édition

Les aires d'autoroute rapportent gros
Luxembourg 2 min. 25.07.2021
Budget

Les aires d'autoroute rapportent gros

Budget

Les aires d'autoroute rapportent gros

Photo : Serge Waldbilig
Luxembourg 2 min. 25.07.2021
Budget

Les aires d'autoroute rapportent gros

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Concessions et taxes encaissées sur les aires de service d'autoroute luxembourgeoises ont permis à l'Etat d'encaisser 64,5 millions d'euros en 2020. Et c'était une mauvaise année...

Le réseau autoroutier luxembourgeois? 165 kilomètres de long, des millions de véhicules en circulation et sept aires de service. Et si ces dernières s'avèrent utiles aux routiers et automobilistes (pour faire le plein ou se détendre), elles jouent aussi un rôle non négligeable dans les finances publiques. En effet, les compagnies pétrolières payent chèrement le droit d'exploiter ces emplacements stratégiques, mais leurs ventes entraînent aussi des rentrées fiscales appréciables. Ainsi, chaque site rapporte-t-il de l'ordre de 10 millions d'euros par an.

Ainsi, sur ces seules cinq dernières années, l'Etat a perçu 347 millions d'euros issus de ces sept aires de service. L'information a été donnée par le ministre de la Mobilité. Au député Marc Goergen (Pirate) qui l'interrogeait sur le sujet,  François Bausch (Déi Gréng) a détaillé la répartition de cette source de revenus. A savoir : 83% des montants perçus proviennent de la vente de carburant, 15,2% aux commerces et 1,3% au fonctionnement des points de restauration. 

Logique dans ces conditions que l'année 2020 ait vu quelque peu faiblir les montants collectés. Entre lockdown, baisse du trafic en raison des limitations de voyage entre pays, fermeture des restaurants pour motifs sanitaires et télétravail intensif, l'activité de ces sept aires a quelque peu ralenti (jusqu'à -60% au pic des mesures de confinement au printemps 2020). 

Mais, la gestion de ces aires de service reste plus que rentable pour l'Etat. Qui perçoit bien plus qu'il ne dépense pour l'entretien de ces espaces qui restent à sa charge. Ainsi, par exemple, l'an passé, 550.000 euros auront été nécessaires pour assumer cette mission, alors que dans le même temps, le ministère des Finances engrangeait 64,5 millions d'accises et taxes diverses. 

Reste que pour rester attractives, ces aires doivent toujours être accueillantes et adaptées aux besoins des usagers. C'est ainsi que l'Etat investit actuellement pour l'installation de bornes de recharge électriques sur ces points d'arrêt. Par ailleurs, c'est aussi la collectivité qui finance l'actuel réaménagement de la prochaine aire à ouvrir, le long de l'A4. Mais passée cette dépense de 8 millions d'euros, l'amortissement des travaux ne durera pas longtemps... 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.