Changer d'édition

Budget de l'Etat 2018: le dernier présenté par Pierre Gramegna
Luxembourg 6 min. 11.10.2017 Cet article est archivé
Chambre des députés

Budget de l'Etat 2018: le dernier présenté par Pierre Gramegna

Pierre Gramegna: «Sans renoncer à l’objectif d’assainissement des finances publiques, nous avons réussi à maintenir les investissements à un niveau élevé».
Chambre des députés

Budget de l'Etat 2018: le dernier présenté par Pierre Gramegna

Pierre Gramegna: «Sans renoncer à l’objectif d’assainissement des finances publiques, nous avons réussi à maintenir les investissements à un niveau élevé».
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 6 min. 11.10.2017 Cet article est archivé
Chambre des députés

Budget de l'Etat 2018: le dernier présenté par Pierre Gramegna

Maurice FICK
Maurice FICK
Le ministre des Finances, Pierre Gramegna a présenté ce mercredi le dernier projet de budget de la coalition gouvernementale DP-LSAP-Les Verts devant la Chambre des députés. Dans un contexte économique favorable, le budget de l'Etat 2018 prévoit de «maintenir les investissements à un niveau élevé» et a été caractérisé par 3 maîtres-mots par le ministre: «qualité de vie, compétitivité et continuité».

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, qui s'est dit disposé à prendre la présidence de l'Eurogroupe, a présenté ce mercredi le dernier projet de budget de la coalition gouvernementale DP-LSAP-Les Verts devant la Chambre des députés. Dans un contexte économique favorable, le budget de l'Etat 2018 prévoit de «maintenir les investissements à un niveau élevé» et a été caractérisé par 3 maîtres-mots par le ministre: «qualité de vie, compétitivité et continuité».

«Au regard de l’évolution favorable des finances publiques et des bonnes perspectives d’avenir, je constate avec satisfaction que la politique budgétaire du gouvernement porte ses fruits», explique Pierre Gramegna au moment de déposer au parlement le projet de loi (n°7200) sur le budget de l'Etat pour 2018, tout comme le projet de loi de programmation financière pluriannuelle pour la période 2017-2021.

Le ministre des Finances estime que si le gouvernement continue à mettre en œuvre une politique «ciblée et disciplinée», «la situation financière de notre pays sera nettement plus favorable à la fin de cette période législative qu'en 2013» lorsque Xavier Bettel a pris les rênes. «Sans renoncer à l’objectif d’assainissement des finances publiques, nous avons réussi à maintenir les investissements à un niveau élevé pour mettre à jour les infrastructures du pays et augmenter la qualité de vie des citoyens, tout en mettant en œuvre une réforme fiscale ambitieuse, qui est socialement équitable et soutient la compétitivité des entreprises», résume le ministre.

Mesures phares pour 2018

Le budget 2018 s’inscrit dans un contexte macroéconomique favorable qui est caractérisé par une croissance autour de 3% pour 2017 et pouvant aller jusqu’à 4,4% en 2018. Le Statec estime que l’inflation se stabilisera en 2018 à 1,6% et il anticipe par ailleurs la poursuite d’une évolution favorable du marché du travail, avec une création d’emploi de 3% en rythme annuel et un taux de chômage en baisse à 5,6% pour l’année 2018.

«Parmi les axes prioritaires de l'investissement public comptent notamment l’éducation des enfants, le logement, les transports en public et des mesures en faveur d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. L’État investira davantage dans le sport, la culture et la sécurité des citoyens», résume le gouvernement dans un communiqué de presse daté de ce mercredi matin.

Parmi les mesures phares figurent:

  • la mise en œuvre de l’éducation plurilingue
  • l’encadrement gratuit de 20 heures hebdomadaires pour enfants en bas âge dans le cadre du régime du chèque-service accueil
  • l’introduction de la gratuité des livres scolaires dans l’enseignement secondaire
  • l’équipement de 6.000 étudiants en iPads,
  • la réforme du congé parental
  • la création de plus de 500 nouveaux postes dans le domaine de l’enseignement et l’encadrement des enfants.

L'Administration centrale reste largement déficitaire

Le solde de l’Administration publique s’établit pour l’année 2018 à 333 millions d’euros, soit de 0,6% du PIB. Ce surplus est prévu de progresser tout au long de la période 2018-2021 pour atteindre 1,1 milliard d’euros en 2021, soit 1,7% du PIB.

En 2018, les dépenses de l’Administration centrale s’élèvent à 18,2 milliards d’euros et incluent trois grands postes de dépenses, à savoir les transferts de revenus et prestations sociales pour 8,7 milliards d’euros, les rémunérations pour 4,1 milliards d’euros et les investissements publics pour 2,4 milliards d’euros. Les recettes s’établissent à 17,3 milliards d’euros et se composent notamment de 7,9 milliards d’euros d’impôts directs, de 6,8 milliards d’euros d’impôts indirects et autres recettes pour un montant de 2,4 milliards d’euros.

Ainsi, le solde de l’Administration centrale s’établit en 2018 à -890 millions d’euros, ce qui représente une amélioration de 173 millions d’euros par rapport aux estimations du programme de stabilité et de croissance d’avril 2017. Sur les prochaines années, le solde de l’Administration centrale connaîtra une amélioration progressive, pour s’établir à seulement -89 millions d’euros en 2021.

Dette publique: près de 23% du PIB

Le solde au niveau des Administrations locales (communes) s’établit en 2018 à un surplus de 206 millions d’euros, soit de 0,4% du PIB. Cette tendance favorable continuera sur l’ensemble de la période de 2018 à 2021.

La sécurité sociale affichera en 2018 un solde excédentaire de 1 milliard d’euros, avec les dépenses qui s’élèvent à 10,3 milliards d’euros, alors que les recettes s’établissent à 11,3 milliards d’euros. Ce solde restera largement excédentaire sur l’ensemble de la période de 2018 à 2021.

La dette publique luxembourgeoise continue de figurer parmi les plus faibles en Europe et s’établira en 2018 à 22,7% du PIB, contre une moyenne de 89,5% en zone euro. Mais en chiffres absolus, la dette publique devrait s'élever à 13,873 milliards d'euros en 2018, contre 12,811 milliards en 2017. Soit un endettement qui grimperait de plus d'1 milliard d'euros en un an.

Au cours de la période 2018-2021, la tendance baissière se confirmera et la dette publique luxembourgeoise s’établira à 21,6% du PIB en 2021, soit largement en dessous de l’objectif gouvernemental de 30%.

Objectif: plus d'équité fiscale

Le budget 2018 apporte également quelques ajustements par rapport à la réforme fiscale entrée en vigueur en 2017. Ainsi, les contribuables bénéficieront d’une flexibilité accrue au niveau de leur imposition et pourront opter encore ultérieurement pour une individualisation ou une imposition collective. Par ailleurs, les conditions de l’assimilation des non-résidents aux résidents seront assouplies.

La loi budgétaire apporte également plus d’équité fiscale. Ainsi, l’exemption existante pour les époux avec descendants communs sera également applicable à toute personne ayant la qualité d’époux (ou liée par un contrat de partenariat depuis plus de 3 ans) sans descendants communs. En outre, le régime des stock-options sera réformé et rendu plus cohérent avec l’application du demi-taux sur les plus-values (21%) pour les warrants.

Abattement et bonification

Dans le but de faciliter la transition vers la mobilité à zéro émission, l’abattement pour mobilité durable a été étendu vers les voitures électriques hybrides rechargeables dont les émissions ne dépassent pas 50g CO2/km. Cet abattement s’élève à un montant de 2.500 euros. En outre, pour les entreprises, les voitures électriques à zéro émission ou à pile combustible à hydrogène, pourront bénéficier d’une bonification d’impôt.

Dans le but de soutenir les entreprises dans la digitalisation, le budget 2018 prévoit en outre l’introduction d’une bonification d’impôt pour investissement en logiciels acquis. Cette mesure vient compléter la réforme de la fiscalité applicable à la propriété intellectuelle.


Sur le même sujet

Plus de 10,4 milliards d'euros ont été investis par l'Etat pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de covid-19. Un engagement qui aura des conséquences sur les finances de l'Etat avance Pierre Gramegna (DP).
Lok , Coronavirus , Baustellene wieder offen , Post Gare Jallay/Luxemburger Wort
Grand oral ce matin à la Chambre des députés pour Pierre Gramegna qui a exposé les chiffres clés des finances du pays: «Investissements records et mesures sociales» sont au programme des quatre années à venir selon le ministre.
Politik, Budget 2019, chambre des députés, Rapport, Pierre Gramegna, photo Anouk Antony
Le ministre des Finances à la Chambre
«Le Luxembourg remplit et surpasse tous les critères européens», a assuré Pierre Gramegna en présentant le Programme de stabilité et de croissance (2017-2021). Les «chiffres sont bons» et le gouvernement table sur une «nouvelle accélération de créations d'emplois» en 2017 et 2018.
Pierre Gramegna a expliqué que l'emploi continuera d'augmenter au Luxembourg cette année (3,2%) et l'an prochain (3,4%).
Il aura tout juste fallu 40 minutes à Pierre Gramegna, ministre des Finances, pour présenter le budget de l'Etat pour 2017 devant le parlement. Esquissant un tableau très positif de la situation dans laquelle se trouve le Luxembourg.
«Nous avons toutes les raisons d'envisager l'avenir avec optimisme», a estimé mercredi Pierre Gramegna en présentant le budget du gouvernement Bettel pour 2017.
Le ministre des Finances Pierre Gramegna a déposé mercredi au Parlement le projet de loi concernant le budget de l'État pour 2017. Un budget qui sera sous le signe de la réforme fiscale qui, d'après le gouvernement, devrait coûter 373 millions d'euros au fil des années à venir.
Dépôt du projet de loi concernant le budget des recettes et dépenses de l’Etat pour 2017 - Pierre Gramegna  - Photo : Pierre Matgé