Changer d'édition

Bommeleeër: le procès va être interrompu la semaine prochaine
Luxembourg 2 min. 30.04.2013

Bommeleeër: le procès va être interrompu la semaine prochaine

Bommeleeër: le procès va être interrompu la semaine prochaine

Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 2 min. 30.04.2013

Bommeleeër: le procès va être interrompu la semaine prochaine

Des dossiers provenant des archives du SREL viennent bouleverser le déroulement du procès Bommeleeër. Ils traiteraient de la participation du Luxembourg au réseau stay behind. 

(SK) - Trentième jour d'audience au procès Bommeleeër. Cela commence fort avec Me Vogel qui s'énerve: "J'en ai assez! Ce procès est absolument surréaliste."

L'avocat de la défense s'insurge contre le dépôt de sept nouveaux dossiers procurés par Patrick Heck, chef du SREL. Il s'agit d'archives du SREL portant sur l'implication du Luxembourg dans le réseau stay behind.

Me Vogel a sollicité une interruption de la procédure pour pouvoir étudier ces documents. Il demande également avec Me Lorang, une fois encore, l'annulation de la procédure.

Après s'être retiré quelques minutes pour réfléchir, le tribunal a décidé d'interrompre le procès dès la semaine prochaine afin d'analyser les  documents. Cette semaine, l'enquêteur Carlo Klein va terminer de remonter la piste Geiben.

La piste Geiben s'effiloche

L'enquêteur Klein a repris où il s'était arrêté la veille. Il détaille notamment le programme de formation que Ben Geiben a suivi auprès du FBI ainsi que son séjour au Pentagone lors duquel il aurait donné des conférences sur la contrebande de technologies.

En janvier 2008, Geiben a été présenté au juge d'instruction. Il n'aurait fa<it que répéter ce qu'il avait déjà dit aux enquêteurs. Il a notamment estimé que les deux prévenus ne pouvaient être les auteurs des attentats. Les BMG étaient trop soudées pour ne rien remarquer.

Ben Geiben n'aurait quant à lui jamais compris pourquoi  il était soupçonné d'avoir commis les attentats, selon Carlo Klein. Il aurait accepté les antagonismes avec certains de ses supérieurs et aurait quitté la gendarmerie sans ressentiments.

La réforme manqué de la gendarmerie suggérée par Geiben n'aurait pas non plus été un motif suffisant pour commettre les attentats, estime Carlo Klein.  En outre, rien ne prouve qu'il était au Luxembourg lors des attentats autres que ceux du palais de justice et de Heisdorf.

Le suspect numéro 1 se se savait observé et pourtant, il n'aurait rien tenté de dissimuler de sa vie. Pour l'enquêteur, Ben Geiben n'aurait fait l'objet de cette surveillance que parce qu'il collait au profil de l'emploi. A ce jour, aucune preuve n'a été trouvée à son encontre et les analyses ADN étaient négatives.

Carlo Klein se demande même si Ben Geiben n'aurait pas été attiré au Luxembourg par Jos Steil pour le faire tomber dans les filets des enquêteurs. Pour Klein, Geiben aurait pu être un leurre. Cependant, son implication aux attentats n'est pas à exclure.

Le dossier ne fournirait pas d'indices sur un travail en interne. Les seules personnes aptes à répondre souffriraient d'amnésie


Sur le même sujet

Procès Bommelëer: Ben Geiben rebelotte
Encore et toujours Ben Geiben! Le suspect numéro un dans l'affaire Bommeleeër ne quitte plus le devant de la scène. L'enquêteur Carlo Klein continue sans relâche de remonter la piste Geiben.