Changer d'édition

Bommeleeër: l'éventuelle implication du prince Jean à l'ordre du jour

Bommeleeër: l'éventuelle implication du prince Jean à l'ordre du jour

Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 2 min. 19.03.2013

Bommeleeër: l'éventuelle implication du prince Jean à l'ordre du jour

14e jour du procès "Bommeleeër" ce mardi à Luxembourg. A l'ordre du jour: l'éventuelle implication du prince Jean, frère du grand-duc Henri.

En cette quatrième journée de procès, l'enquêteur Marc Weis a été entendu par la justice. Les principales questions portaient sur l'éventuelle implication du prince Jean, frère du grand-duc Henri, dans cette affaire d'attentat à la bombe.

D'après le récit de Marc Weis, la rumeur s'est rapidement répandue comme quoi, une personne importante était mêlée aux attentats du Bommeleeër.

Selon lui, cette rumeur était peut-être liée au fait que le Prince avait renoncé au trône.

A l'époque, le Maréchalat de la Cour aurait tenté de trouver des alibis pour le prince Jean en fonction des dates des attentats.

Au final, il s'est avéré que lors de l'attentat au Schléiwenhaff, le Prince était présent à la "manœuvre de l'Oesling" de 1985.

Aucune enquête sur le prince Jean

Selon Marc Weis, il n'y a jamais eu d'enquête sur le prince Jean et ce dernier n'aurait eu vent des rumeurs qui circulaient sur son compte qu'en 2005, mais que sa famille était bel et bien au courant.

Par la suite, l'enquêteur a mentionné le témoin Beffort qui aurait cru reconnaitre le prince Jean lors de l'attentat au Findel. Il aurait communiqué la plaque d'immatriculation du Prince à la police. Sur ce, des membres de la Sureté lui auraient dit que le nom du Prince ne devait en aucun cas être divulgué.

A partir de ce moment, le témoin aurait reçu des visites régulières de la Sureté.

Le témoin Beffort a maintenu sa déclaration jusqu'à sa mort

Sur ce, Me Vogel, avocat du prévenu Marc Scheer, en a conclu que le volet "prince Jean" dans cette affaire, était un volet délicat. Après la pause, l'avocat de la défense a voulu écouter les déclarations télévisés du témoin Beffort, décédé l'année dernière.

La juge Conter a fait part que le témoin était resté sur ses déclarations, malgré le fait qu'elles aient été à maintes reprises contredites. L'enquêteur Marc Weis a également confirmé le fait que le témoin était formel: il a bel et bien reconnu le prince Jean lors de l'attentat au Findel.

Il a également fini par avouer que l'alibi du Prince pour cet attentat n'a jamais été vérifié.

wort.lu/fr