Changer d'édition

Billet: Le retour de la bête
Luxembourg 2 min. 30.04.2020 Cet article est archivé

Billet: Le retour de la bête

Billet: Le retour de la bête

Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 30.04.2020 Cet article est archivé

Billet: Le retour de la bête

Gaston CARRE
Gaston CARRE
L’intrus, avec le virus, pourrait changer de camp. Imagine une gigantesque transhumance, qui conduirait le règne animal en ville et l’humanité aux abois.

J’ai vu un cerf.

Une bête magnifique, dans son manteau de velours, rouille et bronze, souveraine sous son ample couronne de bois.

Un cerf avec ses bois, en ville.

Il se tenait là en effet, au milieu de l’avenue, placide, confiant, humant un air de plus en plus pur. Confrontée à l’homme, une bête de cette sorte laisse entrevoir, de loin, la peur qui fait palpiter son pelage, là rien, nulle peur, rien qu’une assurance tranquille – l’animal était au coeur de la ville, et le plus étrange, le plus inquiétant en cette apparition était son «naturel».

J’avais observé déjà ces jours derniers de semblables avancées. Sur les boulevards des canards déambulent sur les balustrades, des gazelles se désaltèrent aux fontaines, sûres de leur bon droit. Les taupes lèvent les yeux pour admirer le vol des carpes et les carpes se penchent pour saluer les taupes. Nos animaux de compagnie pour leur part s’émancipent, s’accordent des libertés nouvelles, tardent à obéir à nos commandements. Comme s’ils sentaient un rapport de force nouveau, comme si l’homme n’était plus maître, comme si s’effritaient les tables anciennes de la loi, sur lesquelles le moindre corniaud désormais pourrait se soulager – voilà mille ans qu’ils attendaient ce moment-là, les corniauds, de revanche sur l’assujettissement, l’humiliation, l’abêtissement, et les voilà qui s’assemblent, qui avancent sur la ville, meutes immenses, prêtes à nous compisser.

Mais c’est la nuit surtout que l’animal ose.

Chaque nuit je m’éveille une ou deux fois, dans l’appréhension de cambrioleurs. Ils sont à l’oeuvre dit la police, nombreux. Armée de l’ombre, prête à frapper nuitamment, quand dort la ville – voir la littérature du genre, tout cela est très romanesque déjà, n’en rajoutons pas.

Et donc je me lève la nuit, passe la porte et entend aussitôt le bruit de siphon de maintes créatures s’éclipsant, fuite éperdue de bêtes qui s’étaient avancées en rampant. Quand vraiment elles sont nombreuses elles s’emmêlent truffes et museaux, pattes et queues, et je peux voir alors la fuite de belettes, de faisans, de renards même, de chats improbables, des queues comme des plumeaux, des fracs, des griffons, des licornes, toute une faune indue en somme, qui chaque nuit davantage investit la cité, y prend ses aises.

Je songe alors, dans un instant d’effroi, que l’intrus pourrait changer de camp.

J’imagine une gigantesque transhumance, qui conduirait le règne animal en ville et l’humanité aux abois. L’homme serait acculé, sous le regard d’une faune s’employant à le contenir. Il sera toléré, si du moins il n’est pas trop nombreux. Des épidémies le tiendront à distance, chacun chez soi. Mais s’il venait à proliférer, l’homme, et faute de virus à se répandre à nouveau, en ville?

Eh bien il faudra sévir. Eliminer. Quelques meutes bien entraînées, bien excitées, pourront en peu de temps nettoyer des zones considérables.

Le cerf m’observe, l’oeil énorme. Un œil comme un avertissement, une sommation.


HANDOUT - 18.04.2020, ---: Das am 19.04.2020 von der Hilfsbewegung Global Citizen zur Verfügung gestellte Standbild zeigt die Musiker Mick Jagger (oben, l), Keith Richards (oben, r), Ronnie Wood (unten, l) und Charlie Watts von der Band The Rolling Stones bei  ihrem Auftritt im Rahmen des virtuellen Konzerts «One World: Together at Home». Dutzende Künstler bedankten sich damit bei den vielen Helfern in der Corona-Pandemie. (zu dpa "Corona-Konzert mit Megastars und Millionenspenden") Foto: Getty Images for Global Citizen/dpa - ACHTUNG: Das Foto darf nicht verändert und nur im vollen Ausschnitt verwendet werden. Keine Archivierung. Nur zur redaktionellen Verwendung im Zusammenhang mit der aktuellen Berichterstattung über das Global Citizen Konzert 2020 und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
Gueule de bois
Si même les Rolling Stones acceptent, sur invitation de madame Gaga, de s'exposer en confinés et d'admettre donc leur soumission à la loi du virus, alors on peut dire que Corona est une opération de police réussie.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Gueule de bois
Si même les Rolling Stones acceptent, sur invitation de madame Gaga, de s'exposer en confinés et d'admettre donc leur soumission à la loi du virus, alors on peut dire que Corona est une opération de police réussie.
HANDOUT - 18.04.2020, ---: Das am 19.04.2020 von der Hilfsbewegung Global Citizen zur Verfügung gestellte Standbild zeigt die Musiker Mick Jagger (oben, l), Keith Richards (oben, r), Ronnie Wood (unten, l) und Charlie Watts von der Band The Rolling Stones bei  ihrem Auftritt im Rahmen des virtuellen Konzerts «One World: Together at Home». Dutzende Künstler bedankten sich damit bei den vielen Helfern in der Corona-Pandemie. (zu dpa "Corona-Konzert mit Megastars und Millionenspenden") Foto: Getty Images for Global Citizen/dpa - ACHTUNG: Das Foto darf nicht verändert und nur im vollen Ausschnitt verwendet werden. Keine Archivierung. Nur zur redaktionellen Verwendung im Zusammenhang mit der aktuellen Berichterstattung über das Global Citizen Konzert 2020 und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++