Changer d'édition

Billet: La récré à Greta
Luxembourg 2 min. 25.04.2019 Cet article est archivé

Billet: La récré à Greta

Billet: La récré à Greta

Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 25.04.2019 Cet article est archivé

Billet: La récré à Greta

Gaston CARRE
Gaston CARRE
Greta Thunberg n'a que 16 ans, mais déjà elle annonce l'apocalypse. Des milliers de jeunes se mobilisent dans son sillage, séchant leurs cours pour éteindre le feu.

Aujourd’hui y a pas école, c'est «Friday for future», la récré à Greta. De Düsseldorf à Barcelone en passant par Malm, les potaches répondent à l'appel de la jeune militante, qui tous les vendredis fait sécher les cours pour donner au monde une leçon d'écologie.


online.fr, Sophie Wiessler im Gespräch mit   Cyril de Waha, Thaïs Lasar,  Zélie Guisset,  jeunes pour le climat au Luxembourg, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Nous voulons simplement faire bouger les choses»
Cyril, Thaïs et Zélie font partie des milliers de jeunes qui ont défilé pour le climat dans les rues de Luxembourg, il y a tout juste un mois. Un combat loin d'être terminé pour les lycéens, qui restent mobilisés et envisagent l'avenir.

Greta Thunberg est un croisement entre Pippi Langstrumpf et Calamity Jane, qui à 16 ans déjà annonce la fin des temps. C'est Alice au pays des fléaux, qui à dos de caribou combat l'effet de cerf. S'étant émue elle aussi de l'incendie de Notre-Dame, en quoi elle voit le signe d'un embrasement général, l'écolo en herbe dit qu'il faut «se réveiller» face à «la maison commune en feu».

Greta est une jeune fille inquiète. Inquiétante aussi. Ce regard tranchant, un peu comminatoire, cette expression matoise du galopin qui tient une mèche allumée dans le dos  – on le voit dans les films d'épouvante ce regard-là, un ange vous sourit et l'ange soudain est démon, le mal se déchaîne et la maison en effet est en feu. Elle porte des nattes de Lolita, Greta, mais il semble que les nattes pourraient vriller et la tête tourner, comme dans le film de Friedkin, quand devant l'exorciste la binette de la fillette soudain fait un tour complet.

On prétend que la croisade de Greta lui sert de thérapie. On ne saurait lui en faire reproche: une génération entière cherche son salut dans la graine de soja, et nous sommes nombreux à confondre avaries intimes et catastrophes collectives. Or Greta pratique une thérapie de groupe, et le groupe à Greta c'est des milliers de gamins qui pour prêcher l'écologie manquent leur cours de géographie. Il faut siffler la fin de la récré, et souhaiter aux enfants des maîtres qui fussent de dignes enseignants. Des hommes et des femmes qui puissent leur enseigner que la planète est menacée en effet, qu'il faut agir vite mais qu'il n'y a pas le feu. Les jeunes demandent des éclaireurs, non des pompiers, des visions d'avenir et non des prophéties d'apocalypse.

Et tandis que les écoliers seront à l'écoute de profs bien réveillés, Greta grandira auprès d'adultes assez sages pour apaiser ses maux sans attiser ses craintes. Elle fera tournoyer ses nattes, tous les vendredis, de plus en plus vite, de sorte que par un ultime tour du diable notre collégienne se transformera en éolienne.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.