Changer d'édition

Le CSV tire à boulets rouges sur la coalition
Luxembourg 3 min. 19.07.2021
Bilan parlementaire

Le CSV tire à boulets rouges sur la coalition

Bilan parlementaire

Le CSV tire à boulets rouges sur la coalition

Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 19.07.2021
Bilan parlementaire

Le CSV tire à boulets rouges sur la coalition

Peu satisfait du soutien de la majorité DP-LSAP-Déi Gréng à la ministre de la Famille qu'ils ne jugent plus à sa place, les responsables du parti chrétien-social s'en sont pris, lundi, à la manière dont le gouvernement traite l'opposition. A savoir avec «nonchalance» et «arrogance».

(Jmh avec Danielle Schumacher) - A deux ans et demi des élections législatives, le CSV se veut offensif. A l'occasion de son bilan parlementaire, lundi, le principal parti d'opposition n'a pas ménagé ses coups contre la coalition DP-LSAP-Déi Gréng, accusée d'adopter une attitude «qui n'est pas digne d'une démocratie». En ligne de mire, le rejet jugé quasi systématique des propositions émanant de la principale force politique du pays.


Une même voix pour les deux chefs de fraction CSV
Martine Hansen et Gilles Roth dirigent désormais à deux le groupe parlementaire le plus garni à la Chambre, mais dans l'opposition. Une double direction qui s'exprime sur ses envies, ses batailles et ses failles.

Et Martine Hansen, co-cheffe de fraction CSV, d'indiquer que sur les 120 motions introduites par les chrétiens-sociaux au cours de la session parlementaire actuelle, seules 19 ont été adoptées. Même ratio peu élevé en ce qui concerne les amendements aux projets de loi où, sur les 47 déposés, seuls deux ont été adoptés. Quant aux projets de loi, sur les dix déposés, seul un a été soumis au vote. Un constat qui pousse Gilles Roth, co-chef de fraction CSV, à parler d'attitude «nonchalante» et «arrogante» de la majorité.

Pour le président du parti, Claude Wiseler, cette manière de faire constitue «un problème pour le parlementarisme» du fait de l'absence de «débat rudimentaire» autour des idées émises par l'opposition. Une impression de «Don Quichotte qui se bat contre les moulins à vent» qui laisse un goût amer aux chrétiens-sociaux qui plaident pour «un changement de culture de débat». L'illustration la plus symptomatique de ce fonctionnement serait, à en croire les élus CSV, le cas Corinne Cahen (DP).


Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l’Intégration
Corinne Cahen poussée vers la sortie
C'est là le souhait des députés d'opposition (CSV, Pirate, déi Lénk, Adr) qui souhaitent voir la ministre de la Famille (DP) quitter le gouvernement au lendemain des conclusions du rapport Waringo.

Sous le feu des critiques pour sa gestion de la crise sanitaire au sein des maisons de repos pour personnes âgées, la ministre de la Famille ne s'est pas exprimée à la suite du débat dédié au rapport Waringo, mais au cours de la conférence de presse qui s'en est ensuivie. Un échange tenu aux côtés de Paulette Lenert (LSAP) au cours duquel la présidente du DP a non seulement indiqué qu'elle n'avait «jamais caché sciemment quoi que ce soit» mais aussi que ses détracteurs faisaient de «la politique politicienne».

Une manière de faire jugée «impertinente» et non conforme aux missions de la Chambre «qui doit contrôler le gouvernement», rappelle Gilles Roth. Comme le DP et le LSAP avec lui, le CSV entend d'ores et déjà baliser les grandes lignes de son futur programme électoral. En l'occurrence la volonté de construire plus de logements, de mettre en place une «politique sécuritaire efficace» et une réforme fiscale. Si les chrétiens-sociaux s'opposent à la taxe covid défendue par les socialistes, ils plaident pour une refonte de la taxe foncière jugée «nécessaire», tout comme la mise en place d'une loi sur les pandémies afin de «mieux réagir lors des prochaines crises».


IPO , ITV Frank Engel , CSV Nationalpräsident (noch) , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Frank Engel loin d'être le seul mis en cause
Un mois après l'annonce de la poursuite d'un volet de l'enquête contre l'ancien président du CSV pour «faux et usage de faux», l'affaire rebondit avec la publication de noms de plusieurs personnalités du parti également dans le viseur de la justice.

Si Claude Wiseler a reconnu que le CSV avait connu «une année compliquée», le nouveau président du parti assure que «les relations entre la fraction et le parti sont bonnes». Manière d'éluder les conséquences de l'affaire «CSV Frëndeskreess» qui concerne désormais la coprésidente et la cosecrétaire générale. Le 25 septembre prochain, date du prochain congrès des chrétiens-sociaux, les militants devraient d'ailleurs valider le nouveau mode de fonctionnement du parti qui compte un homme et une femme pour chaque poste à la tête du parti.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

C'est là le souhait des députés d'opposition (CSV, Pirate, déi Lénk, Adr) qui souhaitent voir la ministre de la Famille (DP) quitter le gouvernement au lendemain des conclusions du rapport Waringo.
Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l’Intégration
Un mois après l'annonce de la poursuite d'un volet de l'enquête contre l'ancien président du CSV pour «faux et usage de faux», l'affaire rebondit avec la publication de noms de plusieurs personnalités du parti également dans le viseur de la justice.
IPO , ITV Frank Engel , CSV Nationalpräsident (noch) , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Martine Hansen et Gilles Roth dirigent désormais à deux le groupe parlementaire le plus garni à la Chambre, mais dans l'opposition. Une double direction qui s'exprime sur ses envies, ses batailles et ses failles.
En perte de vitesse, le principal parti d'opposition souhaite renverser la vapeur via une nouvelle équipe dirigeante composée de six membres et paritaire. Objectif: retrouver la confiance des électeurs d'ici à 2023, année des élections communales et législatives.
CSV-Kongress / Claude Wiseler / Junglinster / Photo: Laurent Blum
C'est acté. Le CSV, de loin le premier parti au parlement (21 sièges sur 60) se retrouve pour la seconde fois chef de file de l'opposition. Ses deux leaders, Claude Wiseler, président de la fraction, et Marc Spautz, président du parti, libèrent leur siège. Une femme venue du Nord en a déjà pris un.
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.