Changer d'édition

Bettel au sommet de l'OTAN
Luxembourg 04.12.2019

Bettel au sommet de l'OTAN

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel (à g.) et son époux Gauthier Destenay à leur arrivée au 10, Downing street à Londres, en marge du sommet de l'OTAN

Bettel au sommet de l'OTAN

Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel (à g.) et son époux Gauthier Destenay à leur arrivée au 10, Downing street à Londres, en marge du sommet de l'OTAN
Photo: AFP
Luxembourg 04.12.2019

Bettel au sommet de l'OTAN

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Le Premier ministre, mais aussi le vice-Premier ministre et ministre de la Défense, François Bausch, et le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn participent à la réunion des chefs d'État et de gouvernement des pays de l'OTAN à Londres ce mercredi.

Cette réunion de l'OTAN marque le 70e anniversaire de l'Alliance atlantique. Elle doit permettre de réaffirmer le lien transatlantique et d'aborder les défis sécuritaires les plus pressants auxquels l'OTAN est confrontée.

Pour rappel, le Luxembourg est un des douze pays membres fondateurs de l'Alliance atlantique, établie en 1949 par le traité de Washington et dont le premier siège était à Londres. L'OTAN compte à présent 29 pays membres.


Sur le même sujet

L'OTAN tente de réparer les pots cassés
Les 29 membres du Traité de l'Atlantique Nord vont tenter d'afficher leur unité de façade mercredi lors du 70e anniversaire de l'Alliance et de masquer ainsi les divergences exposées au grand jour entre les Etats-Unis, la France et la Turquie.
Le 70e anniversaire de l'OTAN est marqué par les tensions entre les présidents français Emmanuel Macron (à g.) et américain Donald Trump (à dr.)
Colère et grogne pour le sommet de l'OTAN
Les dirigeants des pays de l'OTAN se réunissent ces mardi et mercredi en sommet à Watford, près de Londres, pour le 70e anniversaire de l'alliance, mais l'ambiance est loin d'être festive à cause de multiples différends.
Le Norvégien Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN assure qu'en 2020, les alliés non-américains auront augmenté leurs dépenses pour la défense de 130 milliards de dollars depuis 2016