Changer d'édition

Bausch s'exprime enfin sur le blocage des TER français
Luxembourg 2 min. 03.07.2019

Bausch s'exprime enfin sur le blocage des TER français

Bausch s'exprime enfin sur le blocage des TER français

Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 03.07.2019

Bausch s'exprime enfin sur le blocage des TER français

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
Le ministre de la Mobilité s'est exprimé ce mercredi matin sur les reproches faits au Luxembourg suite à son refus de voir des trains frontaliers non équipés du système de sécurité européen circuler sur le territoire national en 2020.

Alors que le ministère de la Mobilité s'était abstenu jusqu'ici de commenter la polémique concernant les systèmes de sécurité sur les trains frontaliers, François Bausch s'est exprimé ce mercredi matin, à la sortie de la conférence sur la «smart mobility», avec nos confrères de Paperjam.

Comprenant la colère des voyageurs et du président de la région Grand Est, Jean Rottner - qui avait officiellement demandé une dérogation au Luxembourg pour permettre aux trains français de circuler sur le territoire national -, le ministre a toutefois rappelé que cela faisait «10 à 15 ans qu'on en parle».

«On est obligés de garder ce timing»

Pour rappel, à compter du 1er janvier 2020, les trains français non équipés du système de sécurité européen ERTMS, devront effectuer leur terminus à Thionville et seront interdits de circuler au Luxembourg sans ce dispositif. Une décision dont l'échéance a été avancée, suite à l'accident ferroviaire mortel de Dudelange en février 2017.


Les conducteurs de TER travaillent en moyenne 6h21 quotidiennement, dont 3h28 en conduite commerciale, indiquent les magistrats de la Cour des comptes.
«Le Luxembourg privilégie les marchandises aux frontaliers»
Les trains français non équipés du système de sécurité européen ne pourront pas franchir la frontière à compter du 1er janvier prochain. Une position officielle, confirmée par l'autorité de sécurité ferroviaire du Luxembourg mardi et qui passe très mal du côté de la région Grand Est.

«On est obligés de garder ce timing. J'entends beaucoup de bêtises sur le sujet. D’abord, pour les gens qui montent à Thionville, cela ne change rien, ils pourront monter dans un bus. C’est toute la différence: l’anticipation va nous permettre d’organiser les transferts beaucoup mieux que pendant les grèves d’il y a trois ans. Ensuite, la SNCF nous a déjà dit que 50% des TER seraient équipés, et ceux-là pourront donc aller jusqu’au terminus. 20% sont en cours d’équipement, et les 30% restants ne seront pas prêts avant avril 2020», explique le ministre Déi Gréng à nos confrères.

Pas de dérogation pour le fret

Quant à la question du fret, qui a obtenu une dérogation au profit des voyageurs, François Bausch voit rouge et répond très clairement: «Le fret n’a pas de dérogation. Nous leur avions dit en même temps qu’à la SNCF. Mais il y a une différence: nous avons organisé une déviation du parcours vers Pétange et Esch. Ce qui fait du sens pour le fret n’en fait pas pour les passagers».

En attendant, la région française n’a eu d’autre choix que de commander à la SNCF un plan de transport adapté pour la mi-décembre 2019 afin d'assurer aux 12.000 frontaliers du train d'arriver sur leur lieu de travail.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le Luxembourg privilégie les marchandises aux frontaliers»
Les trains français non équipés du système de sécurité européen ne pourront pas franchir la frontière à compter du 1er janvier prochain. Une position officielle, confirmée par l'autorité de sécurité ferroviaire du Luxembourg mardi et qui passe très mal du côté de la région Grand Est.
Les conducteurs de TER travaillent en moyenne 6h21 quotidiennement, dont 3h28 en conduite commerciale, indiquent les magistrats de la Cour des comptes.
Des TER empêchés de franchir la frontière en janvier
Face à l'incapacité de la SNCF d'équiper en temps et en heure son parc ferroviaire, les autorités luxembourgeoises refusent d'accorder une dérogation. Résultat: certains trains ne devraient plus pouvoir quitter la gare de Thionville début 2020.
31.3.Gare Luxemburg / TER Zug / Foto:Guy Jallay