Changer d'édition

Barreau de Luxembourg: "La vigilance est maintenue concernant le blanchiment"
Actuellement, le Barreau compte 2.597 avocats inscrits et a connu une hausse de 14% du nombre d'inscrits entre 2016 et 2018.

Barreau de Luxembourg: "La vigilance est maintenue concernant le blanchiment"

Gerry Huberty
Actuellement, le Barreau compte 2.597 avocats inscrits et a connu une hausse de 14% du nombre d'inscrits entre 2016 et 2018.
Luxembourg 4 min. 25.09.2018

Barreau de Luxembourg: "La vigilance est maintenue concernant le blanchiment"

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Le Barreau de Luxembourg fait sa rentrée et son bâtonnier, François Kremer, a fait part à cette occasion, des objectifs pour le conseil de l'Ordre et des défis pour la profession d'avocat.

"Une nouvelle équipe dans un nouveau lieu", c'est ainsi que le bâtonnier du Barreau du Luxembourg, François Kremer, a débuté la conférence de presse qui s'est tenue dans les nouveaux locaux de la Maison de l'Avocat, boulevard Joseph II à Luxembourg-Ville.

Rentrée judiciaire oblige, c'est dans la salle du conseil de l'Ordre, "sous le regard de l'Histoire", comme l'a précisé le bâtonnier, que le Barreau a présenté ce mardi ses objectifs pour l'année à venir.

Le conseil de l'Ordre a à sa tête l'ancien bâtonnier, François Prum, le bâtonnier, François Kremer et la vice-bâtonnière, Valérie Dupong.
Le conseil de l'Ordre a à sa tête l'ancien bâtonnier, François Prum, le bâtonnier, François Kremer et la vice-bâtonnière, Valérie Dupong.
Virginie Orlandi

Sur deux grands murs, les photographies des bâtonniers qui se sont succédé à la tête de l'institution et un rappel de maître Kremer: "Seulement cinq femmes ont été à la tête du Barreau du Luxembourg. C'est pourquoi dans cette nouvelle équipe, la présence de Valérie Dupong est si importante".

Maître Valérie Dupong a été élue vice-bâtonnière et elle est la soeur de l'ancienne bâtonnière, maître Lucy Dupong qui a dirigé le conseil de l'Ordre entre 2002 et 2003. Tout comme maître Marie Santini (1984 et 1985), maître Annette Lacroix (1983 et 1984) et maître Netty Probst. Cette dernière a été la première avocate au Luxembourg et, entre 1954 et 1956, elle a été également bâtonnière du Barreau de Luxembourg.

Aujourd'hui, les femmes dans la profession d'avocat sont mieux représentées puisqu'elles sont 47% à exercer, d'après les chiffres datant de 2016-2018 fournis par le Barreau de Luxembourg. La profession reste cependant plus masculine que féminine, avec 53% d'hommes avocats.

Actuellement, le Barreau compte 2.597 avocats inscrits et a connu une hausse de 14% du nombre d'inscrits ces deux dernières années. Ce qui est "une bonne chose" pour François Kremer qui a rappelé que son rôle consistait à régler les différends entre avocats et a déclaré que "généralement, ses arbitrages concernent la confidentialité des échanges entre avocats, les conflits d'intérêts ou les séparations d'études".

"De nombreux avocats de Paris"

Parmi les avocats qui exercent dans le pays, 19,5% sont issus de pays européens. "Ils doivent exercer trois ans au Grand-Duché avant de pouvoir quitter la "liste IV" et entrer dans la "liste I", celle des avocats à la Cour. De nombreux avocats parisiens viennent plaider au Luxembourg", note le bâtonnier, "Lors du dernier mandat, 619 nouveaux avocats ont été assermentés".

Parmi les défis évoqués, le bâtonnier a évoqué l'efficacité de la justice. Il a rappelé à ce sujet que "l'ordre des avocats devait travailler de concert avec la magistrature afin d'améliorer le système judiciaire et désengorger les tribunaux".

"Nous voyons d'un très bon oeil la présence des médiateurs qui permettent de trouver des solutions autres que le tribunal", a ajouté Valérie Dupong qui est d'ailleurs une des formatrices du master en médiation de l'université du Luxembourg.

Le Barreau est membre fondateur du Centre de Médiation Civile et Commerciale (CMCC), un service qui a vu le jour en 2003 et qui a permis depuis "de régler bien des conflits en douceur et avec un coût bien moins élevé qu'un procès", a noté François Kremer, "la médiation est une bonne chose mais elle a ses limites, c'est pour ceci que nous préconisons le développement de l'arbitrage et que nous poussons les juristes à se familiariser avec cette pratique".

Défense du secret professionnel

Pour le Barreau du Luxembourg, "le secret professionnel est malmené dans de nombreux pays, y compris en Europe. Le Luxembourg n'est pas épargné".

En 2020, le Groupe d'action financière (GAFI) évaluera le Luxembourg en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et contre le financement du terrorisme.
En 2020, le Groupe d'action financière (GAFI) évaluera le Luxembourg en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et contre le financement du terrorisme.
Pierre Matgé

Le bâtonnier a pris l'exemple de "PanamaLeaks" où l'administration des contributions directes de Luxembourg a soumis à plusieurs avocats une demande de renseignements sur les sociétés qui auraient pu être créées par ces avocats en relation avec le cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca.

"A défaut de produire ces documents, les avocats se sont vu menacés de se voir infliger une astreinte monétaire en vertu du paragraphe 202 de la loi générale des impôts. Il est clair qu'il s'agit là d'une violation du secret professionnel de l'avocat", a-t-il conclu.

Une injustice d'autant plus grande que le Barreau s'est déclaré très soucieux des règles de déontologie pour garder la "profession honorable et unie et surtout, nous sommes une profession libérale et indépendante autorégulée et nous devons le rester!", a-t-il scandé.

"En 2020, le Groupe d'action financière (GAFI) évaluera le Luxembourg en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et contre le financement du terrorisme. Pour éviter que le Luxembourg ne soit pointé du doigt, notre règlement intérieur a été complété en mai dernier, afin de préciser les règles professionnelles que les avocats doivent suivre en vue d'éviter le blanchiment et le Barreau s'est doté d'une organisation spéciale afin de satisfaire ses obligations d'autorégulation et de contrôle. La vigilance est maintenue concernant le blanchiment".

Entre 2016 et 2018, 41 contrôles anti-blanchiment ont été effectués par le Barreau de Luxembourg.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet