Changer d'édition

Baerbock se prononce contre la fermeture des frontières
Luxembourg 2 min. 17.07.2022
Diplomatie à Schengen

Baerbock se prononce contre la fermeture des frontières

Le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn (au centre) a accueilli son homologue allemand Annalena Baerbock pour sa première visite à Schengen.
Diplomatie à Schengen

Baerbock se prononce contre la fermeture des frontières

Le ministre des Affaires étrangères Jean Asselborn (au centre) a accueilli son homologue allemand Annalena Baerbock pour sa première visite à Schengen.
Photo: Claude Piscitelli
Luxembourg 2 min. 17.07.2022
Diplomatie à Schengen

Baerbock se prononce contre la fermeture des frontières

Michael MERTEN
Michael MERTEN
Lors de la pandémie, Berlin a misé sur les contrôles aux frontières. La ministre allemande des Affaires étrangères a tenu un autre langage samedi, à Schengen.

Lors de cette première visite à Schengen, la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a fait part de son attachement à l'Europe de la libre circulation. «La position allemande est très claire : il n'est pas possible de fermer indéfiniment ses frontières intérieures», a déclaré la cheffe Verte de la diplomatie samedi après-midi dans la ville luxembourgeoise frontalière de l'Allemagne et de la France. Elle y a été accueillie par son homologue luxembourgeois Jean Asselborn (LSAP).

«En fait, cette frontière n'existe plus vraiment», a déclaré Mme Baerbock - qui fait actuellement une tournée en Allemagne en autocar pour rencontrer les gens et discuter de la stratégie nationale de sécurité -, au monument européen sur les rives de la Moselle. Pourtant, il y a un peu plus de deux ans, au début de la pandémie de covid-19, des policiers allemands contrôlaient les navetteurs arrivant à Perl sur le pont. Les Luxembourgeois n'étaient parfois autorisés à franchir la frontière avec le pays voisin qu'à des conditions très strictes. 

Asselborn met en garde contre un assouplissement des règles de Schengen

 Asselborn, qui s'était alors engagé avec véhémence pour une suppression des contrôles aux frontières, a souligné : «Je pense que les jeunes générations en particulier doivent faire très attention, nous devons tous faire très attention à ce que nous maintenions Schengen. C'est extrêmement important». La Commission européenne tient à ce que les restrictions aux frontières ne soient tolérées que dans des cas exceptionnels, «limités dans le temps». Actuellement, des restrictions sont en vigueur dans six pays de l'espace Schengen, dont l'Allemagne et la France. Le doyen des ministres des Affaires étrangères européens a déclaré : «Partout dans le monde, nous sommes enviés de pouvoir voyager à travers 26 pays en un seul». 

Jean Asselborn et Annalena Baerbock se tendent la main à Schengen.
Jean Asselborn et Annalena Baerbock se tendent la main à Schengen.
Photo: Claude Piscitelli

Baerbock a déclaré qu'il fallait des frontières extérieures communes «où l'État de droit est primordial et où les choses telles que le refoulement ou d'autres questions qui rompent avec les valeurs fondamentales européennes sont clairement nommées». Le terme «pushback» désigne le refoulement des migrants, par exemple en repoussant les bateaux de réfugiés loin des navires des garde-côtes.

C'est sur le paquebot M.S. Marie-Astrid que l'«accord de Schengen» a été signé à Schengen le 14 juin 1985. Les contrôles aux frontières intérieures des cinq pays fondateurs (Allemagne, France, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas) ont ainsi été supprimés.

Cet article a été publié une première fois sur wort.lu/de



Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La mesure prise dans l'Hexagone «ne s'appliquera pas aux travailleurs français du Grand-Duché», explique lundi Jean Asselborn. Le ministre des Affaires étrangères assure en avoir reçu «la garantie» de la part du gouvernement d'Emmanuel Macron.
Contrôles sur A3 frontière franco-luxembourgeoise de la police hauteur Entrange, photo Maurice Fick
Le ministre des Affaires étrangères a fait le point, ce lundi, suite à sa participation au Conseil des Affaires étrangères de l'Union européenne. Il a lancé un appel à la raison quant à la gestion des frontières et annoncé que le rapatriement de citoyens luxembourgeois suit son cours.
Lokales, Polizei am Freitag bei der Grenze in Remich, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La France va une nouvelle fois prolonger de six mois les contrôles à ses frontières, rétablis au soir des attentats du 13 novembre 2015, jugeant que la menace terroriste restait «très prégnante» sur son territoire, selon un document consulté par l'AFP.
Dès 5 heures mardi matin, les hommes de la police aux frontières (PAF) ont filtré les véhicules à hauteur de l'aire d'Entrange sur l'A31, direction Luxembourg.
La France va mettre en place un contrôle aux frontières pendant un mois, à l'occasion de la conférence de l'ONU sur le climat qui se tient du 30 novembre au 11 décembre à Paris (COP21), a annoncé vendredi le ministre de l'Intérieur sur RMC et BFMTV.