Changer d'édition

Avec le virus, le tourisme change
Luxembourg 3 3 min. 17.08.2020 Cet article est archivé

Avec le virus, le tourisme change

Cette année, les circuits à travers la capitale remportent beaucoup de succès.

Avec le virus, le tourisme change

Cette année, les circuits à travers la capitale remportent beaucoup de succès.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 3 min. 17.08.2020 Cet article est archivé

Avec le virus, le tourisme change

En pleine saison estivale, les touristes manquent à l'appel. La pandémie sanitaire et les chiffres des nouvelles infections continuent d'inquiéter. Les quelques curieux présents adaptent quant à eux leurs visites.

(ASdN avec Rita Ruppert) - Malgré la météo clémente, les touristes n'envahissent pas les rues en ce mois d'août. En cause, le covid-19, une fois de plus. Avec la pandémie sanitaire, le début de la saison a d'ailleurs été plus tardif qu'à l'accoutumée. «Elle a commencé le week-end de la Pentecôte», explique ainsi Tanja Bollendorf de l'Office de tourisme de la Ville de Luxembourg (LCTO). 

Fin mai, «près de 300 visiteurs» ont ainsi été accueillis. Soit à peine «15% de ce que nous avions l'an dernier», déplore la directrice des ventes. Deux mois et demi plus tard, les touristes reviennent peu à peu. «Ce sont les vacances scolaires, les gens veulent à nouveau sortir et vivre quelque chose.»

Inquiétude palpable

Mais le Luxembourg continue de souffrir de son image sanitaire. Malgré toutes les explications données, les chiffres des nouvelles infections inquiètent de l'autre côté des frontières. Si les Allemands ont été «les premiers à revenir», ils ont vite rebroussé chemin. «Ils représentaient un quart des visiteurs, précise Tanja Bollendorf. Mais les chiffres se sont effondrés du jour au lendemain». Juste quand le pays a été classé comme zone à risque par son voisin germanique.


online.fr, Touristen, Souvenirladen, Kauf geht laut Geschäftsleuten stark zurück wegen Corona, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les touristes deviennent de lointains souvenirs
Le faible nombre de touristes dans la capitale pénalise de plein fouet les boutiques de bibelots et souvenirs. En ce mois d'août, les commerçants affichent leur désarroi et déplorent une saison estivale d'ores et déjà compromise.

Reste que tous les visiteurs allemands n'ont pas déserté la capitale luxembourgeoise. «Certains nous appellent et nous demandent ce qu'il en est vraiment», explique-t-elle avant de souligner que pour le LCTO, c'est aussi «l'occasion d'expliquer pourquoi le Luxembourg a un nombre aussi élevé d'infections». Une manière de «réajuster» l'image du pays donc. 

Et pour rassurer, le LCTO ne lésine pas sur les moyens. Dès le mois de mai, l'Office du tourisme a mis en place sur son site internet une foire aux questions. Puis, de «nombreuses mesures» ont été prises pour que «les visiteurs se sentent bien lorsqu'ils viennent chez nous», ajoute Tanja Bollendorf. Le bureau d'accueil a aussi été entièrement repensé. Du sens de circulation à la mise à disposition de gel désinfectant en passant par le nombre de personnes «sévèrement limité à l'intérieur».   

Pour les visites, même ligne de conduite. «Le guide et les participants portent tous un masque et la taille du groupe est limitée à dix personnes», poursuit-elle. Quant aux programmes, ils ont eux aussi dû être adaptés. 

Repositionnement à prévoir

«Beaucoup de familles et groupes d'amis préfèrent rester entre eux», affirme Tanja Bollendorf. Ces dernières semaines, le LCTO recommande donc les circuits à travers la capitale, «avec un guide privé par exemple», tels que le circuit Vauban, la City promenade for kids ou encore le City safari. Mais la visite la plus populaire reste celle du palais grand-ducal proposée jusqu'à huit fois par jour en plusieurs langues. Habituellement prisées des touristes, les casemates du Bock sont elles délaissées en raison de ses passages étroits. 

Pour le LCTO, la situation nécessite donc de revoir toute sa stratégie. «Le virus pourrait rester encore longtemps», estime d'ailleurs Tanja Bollendorf. «Nous devons réfléchir à la manière dont nous pouvons nous positionner à l'avenir». Avec comme nouvelle cible «les touristes de notre propre pays, les expatriés et les gens de la Grande Région». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le faible nombre de touristes dans la capitale pénalise de plein fouet les boutiques de bibelots et souvenirs. En ce mois d'août, les commerçants affichent leur désarroi et déplorent une saison estivale d'ores et déjà compromise.
online.fr, Touristen, Souvenirladen, Kauf geht laut Geschäftsleuten stark zurück wegen Corona, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Après avoir incité à découvrir le pays à vélo, soutenu la relance des structures d'accueil via la distribution de 70.000 bons de 50€, le ministère du Tourisme offre maintenant son soutien aux associations qui œuvrent pour la promotion touristique dans le pays.
Vianden Souvenirladen Touristen Tourismus
Vous n'avez pas reçu votre "voucher touristique" offert par le ministère du Tourisme? Pas de panique, il est encore possible de réclamer le pass donnant droit à une réduction sur une nuitée au Luxembourg.
Urlaub mit dem Wohnmobil
Avec un nombre d'infections à nouveau en hausse, l'industrie touristique souffre en raison du nombre important d'annulations. Que ce soit dans les hôtels, les campings ou les auberges de jeunesse. La faute à une mauvaise communication, selon l'Horesca.
Clervaux - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort