Changer d'édition

Avec de nouveaux dirigeants, le LSAP regarde vers l'avant
Luxembourg 9 2 min. 23.01.2019

Avec de nouveaux dirigeants, le LSAP regarde vers l'avant

Franz Fayot est le nouveau président du parti socialiste (LSAP) au Luxembourg.

Avec de nouveaux dirigeants, le LSAP regarde vers l'avant

Franz Fayot est le nouveau président du parti socialiste (LSAP) au Luxembourg.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 9 2 min. 23.01.2019

Avec de nouveaux dirigeants, le LSAP regarde vers l'avant

Régénérer le LSAP mais comment ? Les socialistes ont traité cette question en détail lors de leur congrès national. Franz Fayot a été élu nouveau chef du parti avec 88 % des voix. Il était le seul candidat.

L'intérêt était grand: 348 délégués socialistes s'étaient réunis mardi soir à Bascharage pour élire un nouveau chef de parti et ils ont pu choisir parmi de nombreux candidats voulant prendre des responsabilités au sein du parti à l'avenir. Comme tout candidat qui le souhaitait avait été encouragé à se présenter et comme le LSAP est un parti qui aime le débat, le résultat des élections est tombé tard.

S'il n'y avait qu'un seul candidat pour chacun des postes à la tête du parti, plus de 40 candidats avaient, en revanche, posé leur candidature pour les 10 postes à pourvoir au sein du comité de direction. Le futur secrétaire général du parti, Tom Jungen, était à l'étranger et avait enregistré au préalable un message vidéo.

Claude Haagen, président sortant, a d'abord lancé un appel, dans son discours d'ouverture, à regarder ensemble vers l'avenir. Il s'est tourné vers les délégués pour leur lancer: «Aidons tous notre parti à se remettre sur pied et soutenons notre nouveau président. Le pays a besoin de notre parti et d'un parti déterminé». Claude Haagen a alors récolté des ovations debout pour son discours mais aussi pour ses quatre années d'engagement.

Rétrospective


Franz Fayot est titulaire d’un séminaire dans le Master de droit bancaire à l'université du Luxembourg
Franz Fayot: «J'ai baigné dans la culture française dès mon enfance»
Le député Franz Fayot a attendu que son papa renonce à la politique pour se présenter aux élections. Avocat et père de trois enfants, il nous a reçus à son étude à Luxembourg, au cœur du quartier de la Gare où il a grandi.

«Nous ne sommes pas parvenus à inspirer et à motiver suffisamment la base, alors même que nos idées n'ont jamais été aussi actuelles qu'aujourd'hui », a-t-il dit. Le problème réside plutôt dans le fait que les socialistes sont toujours plus critiques envers eux-mêmes qu'envers les autres. «Nous devons cesser de nous rendre constamment fous et être fiers de ce que nous avons accompli», a-t-il lancé avant d'énumérer toutes les réalisations sociales dont le mérite revient aux socialistes, telles que les salaires élevés, l'indice ou le système de santé.

Devenir plus participatif

Pendant le discours de Cruchten, une motion signée par une vingtaine de jeunes et d'anciens socialistes a été distribuée: un appel pour le renouvellement du parti qui doit aller  au-delà d'un simple remaniement esthétique. Les causes de la débâcle électorale devraient être analysées sans tabous et il faudrait réfléchir aux moyens de devenir plus participatifs.

C'était aussi le credo du futur président du parti, Franz Fayot, qui a été élu au congrès avec 88 % des voix. «Nous ne pouvons pas continuer comme jusqu'ici, nous ne pouvons pas lever nos pieds parce que nous sommes au gouvernement. Renouveler le parti, signifie qu'il faut le faire collectivement».

Les nombreux candidats se sont montrés intéressés par la culture de la discussion, qui doit maintenant être ravivée. En ce sens, Fayot a annoncé son intention de susciter un large débat «avec les sections, la société civile et les amis de l'organisation».



Sur le même sujet

Der LSAP-Landeskongress im Liveticker
Am Dienstagabend geht es beim LSAP-Landeskongress in Niederkerschen um die Neubesetzung der Spitzenposten. Wie bei vielen anderen Parteien stehen auch bei den Sozialisten die Zeichen auf Erneuerung. Der Kongress im Liveticker.
12.7. IPO / Kongress LSAP / Abstimmung  Wahlprogramm / Foto:Guy Jallay
Présidence du LSAP: Franz Fayot, seul candidat
La date limite pour les candidatures à la tête du parti LSAP était fixée ce mardi 15 janvier. Beaucoup de propositions ont été reçues: c'est finalement Franz Fayot qui sera le candidat à la présidence du parti socialiste.
Le CSV change de chefs
C'est acté. Le CSV, de loin le premier parti au parlement (21 sièges sur 60) se retrouve pour la seconde fois chef de file de l'opposition. Ses deux leaders, Claude Wiseler, président de la fraction, et Marc Spautz, président du parti, libèrent leur siège. Une femme venue du Nord en a déjà pris un.
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.
La jeunesse à l’assaut de la Chambre
Dans l’ombre des cadors de la politique depuis quelques années, les jeunes candidats montrent leur visage pour ces élections législatives. Avec plus ou moins d’expérience, le courage et les idées pour maîtres mots, ils amorcent le renouveau de la politique luxembourgeoise, bien décidés à rayonner sur cette planète.
La première campagne de Claude Schommer (à g.) pour le DP et Claire Remmy pour les Verts.
Le LSAP en crise: Se relever, redresser sa couronne et continuer
Après la débâcle électorale du 8 octobre, le temps est venu pour le LSAP de tirer les leçons de sa défaite et de motiver les troupes pour les élections législatives. Le meeting national organisé lundi au Kinneksbond à Mamer devait semer bonne humeur et optimisme.
Francine Closener en discussion avec quatre socialistes vainqueurs aux élections communales: Manon Bei-Roller, Bob Steichen, Marguy Kirsch-Hirtt et Jean-François Wirtz (de g. à d.).