Changer d'édition

Autofestival 2018: Faut-il encore acheter des voitures diesel?
Nach dem Dieselskandal gibt es jetzt strengere Regeln und schärfere Kontrollen.

Autofestival 2018: Faut-il encore acheter des voitures diesel?

Foto: AFP
Nach dem Dieselskandal gibt es jetzt strengere Regeln und schärfere Kontrollen.
Luxembourg 6 min. 23.01.2018

Autofestival 2018: Faut-il encore acheter des voitures diesel?

Sophie WIESSLER
Sophie WIESSLER
L'Autofestival démarre ce samedi 27 janvier au Luxembourg. Mais une question hante cette année les automobilistes: faut-il encore acheter des moteurs diesel? Nous avons posé la question au président de l'ADAL - l'Association des Distributeurs Automobiles Luxembourgeois -, Benji Kontz, et au ministre des Infrastructures, François Bausch. Et ils ne sont pas du même avis...

Le scandale Volkswagen de 2015 a fortement refroidi les conducteurs. Le discours des politiques de ces derniers mois, la mise en place de vignettes automobiles, l'interdiction de véhicules diesel au sein de certaines capitales comme Paris ou Londres d'ici quelques années, ne sont pas des signes encourageants pour les futurs acquéreurs de véhicules diesel.

En Europe, 52% des voitures utilisées sont des voitures essence. Seuls six pays ont une majorité de voitures diesel. La France (70%) et le Luxembourg (65%) sont en tête du tableau et Chypre clôture ce classement avec seulement 12,5% de voitures utilisant ce carburant.

Le scandale Volkswagen a clairement contribué au déclin du diesel mais son essor était déjà moins net en Europe avant 2015, comme le soulignent les statistiques d'Eurostat représentées dans le schéma ci-dessous.

Sur les 52.775 voitures neuves vendues l'an passé au Luxembourg, 53,9% étaient des voitures diesel. Ce sont tout de même 10,8% de voitures diesel de moins qu'un an auparavant. Et 16,8% de moins qu'en 2015. 

Une baisse qu'explique Benji Kontz, président de l'ADAL, - l'Association des Distributeurs Automobiles Luxembourgeois: «Le nombre d'automobiles diesel était déjà anormalement élevé ces dernières années par rapport aux autres pays européens. Nos politiques favorisaient fortement le diesel, de par la politique fiscale, ce qui a poussé le consommateur à acheter davantage de diesel. Rien d'étonnant donc dans cette baisse en 2017: nous revenons à un niveau "normal"».

A contrario, les ventes de voitures essence ont progressé de façon très régulière de sorte que 42,4% des voitures vendues l'an passé au Luxembourg tournent à l'essence. C'est exactement 20% de plus qu'en 2011. Et 9% de plus en un an. 

«Le diesel sera encore là dans 30-40 ans»

Mais pour Benji Kontz, pas d'inquiétudes à avoir. Le diesel est une motorisation comme une autre, qui pollue toujours moins que l'essence et peut être économiquement avantageuse si l'on fait beaucoup de kilomètres. 

«Pour choisir sa motorisation, c'est simple, il faut voir quelle utilisation vous faites du véhicule. Les personnes qui conduisent beaucoup vont préférer le diesel. Si vous avez une utilisation plus urbaine, ce sera une petite citadine essence ou électrique», explique-t-il.

A l'heure actuelle, sept motorisations sont proposées aux automobilistes: l'essence, le diesel, l'électrique, le plug-in hybride, l'hybride, le gaz naturel et l'hydrogène. Un large panel qui s'offre aux automobilistes mais aucune réelle alternative au diesel selon le président de l'ADAL. 

«Je pense que le diesel sera encore présent dans 30-40 ans. Il n'y a aucune bonne alternative pour le moment. On parle beaucoup de l'électrique, et c'est vrai qu'en 2017, les ventes de véhicules de ce type ont quasi doublé. Mais il faut être réaliste: on ne peut pas demain passer à tout l'électrique. Parce que les infrastructures ne suivent pas et sont inexistantes pour le moment», argumente-t-il.

Le président de l'ADAL va même plus loin. Pour lui, il est clair que le gouvernement doit investir pour inciter les automobilistes à se tourner vers l'électrique. 

«Il faut être honnête: acheter du diesel en 2018, ce n'est pas comme il y a une dizaine d'années. Les constructeurs automobiles ont fait beaucoup d'efforts pour diminuer la part de Co2 dans les moteurs. Dans tous les cas, acheter une voiture aujourd'hui contribue à une baisse de la pollution. Toutes les voitures sont plus propres qu'il y a quelques années».

Les moteurs diesel ont été jugés responsables de pollution aux oxydes d'azote (NOx) et aux particules fines, et ont été classés cancérigènes par l'OMS en 2012. Une nouvelle raison de douter pour l'acheteur. 

«On a beaucoup diabolisé le diesel. La pollution aujourd'hui, dans les moteurs récents, est minime. Même les NOx ont diminué», souligne encore le président de l'ADAL.

Les NOx. Le point noir du Luxembourg et des pays européens en général. La Commission européenne a tiré la sonnette d'alarme: la part d'oxyde d'azote dans l'air doit diminuer, ou du moins, respecter les normes, sinon des sanctions seront prises.

François Bausch: «Attention, de nombreux changements sont à venir dans les prochaines années»

C'est ce que révèle François Bausch, ministre des Infrastructures: «la Commission européenne nous a mis en garde - avec d'autres pays de l'Union - pour respecter les normes. Un plan d'action va être mis en place pour les 2-3 ans à venir, pour prouver que l'on reste en dessous des valeurs. Nous ne voulons surtout pas interdire des choses. Je ne veux pas mettre en place de vignettes par exemple, donc il faut tout faire pour éviter cela».

Le ministre est persuadé que le diesel n'a pas d'avenir. Pour lui c'est sûr, il va disparaître au cours des prochaines années. 

«On voit que les ventes de voitures diesel ont déjà reculé l'an passé et je pense que ce phénomène va s'accentuer en 2018: le marché des hybrides commence à bien fonctionner, grâce aussi notamment à la réforme fiscale qui permet de déduire certaines sommes des impôts et surtout le marché automobile se tourne de plus en plus vers ces nouvelles formes de moteur. Il sera complètement changé d'ici 2019-2020 !», argumente-t-il.

Son conseil pour les acheteurs de l'Autofestival? Bien réfléchir. 

«Il faut avoir conscience que de nombreux changements sont à venir dans les prochaines années, notamment aussi sur la valeur de la voiture. On ne vendra plus aussi bien une voiture diesel dans quelques années», précise-t-il.

Doit-on également craindre que la Ville de Luxembourg ne s'aligne sur Paris ou Londres en empêchant, à terme, les voitures diesel de circuler au centre-ville? 

Pour François Bausch, c'est non. «Nous ne sommes pas pour l'interdiction des moteurs diesel, mais il est vrai qu'il existe de nombreux points noirs, notamment dans la capitale. C'est aussi pour cela que le tram a son utilité. Avec son introduction, ce sont près de 2.200 bus diesel qui ne circulent plus en ville. Cette année, nous allons même inaugurer une ligne de bus 100% électriques dans la vallée de l'Alzette! On veut inciter le plus possible les gens à prendre les transports en commun et à délaisser leurs voitures», détaille-t-il.

En bref

Le diesel c'est bien:

  • Parce que cela pollue toujours un peu moins que les moteurs essence
  • Pour économiser si vous faites beaucoup de kilomètres
  • Parce qu'actuellement, aucune autre motorisation ne peut le remplacer

Vaut mieux privilégier l'essence:

  • Si vous avez une conduite urbaine, avec peu de kilomètres
  • Parce que la différence de prix entre le diesel et l'essence se réduit d'années en années
  • Parce que le diesel est davantage dans le collimateur des politiques et des grandes villes

Plus d'informations sur ce site.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Autofestival démarre: à quoi vont-ils carburer?
Porté par trois années successives de ventes record, le secteur automobile luxembourgeois, part confiant. Le 55e Autofestival démarre ce samedi 26 janvier et durera jusqu'au lundi 4 février. Dix jours qui comptent énormément pour les vendeurs. Les acheteurs confirmeront-ils ou non la tendance «essence»?