Changer d'édition

Aucune subvention du Luxembourg pour le télétravail des frontaliers
Luxembourg 29.09.2017 Cet article est archivé
Emploi

Aucune subvention du Luxembourg pour le télétravail des frontaliers

Nicolas Schmit poursuit en soulignant que le Luxembourg «est tout à fait disposé à examiner, ensemble avec la partie française, la faisabilité d'un tel projet».
Emploi

Aucune subvention du Luxembourg pour le télétravail des frontaliers

Nicolas Schmit poursuit en soulignant que le Luxembourg «est tout à fait disposé à examiner, ensemble avec la partie française, la faisabilité d'un tel projet».
Shutterstock
Luxembourg 29.09.2017 Cet article est archivé
Emploi

Aucune subvention du Luxembourg pour le télétravail des frontaliers

Oui Nicolas Schmit, ministre du Travail, admet que le télétravail pour les frontaliers pourrait avoir des effets bénéfiques au Luxembourg, notamment sur la mobilité. Mais non, l'Etat luxembourgeois n'accordera aucune subvention aux entreprises qui veulent créer des espaces de travail partagé.

(SW) - Oui, un groupe d'experts a été composé du côté du Luxembourg pour travailler sur la question du télétravail des frontaliers, à la demande de certains élus lorrains.

Oui, Nicolas Schmit, ministre du Travail, reconnaît que le télétravail pourrait avoir une incidence sur la mobilité dans le pays. 

Mais non, le Luxembourg ne compte pas accorder de «subventions étatiques aux entreprises qui veulent créer de tels espaces de travail.»

C'est en clair les trois points abordés par le ministre du Travail dans une réponse à une question parlementaire adressée par Gusty Graas ce jeudi.

Le ministre explique plus en détails qu'effectivement «une proposition française de mise en place du télétravail a été abordée» et que «les deux parties ont convenu de réunir un groupe d'experts pour identifier dans un premier temps la nature de la demande et pour réaliser un inventaire des questions à résoudre en amont».

Non à «l'insécurité juridique pour les entreprises luxembourgeoises»

Nicolas Schmit poursuit en soulignant que le Luxembourg «est tout à fait disposé à examiner, ensemble avec la partie française, la faisabilité d'un tel projet», tout en rappelant que le télétravail ne «doit pas se traduire par une insécurité juridique pour les entreprises luxembourgeoises et leurs salariés tant sur le plan de la protection sociale que sur celui de la fiscalité applicable.»

Et en concluant que «du côté luxembourgeois, il n'est pas envisagé d'accorder des subventions étatiques aux entreprises qui vont créer des espaces de travail partagé sur le territoire français».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Président de la Chambre de commerce et d'industrie française du Luxembourg, Fabrice Poncé estime que le Luxembourg reste «une terre d'opportunités» pour les salariés comme les investisseurs de l'Hexagone.
L'épisode covid-19 aura marqué une nouvelle étape dans les relations entre l'Hexagone et le Grand-Duché. A l'occasion du 14 Juillet, l'ambassadeur de France revient sur cette nécessité de poursuivre une collaboration fructueuse pour les deux pays.
ITW Ambassadeur de France Bruno Perdu à l’occasion du 14 Juillet
Il y a trois semaines, nous vous avions sollicités via Facebook pour connaître vos interrogations sur le thème du télétravail. Vous avez été nombreux à vouloir savoir pourquoi les employeurs luxembourgeois rechignent à mettre en place des mesures de flexibilité du temps de travail. Voici nos réponses.
Interview de l'ambassadeur du Luxembourg en France
Paul Dühr représente le Grand-Duché depuis plus de deux ans en France et notamment à l'OCDE où la matière fiscale est souvent évoquée. Rencontré à Paris quelques jours après l'affaire SwissLeaks, il revient notamment sur la coopération des administrations fiscales française et luxembourgeoise.
Paul Dühr représente le Luxembourg en France, mais aussi à l'OCDE.