Changer d'édition

«Aucune perte du pouvoir d'achat pour les Luxembourgeois»
Luxembourg 3 min. 31.03.2022
830 millions débloqués

«Aucune perte du pouvoir d'achat pour les Luxembourgeois»

Les négociations ont échoué après que l'OGBL s'est opposé à l'accord prévoyant une seule indexation pour cette année.
830 millions débloqués

«Aucune perte du pouvoir d'achat pour les Luxembourgeois»

Les négociations ont échoué après que l'OGBL s'est opposé à l'accord prévoyant une seule indexation pour cette année.
Photo: Marc Wilwert
Luxembourg 3 min. 31.03.2022
830 millions débloqués

«Aucune perte du pouvoir d'achat pour les Luxembourgeois»

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Cette somme doit permettre au Luxembourg de rester une terre d'investissements, selon les dires du Premier ministre Xavier Bettel (DP).

S'il y a bien une personne qui aura passé une mauvaise nuit, c'est bel et bien le Premier ministre Xavier Bettel (DP). Ce dernier fondait beaucoup d'espoir sur un accord de la tripartite en vue d'un paquet de mesures proposées en vue de lutter contre la hausse des prix.


Politik, Pressekonferenz OGBL Nationalcomité, Nora Back, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«On ne peut pas s’arrêter à des mesures d’allocation vie chère»
Le gouvernement, les partenaires sociaux et le patronat se sont réunis ces mardi et mercredi et se sont accordés sur des points clés concernant l’indexation. Les prix de l'énergie et l'inflation restent toutefois au cœur des prochaines discussions.

Malheureusement, l'accord de la tripartite est tombé à l'eau. L'information est tombée durant la nuit, les négociations s'étant prolongées jusqu'à minuit. Les négociations ont échoué après que l'OGBL s'est opposé à l'accord prévoyant une seule indexation pour cette année. Les mesures de compensation proposées pour contrebalancer le report de la seconde tranche indiciaire qui devait tomber durant l'été ne sont pas passées auprès du syndicat, qui a marqué son désaccord pour reporter cette deuxième indexation à l'année prochaine. «L'OGBL n'appose pas sa signature sur un démantèlement social», a notamment déclaré Nora Back, présidente de l'OGBL.

C'est donc la mine quelque peu déconfite que Xavier Bettel a pris la parole ce jeudi en fin de journée. Malgré le refus du syndicat, ce dernier a assuré que les mesures discutées lors des négociations seraient mises en application. «J'aurais préféré que les 5 partenaires soient réunis ici mais ce n'est malheureusement pas le cas», a-t-il entamé. 

«L'évolution des prix fait peur»

«On sait bien que cette situation est particulière. Nous n'avons pas toujours eu à vous annoncer les mesures les plus faciles mais ces deux dernières années, on a vu que la solidarité était une valeur très forte au Luxembourg», a-t-il poursuivi, tout en reconnaissant ne pas pouvoir appréhender le futur avec certitude. «On ne sait pas de quoi l'avenir sera fait. L'évolution des prix fait peur aux gens, au patronat comme aux employés.»


(de dos, de g. à dr.) Paulette Lenert, Vice-Premier ministre, ministre de la Protection des consommateurs, ministre de la Santé, ministre déléguée à la Sécurité sociale ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d’État ; François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Défense, ministre de la Mobilité et des Travaux publics ; Lex Delles, ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme
La tripartite n'accouche d'aucun accord
Les discussions ont été longues ce mercredi soir entre le gouvernement et les partenaires sociaux. Mais elles n'ont débouché sur aucun accord, malgré un plan de 830 millions d'euros déposé sur la table.

C'est ainsi que Xavier Bettel a annoncé que le gouvernement s'est engagé pour débloquer une enveloppe de l'ordre de 830 millions d'euros. «Cette somme doit permettre au Luxembourg de rester une terre d'investissements. Nous garantissons que grâce à cette somme, il n'y aura pas de perte de pouvoir d'achat et tout le monde sera gagnant».

Cet accord pour faire face à la hausse des prix a donc été signé avec le LCGB et le patronat. Celui-ci marque également le report d'un an d'une tranche d'indexation. Ce nouvel index devait initialement avoir lieu en août prochain. «Ces tranches sont très lourdes à supporter pour les entreprises. Il ne s'agit toutefois que d'un report. Des compensations sont d'ailleurs prévues. Ainsi, les personnes touchant le salaire minimum recevront 44 euros. Une aide de l'ordre de 84 euros est également prévue concernant les prix de l'énergie», a expliqué Patrick Dury, président du LCGB. «Je regrette le refus de l'OGBL car selon moi, nous avons obtenu les meilleurs résultats possible», a-t-il ajouté.

«Ne pas dilapider l'argent»

Pour Michel Reckinger, président de l'Union des entreprises luxembourgeoises, il était très important que cet accord soit signé. «Il ne faut pas dilapider de l'argent. La guerre est aux portes des frontières européennes. Cette guerre touche de plein fouet notre économie luxembourgeoise.»


Happy Asian woman shopping at a food market and buying fresh organic fruits
Le nouvel index déclenché au 1er avril
C'est une bonne nouvelle pour tous les salariés, les fonctionnaires et les retraités: le Statec a confirmé ce mercredi matin que l'indexation des salaires sera effective dès ce vendredi.

Concrètement, le paquet des mesures contient d’un côté des aides aux entreprises, dont certaines spécifiques à la transition énergétique et de l’autre côté des mesures en faveur du pouvoir d’achat des personnes physiques. Rappelons qu'au cas où la situation économique et sociale venait à empirer au cours de l’année 2023, une tranche indiciaire supplémentaire serait déclenchée la même année. Le gouvernement s’engage à convoquer une nouvelle réunion du comité de coordination tripartite. 

Une seconde conférence de presse tenue par la ministre des Finances Yuriko Backes (DP) et le ministre de l'Economie Franz Fayot (LSAP) a eu lieu dans la foulée de ce premier briefing. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'OGBL s'est opposé aux propositions
Les discussions ont été longues ce mercredi soir entre le gouvernement et les partenaires sociaux. Mais elles n'ont débouché sur aucun accord, malgré un plan de 830 millions d'euros déposé sur la table.
(de dos, de g. à dr.) Paulette Lenert, Vice-Premier ministre, ministre de la Protection des consommateurs, ministre de la Santé, ministre déléguée à la Sécurité sociale ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d’État ; François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Défense, ministre de la Mobilité et des Travaux publics ; Lex Delles, ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme
Un éventuel arrêt des achats de pétrole et de gaz russes suscite l'incertitude. Les propriétaires de stations-service sont ceux qui profitent le moins de la hausse des prix.
ARCHIV - 11.10.2021, Berlin: Ein Autofahrer tankt ein Auto mit Benzin Super E5 an einer Tankstelle des Mineralölkonzerns Total in der Chausseestrasse. Der zuletzt deutliche Rückgang der Spritpreise ist am Wochenende zum Erliegen gekommen. (zu dpa «Spritpreis sinkt nicht mehr») Foto: Carsten Koall/dpa +++ dpa-Bildfunk +++