Changer d'édition

«Aucune infection n'est passée par une école»
Luxembourg 3 min. 23.07.2020

«Aucune infection n'est passée par une école»

Impossible d'obtenir les chiffres exacts du nombre d'écoliers ou de lycéens testés positifs au covid durant la fin d'année scolaire.

«Aucune infection n'est passée par une école»

Impossible d'obtenir les chiffres exacts du nombre d'écoliers ou de lycéens testés positifs au covid durant la fin d'année scolaire.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 23.07.2020

«Aucune infection n'est passée par une école»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
S'il est reconnu que 12 clusters covid-19 ont bien été repérés dans les écoles et lycées du pays, les ministères de la Santé et de l'Education persistent à vouloir convaincre que ce n'est pas en classe que le virus s'est transmis. Convaincu?

Un tiers des 33 clusters, localisés dans la semaine du 13 au 19 juillet dernier, l'ont été dans des écoles ou lycées. Paulette Lenert (LSAP) l'a affirmé mercredi, et... ne le renie pas jeudi. Sauf que la ministre de la Santé, rejointe par son collègue Claude Meisch (DP, Education) sentent bien que l'information crée le trouble dans les familles luxembourgeoises. D'où la précision commune apportée par les deux collègues de gouvernement : «La notion de cluster n’est pas synonyme de source d’infection».    

Et de jouer les pédagogues, en rappelant d'abord la définition de ''cluster''. «On parle de cluster dès que 3 personnes infectées, ou plus, surviennent au sein d’une même communauté ou suite à un même rassemblement dans une période de 7 jours. Et cela même si l’infection s’est produite en dehors de ce lieu.» Entendez donc qu'il se peut donc parfaitement que les enfants (ou leurs enseignants) dépistés positifs n'aient pas forcément attrapé et transmis le coronavirus dans la cour, dans le couloir ou dans la salle de classe de l'école.


Wirtschaft, Rede Paulette Lenert, Covid 19, Corona,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
33 clusters identifiés au Luxembourg
Un tiers des foyers d'infection au covid-19 ont été repérés dans des écoles et lycées du pays, la semaine passée. «Pour l'instant, il est encore possible de gérer la situation», estime la ministre de la Santé alors que 684 nouveaux cas positifs ont été détectés en sept jours.

Pour clarifier la chose, les deux ministres passent même du théorique au cas pratique. Parents, sortez les crayons et notez l'exemple: «Si trois frères et sœurs qui se sont infectés lors d’une fête de famille fréquentent une même école, cette école est identifiée comme cluster, même si les enfants ne se sont pas contaminés entre eux et si aucun autre élève ou membre du personnel n’a été contaminé dans cette école». CQFD. Clair, limpide, mais certainement bien insuffisant pour lever les craintes et les doutes.

Car même le très appuyé «nous n’avons aucune preuve de transmission du covid-19 dans le contexte scolaire au Luxembourg» ne saurait convaincre les sceptiques. Pourquoi? Parce que la contamination des plus jeunes connait une subite remontée? Que la reprise des cours du fondamental avait été acceptée (avec de fortes craintes) et qu'ensuite le regroupement des classes séparées a sans doute relancé la peur d'une possible chaîne de contamination entre enfants, voire enseignants.

Tout comme la méthode Coué employée par le ministre Meisch (style «Parents, enfants, ayez confiance») n'a peut-être pas autant pénétré les esprits que le ministre l'espérait. Et que révéler quelques jours avant la fin des cours que 27 classes ont été placées en quarantaine, ou alors une semaine après le début des vacances que 12 foyers d'infection concernent le milieu scolaire n'est certainement pas la plus adaptée des communications de crise...

Toujours le doute

Aussi la parole ministérielle, aussi sage et justifiée soit-elle, s'avère difficile à entendre aujourd'hui. Y compris ce constat avancé par les ministres de l'Education et de la Santé : «Aucune infection n’est passée par une école. A ce jour, nous n’avons aucune preuve de transmission du covid-19 dans le contexte scolaire au Luxembourg», ni du contraire... Car il est précisé «à quelques rares cas près où un doute subsiste».

Une «analyse approfondie» de l’impact de l'épidémie dans les écoles fera l’objet d’un rapport, annoncent Paulette Lenert et Claude Meisch. En attendant, qu'elle et lui jouent donc la carte de la transparence en communiquant, par exemple, sur le nombre d'élèves effectivement dépistés positifs depuis avril, le taux d'asymptomatiques dans cette classe d'âge, le sort sanitaire des enseignants ou du personnel scolaire, etc. Ce n'est qu'avec ce type de gage de confiance que la ministre la plus populaire du moment et son homologue retrouveront l'oreille des parents d'élèves.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Seuls trois lycées n'imposent pas le masque
Laissé au libre choix de chaque établissement, le port d'une protection buccale a conquis la très grande majorité du secondaire. L'information a été donnée, mercredi, par le ministre de l'Education.
STAMFORD, CONNECTICUT - NOVEMBER 19: Third grade teacher Cara Denison speaks to students while live streaming her class via Google Meet at Rogers International School on November 19, 2020 in Stamford, Connecticut. Due to the coronavirus pandemic, most children in Stamford Public Schools attend alternate days of distance learning and in-class participation as part of the school district's hybrid education model. A smaller percentage of students distance learn full-time at home due to families' Covid-19 concerns.   John Moore/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Unanimes pour une seconde vague de dépistage massif
La loi actant la prolongation des tests à grande échelle a été adoptée à l'unanimité mardi à la Chambre. Un plébiscite qui prouve le soutien que les députés portent à cette stratégie gouvernementale. La deuxième phase commencera début août, s'étendra sur plus de sept mois et coûtera 60,7 millions d'euros.
Israeli medical personnel take samples at a drive through COVID-19 testing facility in Ramat Hasharon in the suburbs of Tel Aviv, on June 1, 2020 during  measures imposed by the Israeli authorities to curb the spread of the novel coronavirus. (Photo by JACK GUEZ / AFP)
Dans la crainte des 8.000 cas positifs
Selon le Research Luxembourg, la deuxième vague pourrait surcharger les unités de soins intensifs du Grand-Duché pour fin août. En l'état actuel, les scientifiques partent sur un scénario noir avec un nombre de dépistés ayant quasi doublé d'ici une semaine...
TOPSHOT - A health worker is seen at the COVID-19 area of the 32nd Zone General Hospital of the Mexican Social Security Institute (IMSS) in Mexico City, on July 20, 2020, amid the new coronavirus pandemic. (Photo by PEDRO PARDO / AFP)
La fièvre gagne les enseignants
Il est temps que l'année scolaire s'achève, soufflent nombre d'instituteurs du fondamental. Après le confinement, les cours à distance, la reprise par demi-groupes, le retour à des classes entières et maintenant des écoliers placés en quarantaine: les syndicats enseignants notent durement l'action du ministre de l'Education.
Lok ,Osten , Grevenmacher , Schulrentree nach Coronakrise im Fondamental/ Grundschule , Sars-CoV-2 , Covid-19 , Corona , Schule , Kinder , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Qui veut vraiment de la rentrée des classes?
Lundi 4 mai. Plus la date approche, plus la reprise des cours semble se compliquer pour le ministre de l'Education nationale. Claude Meisch doit résoudre une équation d'autant plus délicate que s'y mêlent peur de la contamination, problèmes matériels et organisation inédite.
Sad little girl protecting herself from the flue virus by medical face mask