Changer d'édition

Aucun cas officiel en 2015: Silence sur les chiffres: "On sait que c'est controversé"
Luxembourg 4 min. 30.10.2015

Aucun cas officiel en 2015: Silence sur les chiffres: "On sait que c'est controversé"

La direction de la Santé sait que les médecins ne déclarent pas les cas de borréliose de Lyme alors que la loi les y oblige

Aucun cas officiel en 2015: Silence sur les chiffres: "On sait que c'est controversé"

La direction de la Santé sait que les médecins ne déclarent pas les cas de borréliose de Lyme alors que la loi les y oblige
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 30.10.2015

Aucun cas officiel en 2015: Silence sur les chiffres: "On sait que c'est controversé"

La loi oblige les médecins à déclarer les cas de maladies de Lyme détectés, mais dans les faits, la plupart ne le font pas. La direction de la Santé ne dispose donc d'aucun chiffre réaliste sur cette maladie, et ça s'arrête là. Un biologiste nous a communiqué les résultats des dépistages effectués dans son laboratoire.

Par Christelle Raineri

La loi oblige les médecins à déclarer les cas de maladies de Lyme détectés, mais dans les faits, la plupart ne le font pas. La direction de la Santé ne dispose donc d'aucun chiffre réaliste sur cette maladie, et ça s'arrête là. Un biologiste nous a communiqué les résultats des dépistages effectués dans son laboratoire.

"La borréliose de Lyme chronique est une maladie très compliquée à diagnostiquer, tant les symptômes peuvent être multiples et les tests disponibles ont des limites", explique un biologiste du Luxembourg qui souhaite garder l'anonymat.

Il reconnaît que cette maladie suscite le débat dans le milieu des biologistes comme dans le milieu des médecins: "D'abord, le système épidémiologique ne fonctionne pas très bien au Luxembourg: l'organisation n'est pas suffisante. Les chiffres officiels ne correspondent pas au nombreux tests positifs, ou sur lesquels on peut avoir des doutes, que j'observe dans mon laboratoire. Des biologies qui paraissent positives, j'en ai régulièrement! Et puis, on sait que c'est controversé. Une partie des médecins nie l'existence même de la maladie de Lyme chronique, car selon eux, les preuves scientifiques, études, etc. ne sont pas assez importantes à l'heure actuelle."

Les médecins ne respectent pas la loi

Logiquement, la direction de la Santé devrait disposer de chiffres précis quant au nombre de cas de Lyme détectés dans le pays chaque année, puisque le règlement grand-ducal du 10 septembre 2004 sur les maladies infectieuses ou transmissibles, oblige les médecins à les déclarer, comme ils le font pour le virus du VIH par exemple.

Mais dans les faits, les médecins ne déclarent pas les maladies de Lyme: 0 pour 2015, 4 en 2014, des statistiques non fiables, de l'aveu même de la direction de la Santé.

"Ces chiffres ne semblent pas correspondre exactement à la réalité. Il convient de considérer que les médecins ne signalent pas encore automatiquement les cas de maladie de Lyme à la direction de la Santé. Par conséquent, nous ne disposons pas de chiffres actuels qui nous sembleraient assez réalistes pour les diffuser", nous indique-t-on.

Si les médecins sont si frileux à l'idée de déclarer les cas de borréliose de Lyme, c'est qu'ils savent à quel point le sujet est brûlant.

Contacté, un représentant des médecins au sein de l'AMMD (association des médecins et médecins-dentistes) évoque un «problème de santé publique» et affirme que la direction de la Santé est muselée dans ce dossier.

Infographie: Shutterstock / CR

Un patient sur dix testés est positif

Le biologiste à qui nous avons pu parler a accepté de nous communiquer le nombre de tests effectués dans le laboratoire où il travaille.

"En 2015, nous avons traité 6.000 demandes de test pour la maladie de Lyme prescrits par des médecins. Nous utilisons le test ELISA en première intention et quand il sort positif ou douteux, nous confirmons avec un second test, le Western Blot. On constate que pour 2015, nous avons réalisé le test Western Blot 600 fois, donc dans un cas sur dix."

"Et au final, nous avons eu 180 cas de Western Blot positif. Concrètement, c'est 180 suspicions biologiques de maladie de Lyme depuis le début de l'année, rien que pour notre laboratoire, et il y a une dizaine de laboratoires, privés et publics, au Luxembourg." Les autorités sont donc loin du compte.

Le nombre de tests explose depuis 2011

Toujours selon les chiffres fournis par ce biologiste, les moyennes obtenues au niveau national sont les mêmes que dans son laboratoire : un Western Blot sur dix est positif.

En 2011, la CNS a remboursé 11.500 sérologies dans le cadre d'un dépistage de Lyme. En 2012, 14.300 et en 2013, 15.400. "J'estime qu'aujourd'hui, on doit être entre 15.000 et 20.000", précise-t-il.

Soit entre 1.500 et 2.000 cas potentiels de borréliose de Lyme au Luxembourg en 2015. Et encore, ces chiffres ne prennent pas en compte les tests qui sont effectués par des Luxembourgeois à l'étranger.

Lisez l'intégralité de notre enquête au Luxembourg en cliquant ici. Voici les articles principaux:


Sur le même sujet

Prévention: Morsures de tiques: le ministère alerte le public
Le ministère de la Santé alerte la population sur les risques liés aux morsures de tiques au Luxembourg. Comment se prémunir? Quoi faire en cas de morsure? Un site web d'information est lancé, des dépliants vont être distribués, et chacun pourra demander gratuitement une pince à tique.
Commentaire: Ne fermons plus les yeux
Les patients atteints de borréliose de Lyme chronique au Luxembourg demandent aux autorités de reconnaître l'existence de la maladie et d'être pris en charge dans leur pays.