Changer d'édition

Au Luxembourg selon l'UNICEF: En quatre ans, 8.000 enfants pauvres en plus

Au Luxembourg selon l'UNICEF: En quatre ans, 8.000 enfants pauvres en plus

Source: UNICEF
Luxembourg 5 min. 29.10.2014

Au Luxembourg selon l'UNICEF: En quatre ans, 8.000 enfants pauvres en plus

La pauvreté des enfants a augmenté dans 23 pays entre 2008 et 2012. Au Luxembourg, elle touchait auparavant un enfant sur cinq, elle touche désormais plus d'un enfant sur quatre. En quatre ans, 2,6 millions d’enfants sont tombés sous le seuil de pauvreté dans les pays riches, ainsi que l'indique le dernier rapport de l'organisation.

(DN) - La pauvreté des enfants a augmenté dans 23 pays entre 2008 et 2012. Au Luxembourg, elle touchait auparavant un enfant sur cinq, elle touche désormais plus d'un enfant sur quatre. En quatre ans, 2,6 millions d’enfants sont tombés sous le seuil de pauvreté dans les pays riches, ainsi que l'indique le dernier rapport de l'organisation.

Le rapport, intitulé « Les enfants de la récession. Impact de la crise économique sur le bien-être des enfants dans les pays riches », compare 41 pays de l’OCDE et de l’Union européenne par rapport à leur niveau de pauvreté infantile de 2008. Dans ces 41 pays les plus prospères, environ 76,5 millions d'enfants vivent en situation de pauvreté.

Le Luxembourg en mauvaise position

Et dans ce classement, le Luxembourg fait partie des pays au sein desquels cette situation a le plus augmenté. Le Grand-Duché est en huitième position, derrière des pays qui ont connu une véritable explosion : Islande, Grèce, Lettonie, Croatie, Irlande (ces cinq pays vivant des augmentations de dix à vingt points), Lituanie et Espagne.

Au Luxembourg, le taux de pauvreté infantile, qui s'établissait à 19% en 1995 et en 2000 et 19,8% en 2008, a connu un bond de 6,5 points pour s'établir en 2012 à 26,3%. « Ce qui correspond à une augmentation nette de 8.000 enfants », soulignent les auteurs du rapport.

Chez nos voisins, ce taux a très légèrement régressé en Allemagne (de 15,2% à 15%), une évolution encore plus significative en Belgique (de 17,2% à 16,4%) tandis qu'il a bondi de trois points en France (de 15,6% à 18,6%).

Qu'entend-on par pauvreté au Luxembourg ?

Le nombre total d'enfants en proie à la pauvreté au Luxembourg dépasserait les 30.000, selon une estimation du responsable de la Communication d'UNICEF-Luxembourg, Paul Heber.

« La définition de la pauvreté est certes relative », indique-t-il : ces chiffres « reviennent à montrer les inégalités et par conséquent la diminution des mêmes chances pour les enfants concernés et leur avenir ».

La méthodologie retenue a consisté à prendre pour base le seuil de pauvreté au Luxembourg, qui se situe à 60% du revenu médian, soit 1.665 euros mensuels par personne en 2013, et à tenir compte de la composition des ménages. Ce seuil est différent chez nos voisins. Ainsi que le souligne le STATEC, « les ménages et les personnes concernés ne seraient pas obligatoirement "pauvres" au sens absolu du terme, mais à l’aune de leur position dans la distribution des revenus, ils courent le risque d’être exclus socialement ».

Aussi, plutôt que de parler d'enfants pauvres, le CEPS / Instead préfère faire référence à « des enfants résidant au Luxembourg dans un ménage privé, en situation de risque de pauvreté monétaire objective relative, au seuil de 60% de la médiane du revenu équivalent national ».

Une évolution positive du côté des jeunes sans travail

Par ailleurs, le rapport suit le développement du pourcentage de jeunes de 15 à 24 ans qui ne travaillent pas et qui ne suivent ni des études ni une formation entre 2008 et 2013.

Dans ce cadre, une bonne surprise : ce pourcentage au Luxembourg a diminué de 6,2% à 5%, soit le taux le plus bas de tous les pays passés à la loupe. Seules la Turquie, l'Allemagne et le Japon présentent des évolutions positives plus marquées. Le taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans a diminué de deux points à 15,5% en 2013 au Grand-Duché.

A l’échelle de l’UE, 7,5 millions de jeunes ne travaillaient pas et ne suivaient ni d’études ni une formation en 2013, soit près d’un million de plus qu’en 2008.

L'UNICEF invite les Etats à agir

« L'absence de riposte audacieuse » des Etats « pourrait avoir des conséquences négatives à long terme pour les sociétés », conclut l'agence de l'ONU, qui cite par exemple un ralentissement possible de la croissance démographique avec de jeunes adultes repoussant la constitution d'une famille en raison des conditions économiques.

L'UNICEF incite les Etats à prendre des mesures pour éradiquer la pauvreté des enfants dans les pays développés : « Les gouvernements doivent investir pour éliminer la pauvreté extrême ».

L'organisation préconise aussi de « garantir des mesures préventives en faveur des enfants qui sont exposés à des risques accrus en raison de facteurs multiples », comme les ménages migrants ou les familles monoparentales. Xavier Bettel s'est prononcé pour une aide en faveur de ces dernières, lors de son discours à la Chambre mi-octobre.


Sur le même sujet

Statec: 1 personne sur 5 menacée de pauvreté
Le Luxembourg se porte bien sur le plan économique. Depuis des années, l'emploi progresse régulièrement. Même en pleine crise économique, de nouveaux emplois étaient créés, davantage que dans les autres pays d'Europe. Depuis 2009, l'emploi au Grand-Duché a progressé d'au moins 16%.