Changer d'édition

Au Luxembourg, les jeunes en grève pour le climat le 15 mars
Luxembourg 2 min. 08.02.2019

Au Luxembourg, les jeunes en grève pour le climat le 15 mars

Luxembourg 2 min. 08.02.2019

Au Luxembourg, les jeunes en grève pour le climat le 15 mars

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
La jeune Suédoise de 16 ans qui avait interpellé les responsables politiques lors de la COP24 et récemment à Davos, a appelé les jeunes du monde entier à faire grève pour sensibiliser les adultes au réchauffement climatique.

Elles ont entre 15 et 18 ans et veulent faire bouger les choses. Ces élèves de l'Ecole européenne répondent à l'appel de  Greta Thunberg, Suédoise de 16 ans qui a interpellé les chefs d'Etat et ministres - à la COP24 et, plus récemment, à Davos lors du Forum économique mondial - sur l'urgence climatique. Très déterminée, elle a appelé les jeunes et enfants du monde entier à faire grève. Au Luxembourg, les lycéens donnent rendez-vous pour manifester le 15 mars pour attirer l'attention des responsables politiques.

Les jeunes filles de l'Ecole européenne se mobilisent pour le climat.
Les jeunes filles de l'Ecole européenne se mobilisent pour le climat.
Photo: Anne Fourney

Au Luxembourg, Sara, Silvia, Joana, Raphaëlle et Elise, engagées dans «Youth for Climate Luxembourg»,  répondent à cet appel pour éveiller les consciences sur le réchauffement climatique. Elles étaient aussi à l'origine des marches pour le climat organisées en octobre et en décembre au Luxembourg. 

Jeudi, elles ont tenu une conférence de presse dans les locaux de Frères des Hommes à Belair pour présenter leur nouvelle action: grève générale de l'école le 15 mars et un grand rassemblement avec des enfants, des jeunes, des adultes. D'autres jeunes sont sur cette même voie, comme Cyril, scolarisé au lycée Vauban et représentant de l'ULE (Union Lycéenne pour l'Environnement) venu rencontrer ces autres jeunes concernés par leur futur. 

Des jeunes soutenus par des ONG 

«Les petits pas doivent faire place à de grands pas. Les paroles doivent se transformer en actes», plaident-elles. Soutenu par le Frères des Hommes, le CELL (Centre for Ecological Learning), leur mouvement propose un concours d'affiches pour les jeunes de moins de 30 ans et scolarisés (élèves, étudiants, stagiaires, jeunes en formation...) sur le thème «WTF - Where's The Future», un clin d'oeil à l'interjection en langue anglaise. Date limite de participation: vendredi 22 février à minuit. 

Ce mouvement luxembourgeois a sa page Facebook et vient d'ouvrir un compte Instagram. Conscientes que les grèves sont peu courantes au Luxembourg, les jeunes filles verront la suite à donner au mouvement. Certains jeunes préconisent de suivre l'exemple de Greta Thunberg qui sèche l'école chaque vendredi pour manifester devant le parlement suédois, arguant qu'assurer son avenir en étudiant à l'école ne sert à rien si son futur est assombri à ce point par les excès irresponsables de ses aïeux. 

«Beaucoup de gens disent que la Suède n'est qu'un petit pays (…) mais j'ai appris que l'on n'est jamais trop petit pour faire la différence. Et si des enfants peuvent faire les gros titres simplement en n'allant pas à l'école, alors imaginez ce que nous pourrions faire tous ensemble si nous le voulions vraiment!», avait-elle lancé lors de son discours à la COP24.

Le rassemblement des enfants, jeunes et adultes est fixé au vendredi 15 mars à 12h30 au Glacis.


Sur le même sujet

La jeunesse de 123 pays interpelle ses dirigeants
Des dizaines de milliers d'adolescents ont répondu à l'appel de la Suédoise Greta Thunberg, ce vendredi, de l'Australie à l'Europe en passant par l'Ouganda. Ils demandent à ceux qui les gouvernent d'agir contre le dérèglement du climat.
Indian school students shout slogans during a protest against global warming in New Delhi on March 15, 2019. (Photo by Prakash SINGH / AFP)
«Nous espérons rassembler 10.000 jeunes au Glacis»
Une vingtaine de lycées, aux quatre coins du pays, participeront à la marche pour le climat qui aura lieu à Luxembourg, le vendredi 15 mars prochain. En attendant le grand jour, les troupes se mobilisent, notamment sur les réseaux sociaux. Et espèrent faire sensation.