Changer d'édition

«Au lieu de nous aider, l'État nous crée des problèmes»
Luxembourg 4 min. 14.07.2022
Dégâts causés par les inondations

«Au lieu de nous aider, l'État nous crée des problèmes»

Dans le parc d'Echternach, le minigolf et les courts de tennis ne sont toujours pas utilisables un an après l'inondation.
Dégâts causés par les inondations

«Au lieu de nous aider, l'État nous crée des problèmes»

Dans le parc d'Echternach, le minigolf et les courts de tennis ne sont toujours pas utilisables un an après l'inondation.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 14.07.2022
Dégâts causés par les inondations

«Au lieu de nous aider, l'État nous crée des problèmes»

Volker BINGENHEIMER
Volker BINGENHEIMER
Un an après les inondations, des dégâts sont toujours visibles à Echternach. Le bourgmestre met en cause des procédures compliquées.

Il y a un an, à peine l'eau s'était-elle retirée des localités inondées que les communes se sont lancées dans une paperasserie avec les ministères et les administrations pour réparer les dégâts causés par les inondations. Il a fallu demander des devis, solliciter des autorisations et créer des postes budgétaires.


Arbeiten in der Rue du vieux marché in Vianden / Foto: Nico MULLER
La rue du Vieux Marché à Vianden bientôt de nouveau praticable
Lors des inondations de juillet 2021, une partie du mur le long de l'Our a été emportée par l'eau. Les dégâts devraient bientôt être réparés.

Les communes ont dû constater que les longues procédures s'appliquent également après une catastrophe. Depuis, le bourgmestre d'Echternach, Yves Wengler, se livre à un véritable duel avec les ministères de la Culture et de l'Intérieur. «Je suis d'avis que l'État luxembourgeois a fait un travail catastrophique lors de la réparation des dégâts causés par les inondations», déclare aujourd'hui Wengler. Il se sent abandonné par les ministères et les administrations.

Le parc n'est pas en bon état.
Le parc n'est pas en bon état.
Photo: Chris Karaba

Le ministère ordonne l'arrêt des travaux

Lorsque la Sûre est sortie de son lit le 15 juillet et a inondé la moitié de la vieille ville d'Echternach, le parc situé derrière l'abbaye a également été fortement endommagé. L'eau avait emporté les trottoirs et laissé des fossés d'un mètre de profondeur. Des conduites d'eau étaient partiellement à nu, des câbles électriques avaient été rompus et des lampadaires avaient été pliés.

Pendant les vacances d'été encore, la commune a entrepris de rénover les chemins et d'enlever les lanternes cassées. «Nous avons alors été très étonnés de recevoir en septembre une lettre de l'autorité de protection des sites et monuments qui décrétait l'arrêt des travaux», se souvient Yves Wengler. La raison invoquée par l'autorité était que le parc est classé et la commune devait d'abord attendre le résultat d'une étude historique sur le parc.  Ce n'est que le 20 décembre que le ministère de la Culture a donné son feu vert pour qu'au moins les allées et les lanternes soient remises en état.

Le 15 juillet, la moitié de la vieille ville d'Echternach était sous l'eau, avec plus d'un mètre de hauteur par endroits.
Le 15 juillet, la moitié de la vieille ville d'Echternach était sous l'eau, avec plus d'un mètre de hauteur par endroits.
Photo: Volker Bingenheimer

La fin du minigolf?

Il ne s'est pas passé grand-chose d'autre depuis. Le terrain de minigolf, par exemple, est toujours endommagé et fermé. Le bourgmestre craint que la commune ne puisse peut-être plus jamais le rouvrir. Si l'on s'en tient donc strictement au modèle historique, la fin du minigolf serait scellée. Les terrains de tennis sont également inutilisables depuis les inondations.

Yves Wengler, le bourgmestre de la commune d'Echternach
Yves Wengler, le bourgmestre de la commune d'Echternach
Photo: Chris Karaba

Afin de réaménager les parterres de fleurs du parc, la commune avait commandé et reçu des plantes vertes pour un montant de 20.000 euros. «Nous n'avons pas pu les planter non plus. Elles ont toutes séché entre-temps», déplore Yves Wengler.

La lettre de la ministre à télécharger

Bilan: même après un an, les traces des inondations sont encore bien visibles dans le parc. «Beaucoup de citoyens pensent que c'est la faute de la commune. Mais nous avons les mains liées», se défend Wengler. Pour le faire savoir aux citoyens, il a fait installer des panneaux dans le parc. Grâce à un code QR, les promeneurs peuvent télécharger la lettre originale de la ministre de la Culture Sam Tanson à la commune, dans laquelle elle interdit pour l'instant tout nouveau travail dans le parc. D’après certaines sources, la ministre n'aurait pas apprécié cette manœuvre de la commune.

La commune d'Echternach se sent abandonnée face aux conséquences des inondations.
La commune d'Echternach se sent abandonnée face aux conséquences des inondations.
Photo: Volker Bingenheimer

D'une manière générale, le bourgmestre désespère que les autorités s'accrochent à des procédures d'autorisation alors qu'il s'agit de fournir une aide non bureaucratique en cas de catastrophe. «C'est surtout pour les solutions provisoires qu'il doit y avoir une tolérance administrative», estime Yves Wengler.

Il doit y avoir une tolérance administrative, surtout pour les solutions provisoires.

Yves Wengler, bourgmestre de la commune d’Echternach

La commune d'Echternach a rencontré des difficultés considérables lorsqu'elle a cherché un site pour son gymnase provisoire. L'ancien gymnase et la piscine attenante avaient été irrémédiablement détruits lors des inondations du 15 juillet. «Le ministre de l'Education Meisch nous a d'abord promis son soutien, puis le directeur du lycée d'Echternach a empêché l'implantation sur le terrain de football devant l'école», s'énerve le bourgmestre.

Des frais engagés, mais pas remboursés

Les inondations ont entraîné des coûts supplémentaires de 20 millions d'euros pour la commune d'Echternach. Le gymnase provisoire et l'achat de conteneurs pour l'école coûtent à eux seuls 13 millions d'euros. En fait, les aides de l'Etat doivent atténuer les difficultés financières des communes, des particuliers et des entreprises. Le jour même des inondations, le conseil de gouvernement avait débloqué 50 millions d'euros et a encore doublé le montant en août. «Jusqu'à présent, la commune d'Echternach a reçu 0 euro de ces fonds», déclare Yves Wengler. La commune a certes présenté une série de factures au ministère de l'Intérieur compétent, mais les frais n'ont pas encore été remboursés.

Le bilan de Wengler après un an: «Notre commune a investi beaucoup de travail et d'argent dans la réparation des dégâts. Jusqu'à présent, peu d'aide est venue de l'État. Au contraire, très souvent, des difficultés supplémentaires sont venues s'ajouter».

Cet article a été publié pour la première fois sur www.wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Après la catastrophe de juillet 2021
Un an après les inondations historiques qui ont fait d'innombrables dégâts au Luxembourg, le ministère de l'Environnement et l'Administration de la gestion de l'eau ont tiré les premiers enseignements de la catastrophe.
Conférence de presse présentation des mesures préventives et adaptations concernant les inondations