Changer d'édition

Au chevet du système de santé
Luxembourg 4 min. 10.12.2020

Au chevet du système de santé

Bien qu'ayant eu lieu plusieurs mois après le début de la pandémie, la rencontre entre l'ANIL et Xavier Bettel doit aboutir à la mise en place d'une réunion interministérielle dédiée à la mise en place d'une réforme globale de la formation d'infirmière.

Au chevet du système de santé

Bien qu'ayant eu lieu plusieurs mois après le début de la pandémie, la rencontre entre l'ANIL et Xavier Bettel doit aboutir à la mise en place d'une réunion interministérielle dédiée à la mise en place d'une réforme globale de la formation d'infirmière.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 10.12.2020

Au chevet du système de santé

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Connues avant la pandémie, les lacunes du système de soins au Luxembourg ont été exacerbées par l'arrivée massive de patients infectés par le covid-19. Le chantier à venir destiné à combler les manquements s'annonce pour le moins complexe. Exemple avec les infirmières.

Après des mois d'attente, les représentants des infirmières et infirmiers ont finalement été reçus fin novembre par le Premier ministre. Pendant quelques dizaines de minutes, les voix de ceux et celles qui se trouvent en première ligne sanitaire ont été entendues par Xavier Bettel. A défaut d'avoir été écoutées, car le chantier qui s'annonce se révèle être complexe à mettre en oeuvre et implique un besoin de vision transversale. Et donc, prendra du temps. 


Lokales,Die Arbeit des Pflegepersonals in Corona-Zeiten,CHL,Klinik,Hospital,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Il importe de former plus d'infirmiers dans ce pays»
Alors qu'elle attendait une rencontre avec le Premier ministre depuis des mois, l'association des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL) a été reçue samedi par Xavier Bettel. Ce dernier assure vouloir améliorer le cursus mais aussi l'image du métier.

Déjà connues puisque détaillées dans le rapport Laire, publié fin 2019, les lacunes du système de santé du Luxembourg étaient listées, comme la «pénurie de personnels issus du Luxembourg» ou «la fragilité du système de soins». Si les sept défauts mis en avant étaient accompagnés de recommandations, ces dernières n'ont non seulement pas pu être mises en oeuvre en raison de l'arrivée de la pandémie, mais leurs effets néfastes ont été exacerbés.

«Il est évident qu'une seule réunion, quand bien même tenue avec le Premier ministre, ne résoudra pas tout», reconnaît Anne-Marie Hanff, présidente de l'Association des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL). «Mais il était important qu'elle ait lieu, ne serait-ce que pour améliorer la coordination ministérielle», affirme la porte-parole des quelque 6.200 infirmiers du pays. 


Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - intensivstation  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Au tour des infirmières de compter sur les politiques»
Portées au rang d'héroïnes dans la gestion des malades du covid-19, les infirmières espèrent désormais l'écoute des gouvernants. Petite piqûre de rappel des revendications (effectif, formation, déroulement de carrière), avec Anne-Marie Hanff, présidente de l'ANIL.

Car si les quelque 15.000 personnels des professions de santé dépendent principalement du ministère de la Santé, une vingtaine d'instances «interviennent dans la gestion des ressources professionnelles de santé», note le rapport Laire, qui précise que cette gestion est réalisée «sans véritable concertation globale sur les problèmes rencontrés». Autrement dit, que chaque ministère ou administration gère la mission qui lui a été attribuée sans vision globale. 

Une réalité qui avait partiellement été prise en compte début 2020 lors de l'organisation d'une table ronde santé, qui visait officiellement à «identifier les défis du système, analyser divers scénarios possibles et proposer des mesures prioritaires». Avec comme horizon un plan national santé validé à la fin 2021. 

La pandémie de covid-19 en aura donc décidé autrement et contraint l'exécutif à accélérer son calendrier. Selon le ministère d'Etat, une réunion interministérielle devrait se réunir «courant janvier 2021» pour tenter de mettre sur pied un dispositif visant notamment à «former plus d'infirmières et d'infirmiers au Luxembourg».


Des soignants «à la limite de leurs capacités»
Considérés lors de la première vague de covid-19 comme des «héros», les personnels soignants poursuivent leur travail, jour après jour, depuis huit mois. Un marathon qui commence à peser sur le moral des troupes. Notamment au sein du service de soins intensifs du CHL.

Pour ce faire, l'ANIL plaide pour la mise en place de deux chantiers en parallèle: la refonte complète de la formation d'un côté et l'amélioration de l'image du métier de l'autre. Outre la revalorisation du diplôme pour qu'il obtienne un statut universitaire, Anne-Marie Hanff plaide notamment pour «la création de passerelles avec la formation d'aide-soignant», «la possibilité de suivre la formation à mi-temps» mais aussi pour un travail de pédagogie dans les lycées. 

«Car certains professeurs déconseillent cette voie à leurs élèves, car jugée trop compliquée par rapport au niveau des classes et où le français joue un trop grand rôle», assure la présidente de l'ANIL. Chaque année, une quarantaine d'élèves sortent diplômés au Luxembourg, alors que les besoins annuels sont estimés à 200 rien que pour répondre aux attentes de l'OMS qui recommande, à l'horizon 2030, l'autonomie en matière de personnels de santé. 

Et donc de stopper «les sous-investissements chroniques en matière d'éducation et de formation de personnels de santé» qui amènent le pays «à se reposer sur la production de personnels de santé dans les pays étrangers limitrophes (...) déstabilisant ainsi les systèmes de santé dans ces régions». En 2019, 53% de la totalité des professionnels de santé étaient originaires d'Allemagne, de Belgique et de France, selon les données du ministère de la Santé. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Il importe de former plus d'infirmiers dans ce pays»
Alors qu'elle attendait une rencontre avec le Premier ministre depuis des mois, l'association des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL) a été reçue samedi par Xavier Bettel. Ce dernier assure vouloir améliorer le cursus mais aussi l'image du métier.
Lokales,Die Arbeit des Pflegepersonals in Corona-Zeiten,CHL,Klinik,Hospital,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Des soignants «à la limite de leurs capacités»
Considérés lors de la première vague de covid-19 comme des «héros», les personnels soignants poursuivent leur travail, jour après jour, depuis huit mois. Un marathon qui commence à peser sur le moral des troupes. Notamment au sein du service de soins intensifs du CHL.
Les infirmières se lassent du silence de Bettel
En première ligne, elles le sont depuis mars. En sous-effectif et en manque de formation depuis des années. Pourtant, les infirmières du Luxembourg (représentées par l'ANIIL) ne voient toujours pas d'améliorations à l'horizon.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - Notaufnahme Urgences  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Au tour des infirmières de compter sur les politiques»
Portées au rang d'héroïnes dans la gestion des malades du covid-19, les infirmières espèrent désormais l'écoute des gouvernants. Petite piqûre de rappel des revendications (effectif, formation, déroulement de carrière), avec Anne-Marie Hanff, présidente de l'ANIL.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - intensivstation  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
La santé et les soins en état préoccupant
Face à l'évolution en nombre et en âge de la population, le Luxembourg peine à recruter ou à former suffisamment de professionnels. Aussi le ministère envisage-t-il une nouvelle politique à mener afin de rendre plus attirantes les professions en manque de personnels.
Aortenaneurysma OP lokale Betäubung, Foto Lex Kleren