Changer d'édition

«Attention à la suppression de l'argent liquide»
Luxembourg 2 min. 16.10.2020 Cet article est archivé

«Attention à la suppression de l'argent liquide»

Nico Hoffmann a de nouveau critiqué la lourdeur des frais bancaires et appelle le gouvernement à préserver le paiement en cash.

«Attention à la suppression de l'argent liquide»

Nico Hoffmann a de nouveau critiqué la lourdeur des frais bancaires et appelle le gouvernement à préserver le paiement en cash.
Foto: Pierre Matgé
Luxembourg 2 min. 16.10.2020 Cet article est archivé

«Attention à la suppression de l'argent liquide»

Au nom de la liberté individuelle et de la confidentialité, l'Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC), par l'intermédiaire de son président Nico Hoffmann, a rappelé son attachement au paiement en espèces.

(DH avec Mara Bilo) -  A l'occasion de son rapport annuel, ce vendredi, l'Union luxembourgeoise des consommateurs (ULC) a enfourché ses habituels chevaux de bataille. Elle est revenue à la charge dans le dossiers des frais bancaires et au sujet de la fermeture de onze succursales de la Spuerkees. Par la voix de son président Nico Hoffmann, elle a aussi incité le gouvernement à préserver les paiements en espèces.

Avec la crise sanitaire, «de nombreux magasins ont temporairement refusé d'accepter les paiements en espèces, ce qui a suscité beaucoup de réactions», a souligné le président de l'ULC qui a pris connaissance de 80 plaintes à ce sujet. Plaintes qui, selon lui, n'ont pas trouvé écho auprès des autorités.

«Nous sommes bien sûr conscients que de plus en plus de personnes utilisent des moyens de paiement électroniques», a-t-il souligné tout en précisant que ce sont avant tout des personnes âgées ou des consommateurs qualifiés de «vulnérables» qui utilisent l'argent liquide. 


La Spuerkeess ne fermera plus d'agence d'ici 2024
Après avoir baissé le rideau sur 18 de ses vitrines dans le pays depuis 2017, la Banque et Caisse d'épargne de l'Etat n'en fermera plus d'autre dans les quatre ans à venir. Le ministre des Finances l'a assuré.

«Ne pas l'accepter dans certains endroits n'est pas une bonne évolution», regrette-t-il encore. Et ce, d'autant plus, que pour le président de l’ULC payer en espèces demeure une garantie de confidentialité «et de liberté individuelle». «Pour nous, c'est davantage un pas vers l'esclavage moderne qu'une avancée. Donc, attention à la suppression de l'argent liquide.» A ce propos, l'Autriche a déjà envisagé de faire du paiement en cash un droit constitutionnel.

 Pour ce qui est des frais bancaires, toujours considérés comme «abusifs» une directive de l'Union européenne datant de 2017 ne serait pas appliquée dans son intégralité, selon l'ULC. Plus précisément, «il y a un besoin d'amélioration», commente Nico Hoffmann qui y voit toujours «une injustice pour les personnes vulnérables, à mobilité réduite ou âgées».


Ne brûlez pas vos billets de banque !
S'il est recommandé de régler ses achats en carte bancaire, la Banque centrale de Luxembourg veut tordre le coup à une «fake news : non, la monnaie papier n'est pas significativement porteuse du covid-19.

Et si certaines banques ont revu leurs critères, en pratiquant - sur demande - un tarif préférentiel ou la gratuité pour les clients âgés de plus de 75 ans, la mesure demeure insuffisante pour l'ULC. En effet, cette dernière réclame depuis longtemps d'abaisser la limite d'âge pour en bénéficier à 65 ans.

Autre sujet qui fâche l'ULC: la fermeture, en début d’année, de 11 des 65 agences de la Spuerkeess, qui est qualifiée de «pionnier dans la mise en œuvre d'une politique radicale et antisociale». Rien de moins. «Les besoins des clients n'ont pas du tout été pris en compte», assure Nico Hoffmann pour qui le sujet n'est pas clos. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A présent qu'une directive européenne impose à tous les États membres de légiférer sur la procédure d'action de groupe, l'Union luxembourgeoise des consommateurs accentue sa pression sur le gouvernement. Pour l'ULC, «la question de la nécessité d'une loi ne se pose plus».
Le secteur du commerce de détail ainsi que celui des services devraient «modérer» toute augmentation de prix voire, si possible, en faire carrément abstraction. C'est en tout cas la recommandation faite mercredi par l'Union luxembourgeoise des consommateurs.
Télécran, ULC, Nico Hoffmann, Guy Goedert, Konsumentenschutz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Sept bourgmestres dont les communes subiront, avant fin mars, la fermeture d'agences de la Banque et Caisse d'Epargne de l'Etat, montent au créneau. Ils sont décidés à défendre leurs territoires ruraux abandonnés petit à petit et ont déjà écrit au Premier ministre.
Lokales, Pressekonferenz die Gemeinden über die schliessung der BCEE Agenturen, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La Banque et Caisse d'Epargne de l'Etat a annoncé une réorganisation qui, au 27 mars prochain, se traduira par une vaste réorganisation de son réseau. Ainsi, le nombre d'agences devrait-il se réduire à 54 pour l'ensemble du Luxembourg.
Wormeldingen Sparkasse
L'Union des consommateurs souhaite que la procédure d'action de groupe apparaisse dans la loi luxembourgeoise. Le partenaire social stigmatise par ailleurs les frais bancaires qu'il juge «abusifs».
L'Union des consommateurs réfute complètement le modèle américain en matière de recours collectif
Sur la même ligne que la Commission européenne, le ministre des Finances Pierre Gramegna (DP) a indiqué que l'instauration de nouvelles limites aux transactions en argent liquide n'était pas à l'ordre du jour au Luxembourg.
L'Union luxembourgeoise des consommateurs n'a pas digéré le discours du ministre des Finances sur le budget. L'organisation attendait une aide pour les plus vulnérables mais ce sont de nouvelles taxes qui ont été annoncées.