Changer d'édition

Attaque terroriste simulée à la Rockhal à Esch
La mission des policiers: prendre le contrôle de la situation aussi vite que possible.

Attaque terroriste simulée à la Rockhal à Esch

Photo: Guy Wolff
La mission des policiers: prendre le contrôle de la situation aussi vite que possible.
Luxembourg 20 3 min. 12.01.2019

Attaque terroriste simulée à la Rockhal à Esch

Un peu plus de trois ans après le sanglant attentat terroriste perpétré contre le Bataclan à Paris, une simulation d'attentat s'est déroulée ce samedi dans la Rockhal à Esch-Belval. Pas de panique, c'est un exercice grandeur nature pour les forces de secours et de sécurité.

L'exercice simulant en grandeur nature une attaque terroriste dans la salle de spectacle de la Rockhal ce samedi a monopolise pas moins de 2.000 personnes au total.

Ce qui était une réalité cruelle lors de l'attentat terroriste du 13 novembre 2015 contre la salle de concert Bataclan à Paris était simulé dans le plus grand espace événementiel du Luxembourg: la Rockhal à Esch-Belval. un attentat contre un concert auquel ont assisté largement plus d'un millier de personnes. Lors de cet attentat sont tirés des coups de feu, ont lieu des explosions qui font un grand nombre de victimes, tandis que des blessés parviennent à s'échapper. Il y a aussi une prise d'otages et enfin une grande opération de police et des services de secours.

L'attaque de la Rockhal est lancée à 11 heures:

Les premiers figurants participant à la vaste simulation ont été maquillés dès 6 heures du matin. Pendant ce temps, un long cortège de véhicules spéciaux de la police se déplaçaient en  direction de Belval sur l'autoroute A4.

A 11 heures a eu lieu l'attaque et non, comme on l'avait cru, à 14 heures. Vers 13h30, le premier bilan de l'attaque simulée faisait état de 100 morts et 500 blessés.

Dans un tweet la Police grand-ducale précise bien qu'il n'y a aucun danger pour le grand public:

Le scénario tel qu'il s'est déroulé

Vers 10h30, un DJ se produit devant une foule nombreuse dans la salle de concert. Il est 11 heures lorsque cinq personnes masquées apparaissent devant la Rockhal. L'une d'elles se fait exploser avec une ceinture d'explosifs sur le parvis au milieu d'un groupe de personnes. Quatre autres personnes tirent avec des fusils d'assaut. Dans la foulée ils envahissent la Rockhal.

Sur le parvis de la Rockhal, un homme se fait exploser dans la foule.
Sur le parvis de la Rockhal, un homme se fait exploser dans la foule.
Photo: Guy Wolff

Les équipes de presse ne sont pas autorisées à entrer dans la salle. Un tiers des forces d'urgence viennent de France pour apporter leur soutien.

Le but de l'exercice

L'objectif de l'exercice est de tester la mise en œuvre du Plan gouvernemental de vigilance nationale face aux menaces d’actions terroristes - le plan VIGILANT -  mais aussi la structure de commandement et la coopération entre les différents services.

L'exercice permet également de tester la prise en charge d'un grand nombre de blessés et leur transport à l'hôpital le plus proche, tout comme le plan de crise interne au Centre Hospitalier Emile Mayrisch (CHEM).

Comme l'a souligné le Service de communication de crise du ministère d'État dans un communiqué de presse jeudi, des coups de feu, des explosions et des cris seront entendus pendant l'exercice. À aucun moment, cependant, il n'y a eu de danger pour le grand public.

Toute la zone de l'exercice est bouclée.

Routes fermées, bus déviés

Pour garantir le bon déroulement de l'exercice, plusieurs routes sur le site sont fermées à la circulation depuis ce matin  7 heures et jusqu'à 20 heures.

Sont concernées: l'avenue du Rock’n Roll (ouverte aux riverains pour le tronçon situé entre la Porte de France et le parvis de la Rockhal et fermée à toute circulation à hauteur de la Rockhal); l’avenue des Hauts-Fourneaux; l’avenue des Sidérurgistes et l’avenue de la Fonte.

Les bâtiments se trouvant dans ces rues ne pourront être rejoints par véhicule.

Les lignes de bus du TICE N°4, N°7 et N°15 ne pourront pas emprunter l’avenue du Rock’n Roll et seront déviées.