Changer d'édition

Asselborn demande la fin du classement en zone à risque
Luxembourg 14.08.2020 Cet article est archivé

Asselborn demande la fin du classement en zone à risque

Jean Asselborn en conversation avec Heiko Maas auquel il a demandé la levée de la classification du Luxembourg en zone à risque.

Asselborn demande la fin du classement en zone à risque

Jean Asselborn en conversation avec Heiko Maas auquel il a demandé la levée de la classification du Luxembourg en zone à risque.
Photo: AFP
Luxembourg 14.08.2020 Cet article est archivé

Asselborn demande la fin du classement en zone à risque

Compte tenu de la diminution du nombre d'infections au covid-19 au Luxembourg, le ministre des Affaires étrangères a demandé à l’Allemagne de réviser sa position.

(DH) - Les chiffres épidémiologiques publiés mercredi par le ministère de la Santé sont en baisse et confirment la tendance de ces dernières semaines. Avec 47,44 résidents nouvellement infectés pour 100.000 habitants sur la période du 3 au 9 août, la limite fixée par les autorités allemandes (qui est de 50) n'est plus franchie. En conséquence, Jean Asselborn (LSAP), le ministre des Affaires étrangères, a écrit à son homologue allemand Heiko Maas (SPD) pour demander que le Luxembourg ne soit plus classé comme zone à risque.

Le ministre des Affaires étrangères s'attend ainsi à ce que les demandes de tests et de quarantaine associés, ainsi que l'avertissement aux voyageurs, soient «levés dès que possible». Les mesures actuelles sont associées à «des restrictions considérables à la libre circulation entre le Luxembourg et l'Allemagne», a-t-il écrit.

 Mi-juillet, le Luxembourg avait été déclaré zone à risque par l'Institut Robert Koch (RKI) après avoir dépassé le seuil de 50 nouvelles infections pour 100.000 habitants en sept jours. Le Grand-Duché avait alors dénoncé cette classification, les chiffres élevés étaient dus, entre autres, au fait que le Luxembourg réalise bien plus de tests que beaucoup d'autres pays, tests qui concernent aussi les frontaliers.

Source ECDC


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) met désormais en avant la stratégie luxembourgeoise de dépistage à grande échelle. Et appelle les autres pays d'Europe à suivre l'exemple du Grand-Duché. Une bonne nouvelle pour le pays pointé du doigt ces dernières semaines en raison de l'augmentation de ses chiffres des infections.
08.08.2020, Hessen, Frankfurt/Main: Dem US-Amerikaner Edward Hurne wird am Frankfurter Flughafen ein Rachenabstrich für den Coronavirus-Test abgenommen. Seit heute besteht die Testpflicht für Rückkehrer aus Risikogebieten. Foto: Thomas Frey/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La cartographie de l'épidémie mise en place par les autorités de l'UE ne fait pas l'unanimité. Au contraire. Au lieu de donner une idée claire et précise de la situation sur le Vieux continent, elle cause incompréhensions et tensions chez de nombreux Européens.
ARCHIV - 17.05.2014, Belgien, Brüssel: Menschen spiegeln sich in einem Fenster mit einer europäischen Flagge im Europäischen Parlament. (Illustration zu dpa "EU-Einreisebeschränkungen sollen für viele Länder bestehen bleiben") Foto: Olivier Hoslet/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Alors que certains pays imposent un test au covid-19 négatif pour entrer sur leur territoire, le gouvernement a décidé mercredi de prolonger le dépistage, pour les voyages à l'étranger, tout au long du mois d'août. Tous les résidents pourront en bénéficier une fois et gratuitement.
A woman is tested on June 30, 2020 at a "corona walking test center" opened by German biotech company Centogene at the airport at Frankfurt am Main's airport. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
Mardi, la ministre de la Santé Paulette Lenert a rencontré son homologue sarrois à Perl. L'objectif est d'élaborer un plan de lutte contre la pandémie transfrontalière, qui pourrait être présenté dès la fin de l'année.
Lokales, Grenze bei Schengen, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La Belgique a annoncé ce lundi un nouveau durcissement des actions pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Face à une hausse des cas dans le pays, l'objectif est d'«éviter un reconfinement généralisé».
A man wearing a face mask as a preventive measure carries boxes on the empty Grand-Place in the centre of Brussels, on March 18, 2020, as a strict lockdown is to come into effect in the country to stop the spread of the COVID-19, caused by the novel coronavirus. - Belgians must stay at home from midday on March 18, 2020, until at least April 5 to prevent the spread of the coronavirus. The only residents allowed out will be those needing medical attention, getting exercise or working in some businesses deemed essential, such as food markets and pharmacies. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Suivant l'exemple du bourgmestre de Trèves, dix-huit élus de Rhénanie-Palatinat viennent d'adresser un courrier aux autorités afin qu'elles révisent le statut du Grand-Duché toujours qualifié de "zone à risque covid".
Wirtschaft, Trierer Einzelhandel in der Krise / Schließung Karstadt Filiale, Corona, Covid-19, Trier, Porta Nigra, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort