Changer d'édition

Asselborn compare le Brexit à «un tube de dentifrice»
Luxembourg 1 2 min. 08.04.2019 Cet article est archivé

Asselborn compare le Brexit à «un tube de dentifrice»

Asselborn compare le Brexit à «un tube de dentifrice»

Photo: Guy Jallay
Luxembourg 1 2 min. 08.04.2019 Cet article est archivé

Asselborn compare le Brexit à «un tube de dentifrice»

A la veille du déplacement de Theresa May en France et en Allemagne, le ministre des Affaires étrangères a glissé une petite pique humoristique aux Britanniques lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères ce lundi à Luxembourg.

(SW avec AFP) - Alors que tous les regards sont posés sur le Royaume-Uni en cette semaine décisive pour le Brexit, une réunion des ministres des Affaires étrangères s'est déroulée ce lundi matin à Luxembourg, deux jours avant un sommet extraordinaire de l'UE.

Jean Asselborn a profité de l'occasion pour glisser une petite pique humoristique aux Anglais: «Les Britanniques ont fait d’un deal un "no deal". Maintenant ils veulent retourner au deal. C’est comme le dentifrice: il sort facilement du tube, mais difficile de l'y faire rentrer. Nous faisons en tout cas de notre mieux pour aider», a-t-il glissé, en allemand, en sortant de la séance, comme vous pouvez le voir ci-dessous.



(FILES) This file photo taken on June 22, 2016 shows A Union flag flies in the wind in front of the Big Ben clock face and the Elizabeth Tower at the Houses of Parliament in central London.
Britain's referendum vote to leave the European Union has pitted parents against children, cities against rural areas, north against south and university graduates against those with fewer qualifications. "What the government is now faced with is not only the economic consequences of a break with the EU, but a fracturing of the United Kingdom," said Rodney Barker, emeritus professor of government at the London School of Economics. / AFP PHOTO / JUSTIN TALLIS
Brexit: les Britanniques votent la sortie de l'UE
Le référendum organisé le jeudi 22 juin a signé la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

Theresa May s'apprête à rencontrer mardi Angela Merkel et Emmanuel Macron, pour les convaincre de reporter la date du Brexit prévue ce vendredi 12 avril.

A quatre jours du Brexit

«Il y a de bonnes raisons de se parler alors que la Grande-Bretagne et l'UE à 27 se trouvent dans une situation difficile, brûlante», a relevé Steffen Seibert, le porte-parole de la chancelière allemande à l'AFP, annonçant l'étape allemande du voyage. «Les 27 doivent rester unis lorsqu'ils prendront une décision, qu'ils acceptent ou non la proposition de la Première ministre d'un nouveau report», a-t-il ajouté.

Peu après, la présidence française a indiqué qu'Emmanuel Macron allait aussi recevoir Mme May mardi, à 18 heures. L'Allemagne est réputée plus accommodante à l'égard de Mme May que la France, alors qu'à quatre jours du Brexit et après un premier report, la cheffe du gouvernement britannique se débat encore pour faire sortir son pays de l'UE avec un accord.

Londres se prépare pour les européennes

Mais celui qu'elle propose et qui a été négocié avec Bruxelles a été rejeté trois fois déjà par les députés britanniques. Pour se donner du temps, Theresa May a demandé aux dirigeants de l'UE un second report du Brexit, jusqu'au 30 juin, avec la possibilité pour le Royaume-Uni de se retirer plus tôt si un accord est trouvé.

Londres se prépare désormais à participer aux élections européennes, prévues du 23 au 26 mai, une perspective que Mme May jugeait encore récemment «inacceptable».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les 27 de l'Union européenne devraient une nouvelle fois convenir d'un report du Brexit, assorti de conditions et dont la durée reste toutefois à déterminer, lors d'un sommet extraordinaire ce mercredi à Bruxelles.
French President Emmanuel Macron (R) accompanies out British Prime Minister Theresa May after a meeting at the Elysee Palace in Paris on April 9, 2019. - British Prime Minister Theresa May met the German chancellor in Berlin prior to travelling to Paris to meet the French president in a last-gasp bid to avert a no-deal Brexit and secure a new delay to the date for leaving the bloc. (Photo by Martin BUREAU / AFP)
La Première ministre britannique se rend ce mardi à Berlin puis Paris à la veille d'un sommet européen crucial où elle plaidera pour un report du Brexit auprès des dirigeants européens afin d'éviter une sortie brutale de l'Union européenne le 12 avril.
Les deux femmes s'étaient rencontrées le 11 décembre dernier déjà.
La Première ministre britannique Theresa May a demandé un report du Brexit jusqu'au 30 juin 2019, dans une lettre envoyée ce vendredi matin au président du Conseil européen Donald Tusk. Il propose un report «flexible» allant jusqu'à douze mois.
Uni Anti-Brexiter, Steve Bray, fait campagne devant le parlement britannique à Westminster.
La Première ministre britannique réclamera aux dirigeants européens un nouveau report du Brexit, a-t-elle annoncé mardi soir à l'issue d'un conseil des ministres de crise de sept heures. Elle a également l'intention de se tourner vers Jeremy Corbyn, leader de l'opposition.
«Un accord reste la meilleure solution», estime Theresa May.