Changer d'édition

Sur sa route, l'eau n'a pas eu pitié des autos
Luxembourg 2 2 min. 21.07.2021
Après les inondations

Sur sa route, l'eau n'a pas eu pitié des autos

Comme ici, à Echternach, de nombreux automobilistes ont eu la désagréable surprise de retrouver leur voiture au milieu des eaux.
Après les inondations

Sur sa route, l'eau n'a pas eu pitié des autos

Comme ici, à Echternach, de nombreux automobilistes ont eu la désagréable surprise de retrouver leur voiture au milieu des eaux.
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 2 2 min. 21.07.2021
Après les inondations

Sur sa route, l'eau n'a pas eu pitié des autos

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Des dizaines et des dizaines d'automobiles ont fini la semaine dernière, le capot dans l'eau et la boue. Mais pour les mécaniciens, la remise en état est quasiment impossible après une telle immersion.

Depuis jeudi dernier, et le début des pluies torrentielles, le gyrophare des dépanneurs de l'Automobile Club de Luxembourg vient s'ajouter à celui des pompiers. Ici, là, partout. Les camions jaunes, succèdent aux véhicules rouges du CGDIS. «Et encore, nous ne sommes pas encore intervenus partout. Il reste des véhicules signalés, mais coincés dans des endroits encore inaccessibles...», témoigne-t-on à l'ACL.

 Au total, entre les 14 et 19 juillet, l'Automobile Club aura pourtant prêté assistance à plus de 800 reprises. Le millier d'abonnés secourus en une semaine étant atteint ce mardi... «Le premier jour quand ça a commencé à bien pleuvoir, nous en étions déjà à 270 opérations quand, en temps normal, nous réalisons 120 interventions extérieures par jour», souligne Frank Maas, responsable du diagnostic center. Aujourd'hui, les eaux refluent, mais des dizaines de demandes restent encore en attente pour des remorquages de véhicule.

Enfin, véhicule... Dans bien des cas, comme d'un bateau échoué, l'on peut parler d'épave pour qualifier les automobiles restées trop longtemps prisonnières soit de la montée des eaux, soit d'une gangue de boue. Déjà si tout cela s'est infiltré dans le bloc moteur, c'est automatiquement fichu. «Kaputt!» Voilà une mécanique morte par noyade et étouffement en quelque sorte.

Mais c'est majoritairement un même sort qui attend les automobiles qui n'auront pas eu de l'eau jusqu'au toit certes, mais suffisamment pour que cela pénètre dans l'habitacle. «Imaginez : comment retirer, nettoyer et sécher tous les plastiques, les mousses insonorisantes, les tapis de sol, les revêtements de sièges qui auront été trempés et souillés. Et puis il peut rester une odeur, une humidité», note Frank Maas.


Lokales,grossherzog besucht Echternach nach der !uberschwemmungskatastrophe. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«La priorité doit être la remise en état des maisons»
Trois jours après les inondations qui ont frappé une partie du Luxembourg, les opérations de nettoyage se poursuivent. Des opérations de grande ampleur qui visent à permettre aux centaines de personnes évacuées de retrouver rapidement leur domicile, selon le président du Syvicol.

Sans compter que, modernité oblige, l'électronique est partout. Et voilà bien le genre de composants qui détestent être trempés. «Un tout petit peu peut suffire à endommager le système de ceinture de sécurité, mais ça va aussi complètement anéantir l'électronique de bord et toutes les mesures indispensables à la conduite». Là encore, même si l'ACL se contentera de ramener le véhicule au garage souhaité par le propriétaire, c'est un verdict bien sombre qui devrait tomber.

Les mécaniciens chiffreront les dégâts, évalueront l'ampleur des réparations et l'assureur décidera. Sauf que dans la plupart des cas, la facture d'une remise en état sera bien plus élevée qu'un remboursement. Autant dire que dans l'enveloppe de 50 millions d'euros de dégâts à dédommager qu'ont estimés les assureurs luxembourgeois, une bonne part reviendra à des automobilistes qui n'auront plus qu'à racheter une autre voiture... ou adopter un autre mode de déplacement.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Belgique rend hommage, mardi, aux victimes des inondations d'une ampleur inédite qui ont dévasté la région de Liège (est) les 14 et 15 juillet, avec une journée de «deuil national». Le temps fort en sera une minute de silence que tout le pays est appelé à observer à midi.
A local resident exits his house facing the destroyed and flooded road in Trooz, near Liege, on July 16, 2021. - The death toll from devastating floods in Europe soared to at least 126 on July 16, 2021, most in western Germany where emergency responders were frantically searching for missing people. In Belgium, the government confirmed the death toll had jumped to 20 - earlier reports had said 23 dead - with more than 21,000 people left without electricity in one region. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Parmi la vague de bonnes volontés engagées sur le terrain, les militaires luxembourgeois ont tenu leur rang. Aux missions ''habituelles", les soldats ont aussi eu à mener une expédition pour sauver de la noyade les réserves du centre national de littérature à Mersch.
Lokales,grossherzog besucht Echternach nach der !uberschwemmungskatastrophe. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Revenant sur les inondations des 14 et 15 juillet, l'administration de la gestion de l'eau indique que des crues centennales ont été observées sur dix des 41 stations hydrométriques du pays. Au Findel, le record de précipitations de 1854 a même été battu.
Lokales,grossherzog besucht Echternach nach der !uberschwemmungskatastrophe. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Après la stupeur et la mobilisation de tous pour aider les sinistrés ce weekend, place aux professionnels. Et la fédération des artisans entend mobiliser ses adhérents pour réparer vite les conséquences des inondations.