Changer d'édition

Après la guérison, la crainte chronique du virus
Luxembourg 6 2 min. 07.08.2020

Après la guérison, la crainte chronique du virus

Jacques Woeffler fait partie de quelque 5.750 malades guéris à ce jour.

Après la guérison, la crainte chronique du virus

Jacques Woeffler fait partie de quelque 5.750 malades guéris à ce jour.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 6 2 min. 07.08.2020

Après la guérison, la crainte chronique du virus

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Diagnostiqué positif au covid-19, Jacques Woeffler, 70 ans, est resté 35 jours dans le coma. Réveillé de ce cauchemar fin avril, voilà maintenant un mois et demi qu'il lutte pour retrouver sa vie d'avant. Si les séquelles s'estompent, la peur du virus, elle, demeure.

(ASdN avec Rosa Clemente) - S'il n'a pas encore remporté la guerre contre le virus, Jacques Woeffler a déjà gagné quelques batailles. Hospitalisé après avoir été diagnostiqué positif au covid-19 mi-mars, le septuagénaire s'en est sorti. Mais après 35 jours de coma et 30 kilos en moins, il a dû réapprendre à vivre.  «J'étais comme un gros bébé qui avait même besoin d'aide», confessait-il au Luxemburger Wort mi-juin.


Jacques Woeffler ist 70 Jahre alt und hatte bereits einige Vorerkrankungen. Mitte März wurde bei ihm eine Infizierung mit dem Corona-Virus festgestellt. Der Mann aus Düdelingen lag daraufhin 35 Tage im Koma auf der Intensivstation. Nach insgesamt sieben Wochen im Rehazenter darf er nun bald wieder nach Hause.
Se remettre du covid-19, un combat en solitaire
Diagnostiqué positif au virus, Jacques Woeffler, 70 ans, est resté 35 jours dans le coma. Réveillé de ce long cauchemar, il raconte son parcours, loin de ses proches, pour retrouver sa vie d'avant.

Pendant près de sept semaines, Jacques Woeffler a donc suivi un important entraînement d'endurance au Rehazenter. Là-bas, le septuagénaire a également réappris toutes les tâches du quotidien comme étendre le linge, mettre la table ou faire la vaisselle. Et ce n'est que mi-juin qu'il a pu retourner dans son appartement à Dudelange. 

«Vivre seul à nouveau après un long séjour à l'hôpital et une rééducation est quelque peu étrange», souligne toutefois l'ancien patient qui continue à recevoir trois fois par semaine des soins ambulatoires au Rehazenter. Alors le retraité reprend des habitudes : il prend régulièrement un café au bistrot du coin, va faire quelques courses, rend visite à sa femme en maison de retraite...    

Malgré ces améliorations, le septuagénaire reste aux prises avec la maladie. «Il y a aussi des jours où je n'ai pas de force, où je me sens essoufflé», soupire le Luxembourgeois. Alors chaque progrès est une victoire de plus. Depuis quelques jours, Jacques Woeffler en est fier : il peut enfin sortir dans la rue sans son déambulateur. 

Une peur pour la vie

En outre, le retraité préfère rester prudent. Ainsi, il porte «toujours un masque à l'extérieur» et garde ses distances avec les autres. Car les conséquences sur le moral, elles, sont indélébiles. En outre, il l'admet, «la peur du virus demeure» : «Je ne pense pas que je survivrais à une deuxième infection», souffle-t-il. 

Au vu du nombre croissant de nouvelles infections ces dernières semaines, Jacques Woeffler se dit préoccupé. Et même indigné. «Je ne comprends pas qu'il y ait encore des gens qui ne prennent pas ce virus au sérieux», s'emporte-t-il avant d'ajouter : «Si ces personnes avaient regardé la mort dans les yeux comme moi et vécu ce que j'ai vécu, elles auraient certainement agi différemment». 

S'il regrette que certains ne respectent pas les gestes barrières, cet ancien patient du covid-19 se dit en revanche très respectueux de ceux qui craignent être infectés. Dans son entourage, certaines personnes «ne quittent presque jamais leur domicile» par crainte du virus. Pour lui, il serait donc utile que tout le monde suive les règles «pour garder ce virus sous contrôle, au moins dans une certaine mesure». Son quotidien, dorénavant, est dominé par une incertitude constante. Mais une chose est sûre pour Jacques Woeffler : il continuera à se battre pour sa santé et sa vie. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le covid-19 a fait une 119ème victime
Ce jeudi, 66 nouveaux cas ont été recensés, selon les chiffres publiés par le ministère de la Santé. Un nouveau décès est par ailleurs à déplorer, portant à 119 le nombre de patients décédés du virus au Luxembourg.
05.08.2020, Rheinland-Pfalz, Bitburg: Eine ehrenamtliche Helferin des Deutschen Roten Kreuzes (DRK) im Schutzanzug nimmt mit einem Wattestäbchen bei einem Urlaubsrückkehrer eine Probe, die auf das Coronavirus getestet wird. Bitburg ist die erste von vier Teststationen in Rheinland-Pfalz, in denen sich rheinland-pfälzische Reiserückkehrer testen lassen können. Drei weitere Teststationen gehen am Donnerstag in Betrieb. Foto: Harald Tittel/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les malentendants face à l'épreuve des masques
S'il permet de lutter contre la propagation du covid-19, le port d'une protection buccale pénalise une frange de la population, notamment les personnes sourdes et malentendantes. Car cette protection les empêche de lire sur les lèvres, les isolant un peu plus du monde extérieur.
Pour les malentendants, les expressions du visage et la lecture sur les lèvres viennent compléter l'écoute.
Des tests covid fiables... mais à 80%
Dans 20% des cas, le dépistage au covid-19 mis en place au Luxembourg peut donner de faux résultats. La ministre de la Santé, Paulette Lenert le reconnaît. Tout comme elle indique qu'aucun examen post-mortem n'est demandé aux médecins pour vérifier si l'origine des décès est en lien avec le coronavirus.
Se remettre du covid-19, un combat en solitaire
Diagnostiqué positif au virus, Jacques Woeffler, 70 ans, est resté 35 jours dans le coma. Réveillé de ce long cauchemar, il raconte son parcours, loin de ses proches, pour retrouver sa vie d'avant.
Jacques Woeffler ist 70 Jahre alt und hatte bereits einige Vorerkrankungen. Mitte März wurde bei ihm eine Infizierung mit dem Corona-Virus festgestellt. Der Mann aus Düdelingen lag daraufhin 35 Tage im Koma auf der Intensivstation. Nach insgesamt sieben Wochen im Rehazenter darf er nun bald wieder nach Hause.